Planter une forêt pour calmer la météo?

Les plantes sont des capteurs de CO2.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le gouvernement libéral de l’Ontario, très investi dans la mitigation de changements climatiques futurs au moyen de la limitation des émissions de CO2 dans l’atmosphère, ajoute 380 000 $ à son programme de plantation de 50 millions d’arbres et 750 000 $ dans un nouvel inventaire du carbone créé par l’utilisation des terres.

Les fonds proviennent du marché du carbone, c’est-à-dire de la taxation associée au nouveau système Ontario-Québec-Californie de plafonnement et d’échange des émissions de gaz à effet de serre par les industries.

Kathryn McGarry, la ministre des Richesses naturelles et des Forêts, était à Guelph il y a quelques jours pour annoncer le soutien aux deux programmes «qui ont pour objectif de réduire la pollution (sic) causée par les gaz à effet de serre», a-t-elle dit.

Le principal gaz à effet de serre, le CO2 (0.04% de l’atmosphère), n’est pas toxique. Il est même essentiel aux plantes, qui s’en nourrissent. La déforestation industrielle réduit donc le nombre de capteurs naturels de CO2, que la plantation d’arbres restaure.

Parcs urbains.
Parcs urbains.

Le soutien provincial veut réduire les coûts de plantation d’arbres pour les propriétaires fonciers en zone urbaine, dans le cadre d’une initiative visant à planter 50 millions d’arbres d’ici 2025.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour sa part, l’inventaire du carbone créé par l’utilisation des terres permettrait à l’Ontario d’évaluer le potentiel de l’agriculture, de l’industrie forestière ainsi que d’autres utilisations des terres en tant qu’émetteurs, éliminateurs ou assimilateurs de gaz à effet de serre.

Dans le cadre du système de plafonnement et échange, les deux premières enchères de droits d’émissions de gaz à effet de serre qui ont eu lieu cette année ont généré des revenus de plus de 976 millions $. Quatre enchères par année sont prévues.

Le gouvernement provincial a initié son Programme 50 millions d’arbres dès 2008, afin, entre autres, «de créer plus de forêts près de nos villes, parcs et collectivités de tout l’Ontario», explique la ministre McGarry.

Plus de 4 000 propriétaires fonciers y auraient déjà participé. La subvention couvre jusqu’à 90% des coûts de plantation d’arbres et comprend des réductions de taxes foncières pour ceux qui plantent 10 acres d’arbres ou qui augmentent la taille de leurs forêts actuelles à plus de 10 acres.

L'édifice de l'Assemblée législative de l'Ontario est situé au milieu d'un parc.
L’édifice de l’Assemblée législative de l’Ontario est situé au milieu d’un parc.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur