Pleins feux sur l’ours polaire de la Distillerie

Festival des lumières

L'ours polaire au milieu de la grande place. (Photos et vidéo: Nathalie Prézeau)
Partagez
Tweetez
Envoyez

Depuis vendredi et jusqu’au 3 mars, le festival torontois des lumières (Toronto Light Festival), avec sa trentaine d’installations originales, transforme le quartier de la Distillerie pour une troisième année consécutive.

En ces jours les plus froids de l’année, les visiteurs y vivent une aventure imaginaire stimulée par les arrangements d’ampoules et de néons de toutes les couleurs.

«Plusieurs personnes cherchent des raisons de rester à l’intérieur», de dire le producteur Mathew Rosenblatt, lui-même un des artistes en vedette. «Nous organisons ce festival pour ceux qui cherchent des raisons de sortir dehors!»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La pièce de résistance, Long View, au milieu de la grande place, est un ours polaire de 10 mètres de hauteur fait de capots d’automobiles, réalisé par l’Américain Don Kennell. Il veut symboliser une corrélation «entre notre empreinte carbonique et la perte des habitats naturels».

Une installation interactive, Double Helix I, par un autre Américain, George Neil, offre aux visiteurs l’occasion de produire une vague de lumière. Elle se trouve derrière l’ours.

Cette année, la Distillerie rehausse l’expérience du Toronto Light Festival en offrant plusieurs divertissements le jour et la fin de semaine: des murales artistiques, des concerts de musique jazz et classique, un bar extérieur servant des boissons chaudes. Les samedis et dimanches, on trouvera des dégustations d’alcool et, au spectaculaire restaurant El Catrin, un brunch extérieur.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur