En partenariat avec
La Cité à Toronto

Michel Bénac: franco-unique!

Francophonie en fête 2016

Michel Bénac au 918 Bathurst pour Francophonie en fête 2016. (Photo: Thomson Birara)
Partagez
Tweetez
Envoyez
Cet article a été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre La Cité et L’Express.
Cet article a été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre La Cité et L’Express.

 Thomson Birara est étudiant en journalisme à Toronto au collège d’arts appliqués La Cité.


Pourquoi y a-t-il si peu de Franco-Ontariens dans l’univers musical canadien? Selon Michel Bénac, chanteur du groupe Swing, c’est une question d’acceptation de soi et d’appui de la communauté.

Le festival Francophonie en fête accueillait Michel Bénac, mercredi dernier, au 918 Bathurst, pour une conférence sur son cheminement de carrière dans une industrie où l’identité franco-ontarienne n’existait pas.

«Si ce n’était pas des cours de musique offerts au secondaire, je n’aurais jamais gradué», dit-il. Le chanteur a rappelé le soutien de ses enseignants durant ses années du secondaire. Ils ont compris quel genre d’élève il était et l’ont encouragé à persévérer en lui donnant la chance de performer devant un public.

Même si les élèves sont encouragés à composer en français et que des spectacles sont organisés durant l’année scolaire grâce aux programmes de musique, le problème est qu’en dehors du cadre scolaire les jeunes ne consomment pas de musique franco-ontarienne.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Michel Bénac va plus loin: «c’est un problème communautaire, les radios, les diffuseurs et même certains festivals offrent plus de musique québécoise que franco-ontarienne».

Il propose de prendre exemple sur ce qui se fait en Acadie. Là-bas les radios jouent la musique locale en boucle, les jeunes connaissent les groupes émergents et ils assistent au spectacle. Résultat: qui ne connaît pas le groupe Radio Radio au Canada?

Pour le jeune Bénac, le déclic identitaire c’est passé au début de la vingtaine. Après avoir refusé une offre de la maison de disque Sony (oui Sony!) en raison d’un excès d’ego pour son groupe de jeunesse Michael B. and the Power, ses autres rencontres avec les maisons de disques ont été très dures.

On l’a qualifié de «fake» et on lui a reproché que son style copiait celui de ses idoles (Prince, Run DMC et Michael Jackson). Il allait devoir trouver ce qui le distinguait et l’inclure dans sa musique. C’est ainsi qu’est né le son du groupe Swing: un mélange de folklore franco-ontarien et de musique hip-hop et électronique.

«Je ne suis pas du tout déçu de mes choix», affirme-t-il, «pas même d’avoir refusé Sony! Sans cette expérience je n’aurai jamais pensé emprunter la culture musicale de mes grands-parents et la mélanger avec la musique urbaine du genre Michael Jackson.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Dès la première année de Swing, le groupe a remporté quatre prix au gala des prix Trille or, dont celui de meilleur groupe. «La connexion avec le public a été instantanée.»

«Nous ne sommes que 600 000 dans une province de 12 millions», dit le chanteur. «Pour certains nous n’existons même pas. Mais les choses les plus rares sont les plus précieuses. Il ne faut pas avoir honte d’être un diamant.»


Aussi à Francophonie en fête dans L’Express :

Stefie Shock commence avec Gainsbourg et finit avec… Stefie Shock

Michel Rivard, maître de la scène et de la foule

Céleste Lévis: «Je vais amener mon accent franco-ontarien partout»

La discographie de Swing. (Photo: Thomson Birara)
La discographie de Swing. (Photo: Thomson Birara)

En partenariat avec

La Cité à Toronto

Nos cours à la carte ainsi que nos programmes sont offerts dans des entreprises, institutions et milieux qui vous permettront d’avoir un avant-goût de ce à quoi votre avenir ressemblera. Cliquez ici pour en savoir plus !

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur