Musée McMichael: Karine Giboulo à Lilliput

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le musée McMichael d’art canadien, à Kleinburg, au nord-ouest de Toronto, présente jusqu’au 26 janvier les oeuvres en plasticine, acrylique, plexiglass et autres polymères de l’artiste montréalaise Karine Giboulo, préoccupée par l’environnement, la mondialisation et la course aux profits.

L’exposition Les petits mondes étranges de Karine Giboulo cherche à divertir et éduquer à la fois. La cinquantaine d’installations créées au cours de la dernière décennie sont des microcosmes représentant le Canada, l’Afrique, l’Inde, la Chine et les Caraïbes, sont peuplées de centaines de personnages lilliputiens sculptés et peints à la main, aux aspects et expressions très distints.

Ces mondes sont pleins de couleurs mais la réflexion qu’ils imposent est plus noire. « Les visiteurs vont rencontrer des travailleurs d’usine chinois et des habitants de bidonvilles du Tiers Monde », indique l’artiste de 33 ans. Une oeuvre créée spécialement pour cette exposition montre des enfants d’écoles résidentielles des Premières nations.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Une sélection de peintures, dessins, photographies et gravures complète l’exposition.

Native de Sainte-Émélie-de-l’Énergie, au Quebec, Karine Giboulo est connue internationalement, ayant participé à plusieurs expositions solo et de groupe au Canada, aux États-Unis et en Europe.

La collection McMichael est une agence du gouvernement de l’Ontario, au même titre que le Musée royal et le Centre des sciences. Située dans un magnifique boisée de 100 acres comprenant plusieurs sentiers de randonnée, elle abrite en permanence les oeuvres du Groupe des Sept, de même que d’artistes autochtones.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur