Njacko Backo: «La plus belle soirée de ma vie»

Levée de fonds pour les enfants de Bazou

Le percussionniste Muhtadi était présent vendredi soir pour aider les enfants du village de Bazou, pour le plus grand bonheur de Njacko Backo

11 mai 2010 à 12h16

Depuis qu’il est revenu du Cameroun, son pays natal, Njacko Backo, ne pense qu’à une chose: récolter des fonds pour sauver son école. Vendredi soir, le chanteur torontois a organisé une première soirée de concerts à l’hôtel Gladstone. 13 artistes se sont joints à sa cause.

En partant au Cameroun en janvier 2009, Njacko Backo est arrivé les mains chargées de fournitures scolaires pour l’école de Bazou, son école.

Il a passé ses plus jeunes années sur les bancs de cette école et le choc fut dur en voyant l’état des locaux: plus de toit, aucun sanitaire en état de marche, pas d’eau potable…
«Je ne savais pas que l’école était dans cet état. Il y a beaucoup de choses à faire à commencer par refaire les salles de classe et assurer un salaire fixe aux professeurs. Les enfants ne peuvent pas apprendre dans ces conditions», explique Njacko Backo.

Il décide de se mobiliser et monte un projet sur cinq ans pour améliorer les salles de classe et offrir aux enfants et aux professeurs des conditions d’apprentissage descentes.

Il engage une personne sur place, qu’il forme et à qui il envoie un appareil photo, une caméra pour témoigner des changements et, bien sûr, l’argent.

«Il faut avoir quelqu’un là-bas pour s’assurer que l’argent va bien à la rénovation de l’école et suivre l’avancée des travaux. Il s’assure que les professeurs reçoivent leur salaire et s’occupe de recruter du personnel pour les travaux sur place. J’y retournerai prochainement pour voir les premiers résultats», continue le chanteur.

Njacko Backo est très ambitieux pour son école. Il veut offrir un futur plus optimiste à tous ces enfants: «Ce sera une belle école qui servira à beaucoup d’enfants pendant plusieurs années. Ils pourront progresser. Et peut-être que des ingénieurs sortiront de cette école!»

La plus belle cause

Ce n’est pas la première fois que Njacko Backo se mobilise pour une cause. Mais celle-ci a un goût particulier. «En 40 ans de carrière, c’est la plus belle soirée de ma vie. Je suis heureux de pouvoir faire ça pour ma communauté.»

Pour collecter les fonds nécessaires, Njacko Backo a eu l’idée d’organiser des soirées caritatives avec l’aide de ses amis musiciens et chanteurs.

«Je suis très heureux, car ce sont des artistes importants sur Toronto. Ils ont accepté de donner de leur temps très facilement. La seule difficulté fut de trouver une date qui corresponde à tout le monde», raconte-t-il. Kalimba Kalimba, Diana Braithwaite et Chris Whiteley, entre autres, ont accepté l’invitation et étaient sur scène vendredi soir au Galdstone Hotel, dans le quartier West Queen West.

Malgré la pluie et le froid, le public a aussi répondu présent pour soutenir les enfants de Bazou. Dans la salle, les images du village, de l’école et de tous ces enfants défilent sur un grand écran.

Sanitaire et traitement de l’eau

Cette première soirée ne sera sûrement pas la dernière. L’argent récolté vendredi soir va financer la première étape du projet: réparer le toit de quelques salles de classe. Les enfants ne seront plus obligés de suivre les enseignements en plein air.

D’autres seront prochainement organisées pour financer les autres étapes: des sanitaires et un mécanisme de traitement de l’eau pour la rendre potabl

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

L’humoriste préféré des Français revient en anglais

Gad Elmaleh à Los Angeles (Photo: Todd Rosenberg Photography)
Oh My Gad le 11 novembre au théâtre Queen Elizabeth
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h40

Annulation d’Énergie Est: des raisons strictement économiques?

pipeline
Remplacé par Keystone XL: Donald Trump plus proactif que Justin Trudeau.
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h30

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur