McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

Accompagnée de Rita Letendre et Marie-Claire Blais

McMichael
L'artiste Françoise Sullivan (née en 1923). (Photo: Éric Lajeunesse.)
Partagez
Tweetez
Envoyez

Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d’art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes: Françoise Sullivan et Rita Letendre, rejointes le 8 mars par Marie Claire Blais. Des trois, Sullivan est la pionnière.

McMichael
Françoise Sullivan (née en 1923), Sans titre, 1968, Acrylique, 30.6 x 23.4 x 11 cm. Collection Musée d’art contemporain de Montréal. Don de Jean leFebure © Françoise Sullivan / SOCAN (2019). Photo: Guy L’Heureux.

Une artiste engagée

Née en 1923 à Montréal, cette artiste est abondamment qualifiée de «pluridisciplinaire». Sa formation initiale, Françoise Sullivan l’effectue à l’École des Beaux-Arts de Montréal au cours des années 1940.

Elle a été membre du groupe surréaliste québécois Les Automatistes. Elle signe en 1948 le célèbre manifeste Le Refus global avec quinze autres jeunes artistes. Le manifeste s’érige alors contre le conservatisme religieux et l’obscurantisme.

Danse dans la neige, qui part d’un ensemble de danses improvisées réalisées en 1948, se révèle marquer un tournant dans sa carrière et dans celle de l’histoire de la danse moderne. Une belle postérité pour l’œuvre de Sullivan.

McMichael
Françoise Sullivan (née en 1923), Rouge nos 3, 5, 6, 2, 1997, acrylique sur canvas, 4 éléments, 152 x 152 cm (chacun). Collection Musée d’art contemporain de Montréal © Françoise Sullivan / SOCAN (2019). Photo: Richard-Max Tremblay,

Une artiste aux multiples ressources

On lui reconnaît une grande influence artistique sur le Québec, et plus largement sur le Canada. Sculptures, peintures, chorégraphies: la plupart des chemins artistiques que Françoise Sullivan a empruntés lui ont procuré une grande renommée.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Avec plus de 50 pièces d’art incluant documents d’archives, peintures, costumes, sculptures, la diversité de son œuvre d’avant-garde est impressionnante.

Cette exposition est organisée et mise en circulation par le Musée d’art contemporain de Montréal. Aussi, elle se concentre sur le rôle majeur que Sullivan a joué dans l’histoire de l’art moderne au Québec.

Démocratiser l’œuvre de Sullivan auprès du grand public semble être l’un des objectifs de cette exposition.

McMichael
Françoise Sullivan (née en 1923), Spirale, 1969, acrylique, 65.5 x 31 x 35.4 cm. Collection Musée d’art contemporain de Montréal © Françoise Sullivan / SOCAN (2019). Photo: Richard-Max Tremblay.

Un moment confidentiel

Il nous est ainsi possible d’admirer son œuvre ici, à Toronto.

Le musée McMichael organise d’ailleurs une matinée francophone consacrée à l’exposition de l’art de Françoise Sullivan ce samedi 23 février à 10h30. Lisa Laurin, l’une des éducatrices principales du musée de Kleinburg, fera voyager les participants à travers l’œuvre de l’artiste, le tout en petit comité.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Attention, les places y sont limitées. Une inscription préalable à l’évènement y est obligatoire.  Dans tous les cas, il vous est possible d’admirer la pluralité artistique de Françoise Sullivan jusqu’au 12 mai, celle de Rita Letendre jusqu’au 5 mai, et celles de Marie-Claire Blais du 8 mars au 9 juin.

Un beau moment artistique et historique.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur