Nadège, pâtisserie et pâtissière françaises

Chaque semaine, L’Express vous présente un restaurateur ou une restauratrice francophone. Aujourd’hui, découvrez Nadège Nourian

Nadège Nourian dans sa boutique du 780 rue Queen Ouest


27 novembre 2017 à 12h30

Nadège Nourian, cheffe pâtissière française, originaire de Lyon, est la propriétaire des pâtisseries Nadège, quatre boutiques de Toronto spécialisées en pâtisserie fine.

Formée par les plus grands, à Lyon, puis à Londres, Nadège Nourian ouvre sa première pâtisserie à Toronto en 2009, au 780 de la rue Queen ouest, et lui donne son prénom.

Un style moderne d’un blanc immaculé, avec des touches rose bonbon: cette boutique, très design et toujours présente dans le quartier de la mode, ne désemplit pas, et les clients peuvent y boire thé, café, et déguster pâtisseries «haute couture», mais aussi des sandwiches travaillés.

La boutique Nadège de la rue Queen
La boutique Nadège de la rue Queen

Nous la rencontrions en 2010, un an après l’ouverture de sa première boutique, où elle nous confiait son espoir de voir Toronto «exploser culinairement», une explosion qu’elle avait connue à Londres, quelques années auparavant.

Toronto n’est pas pâtissière

Aujourd’hui, si Nadège concède que gastronomiquement, Toronto a atteint un niveau supérieur à celui qu’elle avait il y a 10 ans, elle indique lors d’une entrevue à L’Express que la pâtisserie reste le point faible de la Ville Reine.

«On mange mieux à Toronto, il y a beaucoup plus de bons restaurants qu’il y a 10 ans, mais en ce qui concerne la pâtisserie, il n’y a pas eu d’explosion du niveau de celle de Londres.»

Un petit empire Nadège

C’est ce qui l’a poussée à ouvrir à Toronto trois nouvelles boutiques: une à Rosedale, une au centre Adelaïde Richmond, dans le PATH, et une au luxueux centre commercial Yorkdale. On retrouve aussi actuellement son (grand) kiosque éphémère à macarons à Scarborough.

Chaque boutique a une identité différente, bien qu’elles gardent toutes la même signature: design, moderne, du blanc et du rose. Loin de l’idée qu’on peut se faire de la pâtisserie française d’antan, Nadège a créé un petit empire dans l’ère du temps.

«Je pense qu’une partie des clients qui rentrent dans mes boutiques sait que Nadège est une pâtisserie française, mais beaucoup ne savent même pas que Nadège est un prénom. Le côté français, c’est une histoire de communication.»

Les boutiques se créent et les équipes évoluent, mais Nadège aime à s’entourer de Français, qui ont reçu une bonne formation en pâtisserie, comme on n’en trouve peu ici, et n’hésite pas à former des Canadiens aux techniques pâtissières françaises.

La boutique de Rosedale
La boutique de Rosedale

Technicité et inspiration

«Sur le plan technique, je n’ai rien appris à Toronto. Par contre, sur le plan culturel et niveau inspiration, j’apprends tous les jours. Le multiculturalisme ici m’inspire, et j’aime travailler avec des ingrédients et des esthétismes appartenant à d’autres cultures… Même à la culture américaine!»

C’est de cette inspiration qu’est né le «Donut» de Nadège, qui de donut n’a que le nom et l’apparence, puisque c’est en fait un gâteau très travaillé, ou on retrouve cinq textures différentes de caramels.

En quelques années, Nadège Nourian est devenue une véritable entrepreneure, même si elle préfère se dire pâtissière.

«Déjà, être une femme entrepreneuse, c’est quelque chose d’assez rare, mais alors, les femmes entrepreneuses, dans le milieu de la pâtisserie… on se compte sur les doigts d’une main!»

Le défi est réussi pour Nadège Nourian, qui a encore pleins de nouveaux projets, et doit répondre à «beaucoup de propositions».

La boutique Nadège de la rue Queen
La boutique Nadège de Yorkdale
La boutique de Yorkdale
La boutique de Yorkdale
La boutique du PATH
La boutique du PATH

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur