Abel Maxwell veut inspirer les jeunes

Célébration du Mois de l'Histoire des Noirs le 23 février

En plus de prononcer la conférence principale en après-midi, Abel Maxwell participera au concert le soir de la célébration du Mois de l'histoire des Noirs du Centre francophone de Toronto. (Photo:Joël Ducharme)
Partagez
Tweetez
Envoyez

Abel Maxwell sera omniprésent à la célébration du Mois de l’Histoire des Noirs organisée par le Centre Francophone de Toronto le samedi 23 février au centre Beanfield du Parc des Expositions. Le musicien et motivateur basé à Ottawa donnera d’abord une conférence en après-midi, puis participera au concert en soirée avec le groupe panafricain Okavango.

Un travail qui n’en est pas un

Pour Abel, venir parler de son parcours est une chance. «J’aime encourager les jeunes, les inspirer, car mon parcours est typique d’un parcours d’immigrant.»

Il racontera donc le long chemin qui l’a mené jusqu’à son succès actuel. Aujourd’hui, Abel parvient à vivre confortablement de sa passion: la musique.

C’est une chance pour celui qui aime rappeler le célèbre proverbe de Confucius: «Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie.»

Croire en soi

Son secret, c’est de croire en soi. L’auteur de Transform Your Life, Business & Health était seul à y croire au départ.

Si ses parents n’étaient pas hostiles à ce qu’il fasse de la musique, ils préféraient pour lui la sécurité d’un emploi plus traditionnel. Il n’a pourtant jamais baissé les bras et aujourd’hui, tout le monde reconnaît son talent.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Il faut suivre sa vision, c’est comme ça que j’ai réussi, c’est comme ça qu’aujourd’hui les gens croient en moi. Je le savais déjà il y a 10 ans, mais pas les autres.»

Abel Maxwell. (Photo: Joël Ducharme)

Un parcours semé d’embûches

Lorsqu’il arrive au Canada, il y a dix ans, il est seul. Rapidement, il trouve un travail dans la finance afin de payer son loyer.

Il voyage beaucoup, ce qui lui laisse peu de temps. Néanmoins, il n’a jamais abandonné la musique. «Ma journée de travail commençait à 9h, jusqu’à 5h l’après-midi. Ensuite jusqu’à 2h du matin, je travaillais sur mes chansons.»

Aujourd’hui, il planche sur son quatrième album et sa notoriété n’est plus à prouver. Il aimerait donc dire à ces jeunes que c’est possible, en croyant en soi.

Abel compte sur sa propre expérience pour convaincre les jeunes de croire en leurs rêves. «Le parcours personnel permet de mieux faire passer le message. À travers mon parcours je réussirai a inspirer certaines personnes, qu’elles foncent.  Ils se diront que si Abel a réussi, moi aussi je peux y arriver.»

Le centre Beanfield est situé près de l’entrée Est du parc des Expositions.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur