Notre société dysfonctionnelle: mieux vaut en rire

Nadine Djoury dans Party Tonight, Panic Tomorrow à Second City

Brandon Hackett et Nadine Djoury dans Party Tonight, Panic Tomorrow de Second City.


15 novembre 2017 à 14h01

L’objectivation du corps des femmes, les frustrations d’appeler sa famille via Skype, le débat «Vélos vs Voitures» à Toronto ou encore notre fascination pour les vidéos d’animaux sur YouTube: c’est angoissant, mais pas de panique!

Du moins pas aujourd’hui, car on en rit sur la scène de la nouvelle revue de Second City, Party Today (Panic Tomorrow), avec ses six comédiens Nadine Djoury, Brandon Hackett, Devon Hyland, Colin Munch, Ann Pornel et Allana Reoch.

De l’absolument absurde à l’incroyablement grave

«Ce que j’aime d’un spectacle de sketchs, c’est qu’on peut parler de sujets variant de l’absolument absurde à l’incroyablement grave», explique à L’Express Nadine Djoury, qui est originaire de Montréal.

Déjà créatrice de la série Newborn Moms (sur ABC et CBC), elle estime que participer au spectacle de Second City est une excellente opportunité.

«Nous avons la chance d’écrire et de jouer notre propre matériel chaque soir! Ça nous permet vraiment de perfectionner nos compétences en comédie. Lorsque nous sommes en développement, nous testons de nouvelles idées devant une audience et d’obtenons un retour immédiat, ce qui est une opportunité rare. En outre, le spectacle est 100% collaboratif, de sorte que vous apprenez la compétence inestimable de soutenir les idées des autres.»

Le casting de Party tonight, Panic tomorrow:
Le casting de Party Today (Panic Tomorrow): Brandon Hackett, Ann Pornel, Devon Hyland,Allana Reoch, Nadine Djoury et Colin Munch

Du marketing à la scène

Nadine Djoury est diplômée de l’université de McGill. «J’adore Montréal! C’est ma ville préférée. J’aime bien qu’à Montréal, la diversité des cultures soit célébrée. Aussi, la gastronomie y est incroyable!», s’enchante la jeune femme.

Passionnée de mathématiques, elle avait débuté une carrière dans le marketing. Pourtant, très attirée par la comédie, mais «ne sachant pas comment poursuivre ce rêve», la jeune femme se trouve vite insatisfaite de sa vie professionnelle.

Elle commence à suivre des cours d’improvisation, qui réveillent rapidement son «amour pour les arts», et décide finalement de quitter son travail pour s’investir à temps plein dans une carrière de comédienne.

Nadine ne regrette cependant en rien son choix de formation à McGill: «Mes études m’ont appris à vendre mes idées et à gérer les productions sur lesquelles je travaille.»

Du français à l’anglais

Lorsqu’elle était à Montréal, Nadine Djoury a suivi un programme d’immersion, au secondaire, pour apprendre à parler le français.

Sur son site, elle souligne avec humour une de ses compétences: «Sait jurer en français».

Selon elle, «parfois, jurer en français est le seul moyen de communiquer effectivement les émotions.»

Avec la comédienne Aimee Ambroziak, Nadine a écrit et joué une scène entièrement en français, où les deux jeunes femmes jouaient les rôles de deux Canadiennes-Françaises en train de discuter, ne lésinant pas sur les injures. «Même si la scène était en français, le public était à fond dedans!»

La jeune femme se passionne pour la nécessité d’adaptation d’un spectacle selon s’il est en français ou en anglais. «Gad Elmaleh, de France, a beaucoup parlé sur le podcast de Marc Maron, WTF, défis auquel il est confronté en devant adapter son matériel humoristique pour le public américain. C’est tellement intéressant d’identifier les blagues qui résonnent avec certains publics, mais pas avec d’autres.»

Nadine Djoury
Nadine Djoury

La revue humoristique d’actualité de Second City, Party Today (Panic Tomorrow), se joue au Théâtre Mainstage, au 51 rue Mercer, jusqu’en mars 2018.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur