«On parle comme des enfants analphabètes»

Les propos d’une étudiante acadienne enflamme le web

Roxann Guerrette

Roxann Guerrette


16 février 2018 à 10h00

Critiquée par les uns, applaudie par les autres, Roxann Guerrette, une ancienne présidente de la fédération étudiante de l’Université de Moncton, s’est excusée des propos controversés qu’elle a tenus sur l’état du français en Acadie.

Originaire de Ste-Anne de Madawaska, elle effectue un stage de six mois à Marseille, en France, dans le cadre de son doctorat en sciences de la vie. Sur sa page Facebook, elle a décrit son malaise et sa gêne de parler sa langue maternelle lors de son séjour.

«J’ai honte de ma langue», écrivait Roxann Guerrette avant de préciser qu’elle n’avait pas honte de sa langue, mais qu’elle avait cherché, par ce mot, à provoquer un débat.

Ça sert à rien!

«Depuis mon arrivée en France, je me demande quel était le but des francophones canadiens de se battre pour conserver leur langue. ON PARLE MAL. Les Québécois n’aiment pas notre accent. C’est difficile pour les Français de nous comprendre. Le français que j’ai appris à l’école est pourri! Ça sert à rien! Si vous n’êtes pas d’avis, faites lumière sur mon ignorance que le français en Acadie c’est une perte de temps!»

«On parle comme des enfants analphabètes en Acadie», ajoute-t-elle un peu plus loin.

Ses propos ont ouvert la voie à un débat passionné qui a rapidement pris de l’ampleur au cours de la journée. Plusieurs centaines d’internautes ont réagi, les uns saluent son témoignage, tandis que d’autres lui reprochent de dénigrer sa langue et ses origines, parfois avec des mots assez durs.

Une corde sensible

Que nous dit cette affaire du rapport qu’entretiennent les Acadiens avec leur langue? Isabelle Violette, professeure en sociolinguistique à l’Université de Moncton, n’est pas surprise qu’un débat sur la qualité du français suscite d’aussi vives réactions.

«En Acadie comme dans d’autres lieux minoritaires, la langue est le pilier de l’identité. Dès qu’on fait un commentaire sur la langue, ça se reflète dans l’esprit des gens comme une attaque contre le groupe et son identité. Les Acadiens se définissent essentiellement par le fait de parler un certain français, quand on remet en question la valeur de cette particularité linguistique, c’est comme si on remettait en question la légitimité ou la crédibilité du groupe dans son ensemble. On sent que ça touche une corde sensible.»

Français standard

Selon Mme Violette, ce débat est symptomatique de la difficulté de la communauté acadienne à définir ses propres normes linguistiques.

«Historiquement, le français a évolué différemment et c’est en France qu’on a établi la norme du bon usage. Plus on s’en éloigne, plus on a un sentiment d’inadéquation avec cette norme. L’Acadie est un peu plus démunie que le Québec pour déterminer quel est le français standard, le français qui définit en tant que nation.»

Roxann Guerette exprime ce choc culturel que de nombreux Acadiens vivent lorsqu’ils se confrontent au français dit «standard» et ressentent un écart avec ce modèle de langue considéré supérieur. Notre langue est bien plus qu’un moyen de communication, elle est aussi un marqueur de distinction sociale associé à des jugements de valeur, rappelle Isabelle Violette.

Insécurité

«Quand une personne se fait constamment reprendre, questionner, qu’on ne la comprend pas, elle développe un sentiment d’inadéquation profond», dit-elle.

«Si Mme Guerette a fait cette sortie publique, c’est peut-être parce qu’elle est confrontée à des réactions qui font qu’elle se sent inadéquate sur le plan linguistique. Parce qu’en Acadie, on a depuis longtemps cette idée que le français outre-Atlantique est meilleur dans son essence, il ne lui vient pas à l’idée de remettre en cause les formes d’usage des Français, mais plutôt de penser que les siennes sont moins bonnes.»

Rejet de l’individu

Mais d’où vient ce sentiment de honte? Rejeter la manière de parler d’un individu, c’est aussi rejeter ce qu’il est, répond la chercheuse.

«Un commentaire sur la langue est toujours lié à d’autres attributs de la personne. Juger la langue c’est souvent juger de l’intelligence de la personne, son statut social, son niveau de culture… Ça ne s’arrête jamais à la langue. Dire d’une personne qu’elle a un beau discours, qu’elle emploie de grands mots ça suppose des qualités sur le plan intellectuel, culturel. De la même façon, des commentaires dépréciatifs impliquent une dévalorisation qui dépasse la pratique linguistique.»

Mme Guerrette a refusé nos demandes d’entrevue et a publié des excuses sur sa page Facebook le 14 février. «Je m’excuse du plus profond de mon cœur d’avoir insulté mes amis, mes collègues, mes voisins et mes ancêtres. […] J’ai été trop maladroite avec un sujet qui est trop fragile et qui touche trop de gens.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un quatrième album pour l’humoriste Hunter Collins

Hunter Collins
Pas de sujets tabous pour cet homme blanc hétéro...
En lire plus...

23 juin 2018 à 12h00

Les aires protégées qui ne sont pas protégées

Objectif 2020 : 17 % des terres émergées et 10 % des océans
En lire plus...

23 juin 2018 à 10h00

CRISPR : émoi autour du mot « cancer »

Le «ciseau génétique» provoquerait une «contre-attaque»
En lire plus...

23 juin 2018 à 7h00

Charme industriel entre les briques rouges de la Distillerie

La Distillerie
La Distillerie est bien un quartier de Toronto où le paysage industriel rencontre l’art moderne. Les gens y viennent pour venir se restaurer dans...
En lire plus...

22 juin 2018 à 19h00

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur