Perquisitions et saisies en Ontario: le commerce du cannabis n’est pas toujours légal

cannabis

La valeur totale des drogues saisies lors des perquisitions de ces deux dernières années dépasse 178 millions $. Photo: Richard T - Unsplash
Partagez
Tweetez
Envoyez

La production illégale de cannabis continue de fleurir en Ontario et ce, même si la drogue douce a été légalisée par le gouvernement Trudeau en octobre 2018.

Selon la police, des producteurs autorisés exploitent la licence de Santé Canada qu’ils détiennent pour mener des opérations illégales.

Perquisitions et saisies

La police provinciale de l’Ontario (PPO) et plusieurs corps policiers locaux et régionaux membres de l’Équipe provinciale d’application des lois en matière de cannabis ont exécuté 152 perquisitions au cours des deux dernières années afin de s’attaquer à la production, à la vente et à la distribution illégale de la marijuana à travers la province.

Plus de 180 000 plantes de cannabis, des milliers de livres de pot séché, de dérivés du cannabis comestibles, d’autres drogues illicites, 3,2 millions $ ainsi que plus de 1,8 million de produits de la criminalité, comme des propriétés, des véhicules et des armes à feu, ont été saisis par les policiers lors des raids menés notamment dans d’immenses serres.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La valeur totale des drogues saisies s’élève à plus de 178 millions $. Aussi, 1176 accusations en lien avec la Loi sur le cannabis et le Code criminel ont été déposées.

Des fins médicales aux fins commerciales

«Ces opérations sophistiquées exploitent les enregistrements de Santé Canada pour produire ou désigner quelqu’un pour produire du cannabis à des fins médicales en détournant du cannabis autorisé à être cultivé à des fins médicales vers le marché illégal», a indiqué la police provinciale de l’Ontario dans un communiqué publié jeudi.

«Au départ, l’équipe s’est concentrée sur les vitrines des magasins, puis s’est déplacée vers l’espace en ligne», explique l’inspecteur-détective Jim Walker, du Bureau de la lutte contre le crime organisé de la PPO. «Maintenant, nous ciblons les sites de cannabis illégal, où nous voyons l’ampleur de la portée de ces opérations illégales.»

«Ce ne sont pas de petites opérations qui se développent pour un usage personnel. Des réseaux criminels lucratifs financent ainsi d’autres activités criminelles. Il s’agit du crime organisé à son plus haut niveau.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur