Nouveauté à Discovery Cove: le Grand Reef

Partagez
Tweetez
Envoyez


«Maman, regarde! C’est Némo! »
 Une fois n’est pas coutume à Orlando, au pays de Disney, d’entendre un enfant s’exclamer sur la présence soudaine d’un personnage de dessin animé. Mais là, nous sommes hors de la zone de la souris aux grandes oreilles et avons de l’eau jusqu’à la taille.


«Oh! Et là! Regarde! Une raie!»


En d’autres circonstances, j’aurais sauté hors de l’eau, mon enfant sous le bras, à l’abri du dard ennemi, mais ici à Discovery Cove, il en va tout autrement.


Sanctuaire de la mer, faisant face à sa grande sœur Sea World, sur Central Florida Parkway, Discovery Cove invite les visiteurs à plonger dans le monde merveilleux de l’océan et à partir à la découverte de toute une faune incroyable.


Limitée à quelque mille touristes par jour, cette aventure vaut la peine d’être planifiée et réservée à l’avance.


l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

À peine la porte franchie, on pénètre dans un univers bien différent de la jungle d’asphalte qui s’emmêle à l’extérieur. Une végétation luxuriante et tropicale nous accueille et révèle après un petit pont à traverser, une allée qui se perd au milieu de plages et de lagons.


Le petit déjeuner offert au restaurant face à l’un des nombreux habitats des dauphins permet d’observer les jeux et courses de ces derniers.


À la vue de l’eau et des dauphins, les enfants s’échauffent vite et il est grand temps de partir revêtir la combinaison de plongée qui nous est offerte et de nous saisir des masques proposés. Notre première étape sera une interaction avec un des dauphins de Discovery Cove. Une trentaine de minutes à découvrir, caresser et nager avec ce sympathique mammifère sera l’un des temps forts de la journée.


Une expérience unique qui se complète par la toute nouvelle attraction du parc: Le Grand Reef.


Grand Reef


Ouvert au public le 11 juin, le Grand Reef déploie une remarquable reconstitution des fonds marins de plusieurs océans de notre planète. Des barrières de corail aux couleurs vives à la faune exotique, une immersion totale dans le «monde du silence».


l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Tandis que ma fillette de deux ans que je tiens dans mes bras s’émerveille des poissons-clowns qu’elle voit jouer devant elle, mes fils à mes côtés avancent la tête sous l’eau à la découverte d’un monde fascinant.


Des raies larges d’un mètre et plus les frôlent dans une danse enjôleuse tandis que des centaines de poissons multicolores se faufilent entre nos jambes, aussi curieux de nous que nous le sommes d’eux.


Un peu plus tard, c’est à mon tour de m’aventurer dans les eaux plus profondes du lagon et d’admirer le ballet de ces poissons.


Je glisse devant une paroi de verre qui me sépare fort heureusement d’une dizaine de requins qui me toisent, placides, tandis que mon pouls s’accélère.


Quelques brasses plus loin je refais surface pour aller m’abriter dans une des grottes qui parsèment le lagon. De mon abri, j’observe les petits qui s’ébattent au milieu des poissons et les adultes qui ont poussé l’aventure plus loin en revêtant un scaphandre pour une immersion totale et une exploration de près des fonds marins.


l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La tête dans l’eau, on ne prend la mesure du temps qui passe qu’aux variations de lumière. J’entraîne alors ma petite troupe vers une rivière qui serpente tranquillement à travers le parc.


Doucement bercé par le courant, flottant sur notre dos, on se laisse aller à la rêverie et à la contemplation de la végétation qui abonde. Après avoir passé une double cascade, nous pénétrons dans une immense volière. Au-dessus de nous, une multitude d’oiseaux colorés et exotiques volent, s’approchent ou nous adressent la parole. Sur les berges, des visiteurs les nourrissent à la main.


Nous accostons bien plus tard sur une plage de sable blanc et prenons un goûter. Quelques châteaux de sable plus loin, les enfants, du sable encore plein les cheveux, dorment sur la banquette arrière de la voiture, rêvant aux dauphins et aux raies. Moi, je conduis, les yeux encore perdus dans le bleu.


Pour toute information, veuillez visiter le site www.discoverycove.com

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur