Plongée au cœur de l’Orchestre symphonique de Toronto

Le grand orchestre torontois nous a ouvert ses portes

Le TSO, une institution culturelle majeure au Canada. Photo: Jag Gundu
Partagez
Tweetez
Envoyez

Investissons le Roy Thomson Hall, l’antre du grand Orchestre symphonique de Toronto, l’un des orchestres les plus reconnus au Canada, pour en savoir davantage sur cet ensemble, ses prestations et surtout ses musiciens.

Sir Andrew Davis, directeur artistique actuel au TSO. Photo: Jag Gundu

Entrer au TSO

Avoir la chance d’intégrer le fameux orchestre torontois se fait selon une procédure précise et rigoureuse. Tout d’abord, il s’agit d’obtenir une audition. Pour ce faire, il est nécessaire d’être recommandé et d’avoir un curriculum vitae en béton armé.

Le sigle de l’Orchestre symphonique de Toronto

Une fois cette fameuse audition obtenue, c’est le moment pour les musiciens de rayonner… sans avoir les décideurs sous les yeux. En effet, l’audition se déroule à l’aveugle. Seuls les talents de la personne comptent à ce stade.

Aujourd’hui, l’orchestre est composé de musiciens âgés de 25 à 70 ans. 65% d’entre eux sont des hommes. Si certains musiciens sont assez jeunes – ou précoces –, une certaine maturité dans la musicalité est nécessaire pour faire partie de l’orchestre.

Un rythme effréné

Être musicien dans le TSO n’est pas de tout repos. Cela implique tout d’abord, et de manière assez évidente, un certain nombre de répétitions, à raison de 5 à 6 par semaine.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

À cela, sont rajoutées les répétitions qui peuvent être nécessaire pour une partie seulement de l’orchestre, un groupe spécifique d’instrumentistes. Retravailler un passage ardu d’une pièce est très commun.

Après ces temps de travail, le temps est venu à la représentation: l’Orchestre symphonique de Toronto se produit plus d’une centaine de fois par an, de septembre au moins de juin de l’année suivante.

Une série de film-concerts Star Wars est à venir! Du 3 au 5 octobre prochain, c’est le 6e opus de la saga mythique qui s’invite au TSO.

Parallèlement, l’orchestre se donne en concert pour des écoles. Une belle opportunité pour les élèves. Il leur est parfois demandé d’apporter leur propre instrument afin qu’ils jouent avec les membres de l’orchestre.

Ce rythme n’est pas sans parfois poser quelques soucis aux membres de l’orchestre. Être musicien est un travail, comme beaucoup d’autre d’ailleurs, très sédentaire. La posture que doivent adopter les musiciens en fonction des instruments qu’ils pratiquent, rester debout ou assis: cela peut mener à certains problèmes de santé.

Un orchestre pas si sédentaire

L’orchestre s’est premièrement installé au Massey Hall, en 1923, soit un an après sa formation par un groupe de musiciens torontois.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Après la construction du célèbre Roy Thomson Hall en 1982, il y a établi sa résidence de manière quasi continue: le TSO est en effet retourné au Massey Hall en 2002, le temps que le Roy Thomson Hall soit rénové.

Le Roy Thomson Hall a été inauguré en 1982.

Bien que le TSO effectue un grand nombre de représentations dans cette magnifique salle qu’est le Roy Thomson Hall, il ne se produit pas exclusivement à Toronto. Des échanges s’effectuent avec deux autres grands orchestres du Canada: l’orchestre de Vancouver ainsi que celui d’Ottawa.

Chaque voyage nécessite une organisation du tonnerre. Lors des tournées, ce ne sont pas moins de 93 musiciens qui se déplacent, en plus des équipes et des régisseurs.

Un important dispositif de logistique, incluant le transport des instruments est indispensable. Les instruments sont alors stockés dans des véhicules réfrigérés, impératif pour les protéger et éviter qu’ils soient abimés par les chocs de températures.

Être musicien au Roy Thomson Hall

Au TSO, il y a 93 musiciens permanents. La taille de l’orchestre peut varier en fonction du programme: les pièces de Mozart peuvent parfois nécessiter un orchestre à taille réduite, quand celles de Mahler nécessitent davantage de musiciens.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Dans un tel cas, il est nécessaire d’embaucher des musiciens en numéraire. Des musiciens solistes internationalement connus sont souvent invités à se produire avec le TSO. Ce fut notamment le cas avec le célébrissime violoncelliste YoYo Ma ou encore la soprano américaine Renée Fleming.

Parmi les musiciens du TSO, certains ne se destinait par forcément à une carrière dans un tel orchestre. Par exemple, avant d’être chef de pupitre, le premier violon de l’orchestre Torontois se destinait à un parcours de mathématicien. Il s’est pourtant tourné vers la musique, une des grandes passions de sa vie.

Star Wars ou Beethoven

Si le répertoire de ce bel ensemble est très varié, cette faculté à se glisser dans la partition des Quatre Saisons de Vivaldi ou bien de la bande originale d’un des opus de la saga Star Wars à l’occasion d’une série de film-concerts en fait sa renommée.

Le Requiem de Mozart, Tchaïkovski, Un Américain à Paris, les plus grands thèmes des James Bond ou encore un film-concert de Chantons sous la pluie: voici certains des concerts prévus pour cette nouvelle saison 2019/2020 au TSO.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
TSO
La première série de films-concerts Star Wars par le TSO a eu lieu du 20 au 23 mars dernier.

Le lancement de la prochaine saison se fera le 19 septembre prochain. Le TSO sera accompagné de Hannigan & Estogards, deux grands artistes et chefs d’orchestre, respectivement soprano et violoniste qui interprèteront à l’occasion du Beethoven, du Dutilleux ainsi que du Haydn.

Cette nouvelle saison sera aussi marquée par l’invitation de stars planétaires telles le violoniste Joshua Bell ou encore la pianiste Yuja Wang. Le programme complet pour la saison 2019/2020 est disponible ici.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur