Nouvelle saison des concerts Mooredale

Partagez
Tweetez
Envoyez

De puissantes notes s‘élèvent dans la petite salle de répétition. Une mélodie forte et qui rappelle la période classique. On s’attendrait à rencontrer dix musiciens en transe. En réalité, elles sont quatre (deux violonistes, une violoncelliste et une alto) à faire vibrer les murs par leur musique joyeuse.

Le Quatuor Cecilia ouvrira la saison des concerts Mooredale dimanche 6 octobre, sur la scène du Walter Hall de l’Université de Toronto.

Le quatuor a reçu en 2010 le premier prix du concours international du quatuor à cordes Banff. Depuis quelques semaines, il répète avec endurance près de 5h par jour pour être prêt pour le Jour J.

Une oreille non initiée pourrait croire que ces musiciennes ne font que rejouer le même morceau, encore et encore. Pourtant chaque détail compte et le rendu peut être sensiblement différent.

Conversation

«La musique d’un quatuor, c’est comme quatre personnes ayant une conversation intelligente», explique Rachel Desoe, la violoncelliste. «Elles se répondent entre elles. Le violoncelle est la voix la plus basse, c’est un peu le socle du morceau.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Ce jour-là, les quatre jeunes femmes répètent Tchaïkovski. Mais un quatuor à cordes n’est pas cantonné aux seules partitions de la période romantique.

Le Quatuor Cecilia joue des musiques qui peuvent aller jusqu’au XXe siècle. Elles collaborent même avec des compositeurs contemporains encore vivants. «C’est très enrichissant pour notre musique», complète Rachel. «Il nous est aussi arrivé de collaborer avec des pianistes de jazz. Dans ce cas, une partition est adaptée pour qu’on puisse la jouer.»

Pas de chef d’orchestre

Dans un quatuor, à l’inverse d’un orchestre, il n’y a pas de chef. «C’est un leadership tournant, précise Rachel. Comme dans une démocratie. Chacune mène tour à tour.» Et ça se voit.

Au fil des variations, chaque musicienne prend les devants. Au fil des variations, des mimiques surprenantes se peignent sur leur visage. Les muscles se tendent et les sourcils se froncent. «C’est ça qui est magique quand on joue», s’exclame Rachel. «Nous montrons physiquement ce que l’on ressent sur la musique et ça nous guide.»

Le soir du 6 octobre, le quatuor Cecilia ne sera pas la seule à ouvrir la saison Mooredale. Il se produira sur scène avec Afiara, un autre quatuor à cordes (en concert en Chine au moment de l’entretien).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«On ne dirait pas comme ça, mais c’est très différent pour nous de jouer à 4 ou à 8. Il y a tellement de personnes à regarder!».

Mais Rachel est quand même ravie. Afiara et Cecilia se connaissent depuis de nombreuses années. «On n’a pas forcément les mêmes mots pour décrire ce qu’on veut faire pendant les répétitions. La différence est là. Heureusement qu’on les connaît bien.»

Tchaïkovski et Haydn

Lors des répétitions, les musiciennes travaillent à transmettre les différentes émotions qui habitent un morceau.

«Par exemple, si on veut faire de ce passage un moment joyeux, on va tenter de le jouer aussi clairement que possible pour que le public ressente cette joie», révèle la violoncelliste.

Les concerts Mooredale visent justement à faire découvrir la musique classique à toute la famille. Le jour du concert, le public pourra entendre deux morceaux joués par le Quatuor Cecilia: le quatuor à cordes de Tchaïkovski (XIXe siècle) numéro 1 en D majeur, Opus 11, et le quatuor à cordes de Haydn (XVIIIe siècle) numéro 4, Opus 20.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Le Haydn ressemble à une petite conversation entre quatre personnes. Il y a plusieurs personnages dans sa musique», décrit Rachel. «Tandis que Tchaïkovski, ça tend vite vers le monumental, vers l’opéra. C’est très romantique, avec une palette d’émotions intenses.»

Avec Afiara, ils joueront l’octuor de Mendelssohn en Eb majeur, Opus 20.

Renseignements

Ouverture de la saison des concerts Mooredale
dimanche 6 octobre à 15h15 au Walter Hall de U of T.
www.mooredaleconcerts.com

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur