Moyen-Orient: trop chaud pour se battre?

Partagez
Tweetez
Envoyez

Au Moyen-Orient, la nature se chargera peut-être de détruire toutes les factions rivales avant que les humains n’achèvent de s’entretuer eux-mêmes. C’est la position provocante prise par le chroniqueur du New York Times Thomas Friedman, qui y va des exemples suivants:

– le 31 juillet, dans la ville de Bandar Mahshahr, en Iran, sur le bord du Golfe Persique, la température, en y ajoutant le facteur d’humidité («température ressentie»), a atteint un phénoménal 68 degrés Celsius;

– ce record a été atteint au milieu d’une canicule de quelques semaines qui a frappé l’essentiel du Moyen-Orient, déjà l’un des endroits les plus chauds sur Terre;

– parallèlement à cette canicule, le gouvernement irakien a mis à pied trois ministres et promis des réformes après des semaines de manifestations dont la principale demande était… la climatisation. Ou plus précisément, l’incapacité des autorités à maintenir l’électricité plus de quelques heures par jour, pendant des journées où la température reste bloquée au-dessus des 40 Celsius;

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

– en février dernier, selon l’Associated Press, la première décision du nouveau cabinet du président iranien Hassan Rouhani n’a pas porté sur le nucléaire, mais sur la protection du lac Orumieh, un des plus grands lacs d’eau salé du monde, qui a perdu 80% de sa superficie dans les 20 dernières années;

– selon une étude de l’agence américaine des océans et de l’atmosphère (NOAA) parue en 2011, le Moyen-Orient a connu un déclin des précipitations hivernales de 1971 à 2010;

– selon le Centre pour le climat et la sécurité, basé à Washington, cette année au Pakistan, davantage de gens sont morts à cause de la canicule qu’à cause du terrorisme. La remarque de ces chercheurs: «ce que nous voulons souligner n’est pas qu’il devrait y avoir une compétition entre ‘terrorisme’ et ‘stress climatique’, mais que les ressources consacrées au premier dépassent de très loin le deuxième».

Thomas Friedman, un chroniqueur et auteur de livres qui écrit d’ordinaire sur la géopolitique ou l’économie internationale, se fait philosophe après avoir énuméré ces faits et d’autres: «Tous les peuples dans cette région sont en train de jouer avec le feu. Pendant qu’ils se battent sur qui est calife, qui est l’héritier légitime du prophète Mahomet et à qui Dieu a vraiment donné la Terre sainte, Mère Nature ne reste pas inactive. Elle ne fait pas de politique – seulement de la physique, de la biologie et de la chimie. Et si le total de ces derniers tombe du mauvais côté, la nature emportera tout le monde avec elle.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur