Peu de francophones de Toronto se disent franco-ontariens

Quand on en parle, comme au récent débat du MOFIF, les tensions identitaires remontent facilement à la surface

MOFIF

L'animateur Étienne Fortin-Gauthier et les panélistes Arielle Kayabaga, Carol Jolin, Fété Ngira-Batware Kimpiobi, Nathalie Nadon.


2 octobre 2018 à 9h00

Parmi la cinquantaine de participants au débat du MOFIF sur l’identité franco-ontarienne, le 24 septembre dernier au siège social de TFO à Toronto, à peine une dizaine ont levé la main quand l’animateur Étienne Fortin-Gauthier a demandé qui se considérait «franco-ontarien».

Les autres se sentent davantage «franco-canadiens», «québécois», «français», «algériens», «rwandais»,  etc.

Souvent parce qu’ils n’ont pas vécu en Ontario aussi longtemps que dans leur pays natal (normal).

Parfois parce qu’ils estiment avoir subi ou subir encore de la discrimination de la part des Canadiens-Français «de souche» (bien vu).

Mais aussi par inconfort ou honte d’être associés à une francophonie ontarienne qu’ils perçoivent comme inculte ou peu dynamique (moins drôle).

Personne n’a dit ça ouvertement, mais c’est bien ce qu’on télégraphiait en affirmant qu’on refusait d’être «assimilé» aux Franco-Ontariens ou qu’on souhaitait conserver sa culture et son accent, merci, comme le garantirait l’idéal du multiculturalisme canadien.

Qu’est-ce qu’un Franco-Ontarien?

Il est vrai que cette salle était plus représentatrice de la francophonie torontoise que de celle d’Ottawa ou de Sudbury, c’est-à-dire établie en Ontario depuis moins longtemps, venant moins du Nord ou de l’Est de la province que du Québec, de l’Europe ou de l’Afrique. On y trouvait même des gens à l’anglais encore rudimentaire: exceptionnel en Ontario français.

La même diversité de races et d’opinions caractérisait le panel de quatre personnalités invitées par le MOFIF (Mouvement ontarien des femmes immigrantes francophones) de Fayza Abdallaoui, dont le président de l’AFO (Assemblée de la francophonie de l’Ontario) Carol Jolin.

Selon lui, «un Franco-Ontarien, c’est toute personne qui parle français en Ontario», la définition officielle la plus inclusive… qui en a fait sourire ou soupirer plusieurs.

Recul et incompréhension

Arielle Kayabaga, diplômée en science-politiques, première femme noire candidate dans un quartier de London aux élections du 22 octobre, est une ancienne militante du RÉFO (Rassemblement des étudiants franco-ontariens).

Mais elle affirme aujourd’hui avoir pris du «recul» par rapport au mouvement associatif franco-ontarien, qu’elle «ne comprend plus».

Elle cherche désormais à empêcher que son jeune fils ne «s’assimile» à la francophonie qui chante Notre Place, afin de préserver la culture ancestrale (Burundi et Rwanda).

Respect et intégration

Fété Ngira-Batware Kimpiobi exhorte au contraire les immigrants à s’allier et s’intégrer aux Franco-Ontariens, en reconnaissant qu’«on arrive sur un territoire où il y a déjà un peuple: les Franco-Ontariens sont un peuple, avec leurs langue, accent, culture, us et coutumes, qu’il faut respecter».

Cette Congolaise de Niagara, qui a surtout vécu en France, avertit aussi les immigrants que les Canadiens n’ont jamais vraiment été consultés sur l’immigration. «Ça prend du temps avant de pouvoir dire qu’on chez nous en Ontario au même titre que les Franco-Ontariens: on est dans leur maison, ils ont des droits.»

Si un Canadien-Français blanc avait tenu un tel discours, on aurait crié au racisme. Heureusement, Fété Ngira-Batware Kimpiobi a des références impeccables: directrice générale de SOFIFRAN (Solidarité des femmes et familles immigrantes francophones du Niagara) et membre du conseil de gouvernance de l’Université de l’Ontario français.

Fête et partage

Au milieu de ces tirs croisés, la chanteuse torontoise Nathalie Nadon (Les Chiclettes), originaire d’Ottawa, était celle qui voyait les identités multiples de la francophonie ontarienne comme des «opportunités de rayonnement».

Pour elle, toutes les occasions de fêter sont bonnes. Justement, le débat du MOFIF se tenait la veille du Jour des Franco-Ontariennes et des Franco-Ontariens, marqué par des levers de drapeaux, des rassemblements et des concerts un peu partout en province.

«Les Franco-Ontariens veulent partager leur patrimoine», a lancé Carol Jolin. Mais, apparemment, tous ne sont pas preneurs. Du moins pas avant que les immigrants soient mieux accueillis, que leurs diplômes soient reconnus, qu’ils trouvent un logement ou un emploi aussi facilement que les gens nés ici.

Attentes irréalistes

Par ailleurs, certains ont paru blâmer les Franco-Ontariens pour l’absence, à Toronto, de services publics en français ou d’institutions comparables à celles de la majorité anglophone.

On s’est plaint aussi que le marché local, pour leurs produits, services ou talents francophones, soient beaucoup plus petit que pour les anglophones.

Enfin, même si l’assemblée a paru apprécier qu’on ait pu ventiler des sentiments souvent réprimés, plusieurs observateurs ont admis rester dubitatifs face à ce genre de questionnement identitaire.

MOFIF
Une cinquantaine de personnes ont répondu à l’invitation du MOFIF. À l’avant: la députée Marie-France Lalonde, la dg du Centre francophone de Toronto  Florence Ngenzebuhoro, la députée Amanda Simard, la présidente Fayza Abdallaoui.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Cloner des singes pour étudier les maladies du cerveau

Il s’est écoulé à peine un an entre le premier clonage réussi de singes, et le premier clonage réussi de singes génétiquement modifiés. Où...
En lire plus...

18 février 2019 à 7h00

Haïti : la rage des innocents

Des centaines de visages décomposés par la rage apparaissent sur nos écrans: les visages de milliers de jeunes Haïtiens privés d'espoir. Rien ne les...
En lire plus...

17 février 2019 à 17h30

Sur les traces des aventuriers du 80e parallèle

Norvège Aurélie Resch
Il est près de 22h quand le navire Nordstjernen de la compagnie Hurtigruten franchit le 80e parallèle. Passagers et équipage sont réunis sur le...
En lire plus...

17 février 2019 à 13h00

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Oslo: dans les coulisses des négociations israélo-palestiniennes

Studio 180
Me voici, à la St-Valentin, assis avec ma bien-aimée, dans une salle remplie à craquer du théâtre CAA de Mirvish (l'ancien Panasonic sur Yonge...
En lire plus...

16 février 2019 à 12h00

La pénurie d’enseignants freine le bilinguisme

Photo: Francopresse, Lucas Pilleri
Après des décennies de croissance exponentielle, les programmes de français langue seconde des conseils scolaires du pays peinent à trouver un nombre suffisant d’enseignants...
En lire plus...

16 février 2019 à 9h00

Le lait au chocolat ne fait rien de spécial pour la récupération des sportifs

santé, sport
Les médias, la publicité et bien des athlètes rapportent régulièrement que le lait au chocolat améliore la récupération chez les sportifs après un effort...
En lire plus...

La France s’anime au TAAFI

TAAFI
Du 15 au 17 février, les films sont de retour au Festival international d’art d’animation de Toronto (TAAFI) et plusieurs oeuvres françaises émergent du...
En lire plus...

15 février 2019 à 16h28

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur