Lutte au VIH: les nouvelles frontières

La survie au VIH est passée de 2 ans à près de 40 ans. (Photo: HopeMedia / Flickr)

La survie au VIH est passée de 2 ans à près de 40 ans. (Photo: HopeMedia / Flickr)


7 décembre 2017 à 9h00

Loin d’être éradiqué, le VIH — virus de l’immunodéficience humaine — poursuit son hécatombe, en particulier dans les pays du Sud. Pendant ce temps, la recherche cible de nouvelles frontières, comme de réduire la persistance du virus dans le corps des personnes atteintes.

C’est ainsi que des équipes de recherche du Consortium canadien de recherche sur la guérison du VIH (CanCURE) visent des cellules du système immunitaire, les lymphocytes T et les macrophages, et aussi les tissus des organes où le virus reste en dormance.

Car malgré le traitement, le virus persiste souvent dans le corps de l’individu qui se considère pourtant guéri. «C’est pour cela que je ne parle pas de guérison, mais plutôt de rémission. Le VIH persiste et les antirétroviraux ne parviennent pas à l’éliminer», relève le Dr Éric A. Cohen, directeur de l’unité de recherche en rétrovirologie humaine à l’Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM), co-auteur d’une étude parue en octobre dans la revue Cell.

Réservoirs de globules blancs

Plus précisément, l’équipe de l’IRCM s’attaque à certains réservoirs de globules blancs où se cache le virus, au sein des macrophages, qui sont les cellules du système immunitaire chargées «d’avaler» les particules étrangères et autres débris cellulaires.

C’est à partir d’échantillons sanguins et biologiques de volontaires sains que les chercheurs ont pu observer que certains macrophages montraient une plus grande résistance à cet «envahisseur» qu’est le VIH, et utilisent pour cela des microARN — de petites molécules qui contribuent à l’expression des gènes.

Ces petits ARN régulent certains de nos processus cellulaires de base. C’est en en pistant une trentaine parmi les 1300 connus que les chercheurs ont mis à jour ce mécanisme de résistance. Deux microARN en particulier, appelés 221 et 222, «inhibent l’infection en réduisant le récepteur», c’est-à-dire la porte d’entrée pour le virus dans la cellule, explique le chercheur.

Du coup, si on parvient un jour à empêcher le virus de s’accrocher à la cellule et d’y entrer, on pourrait freiner la propagation de la maladie.

Des applications lointaines

Pourtant, il faut se garder d’être trop enthousiaste. Nancy Dumais, professeure au département de biologie de la Faculté des sciences de l’Université de Sherbrooke, juge que ce sont des travaux très importants. Mais que, pour le moment, les mécanismes de régulation de ces microARN ne sont pas connus.

«Cela restreint leur utilisation même si, théoriquement, ce sont des candidats potentiels pour le traitement de plusieurs maladies, dont le VIH et l’hépatite C» — plusieurs ont d’ailleurs été brevetés.

Pour la chercheuse, dont des travaux sur le rôle de cellules du système immunitaire dans la lutte contre le VIH ont fait l’objet d’une étude dès 2012, les applications pratiques de la recherche à l’IRCM sont encore loin, au vu du peu d’études précliniques réalisées. «Je ne crois pas qu’une approche thérapeutique est envisageable à court terme. Cette étude permet toutefois de mieux comprendre l’infection au VIH, la variabilité de la résistance et le rôle des macrophages», note la chercheuse.

En attendant, dans les pays occidentaux, il est désormais possible de vieillir avec le VIH. Chez les 36 millions d’individus infectés de la planète, la moitié, surtout dans les pays du Nord, disposent d’un traitement à vie. «Chez eux, la survie est passée de 2 ans à près de 40 ans», souligne encore le Dr Éric A. Cohen, «ce qui, en terme d’espérance de vie, ne fait pas une grande différence avec l’ensemble de la population.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Charismatiques mais en voie de disparition

Il ne resterait plus que 3000 lémuriens à Madagascar. (Photo: Pixabay)
Il ne resterait plus que 3000 lémuriens à Madagascar
En lire plus...

9 décembre 2017 à 10h00

L’évolution continue en ville

Pinson de Phoenix, Haemorhous mexicanus. (Photo: Daderot — Wikimedia Commons)
De nouvelles espèces urbaines
En lire plus...

9 décembre 2017 à 8h30

Les premiers Russes en Alaska

Un renard polaire. (Photo: Ansgar Walk / Wikipedia Commons)
Une expédition de 10 ans financée par le tsar Pierre Le Grand
En lire plus...

9 décembre 2017 à 7h00

Des lumières d’hiver et une patinoire à la Place de l’Ontario

La patinoire synthétique de la Place de l'Ontario. (Photo: ministère du Tourisme)
Un feu de camp les fins de semaine
En lire plus...

8 décembre 2017 à 14h00

Raymond Théberge clarifie sa position et obtiendra la nomination

Raymond Théberge. (Photo: L'Acadie Nouvelle)
Le prochain commissaire aux langues officielles a clarifié sa position sur le bilinguisme à la Cour suprême, mais son ambivalence initiale a fait tiquer...
En lire plus...

8 décembre 2017 à 12h44

Engouement pour Montessori à London

La pédagogie Montessori mise beaucoup sur l'expérience sensorielle, le travail manuel et l'esthétique.
L'enseignement alternatif se porte bien en Ontario
En lire plus...

8 décembre 2017 à 12h30

Des algues pour nettoyer l’eau des fermes à crevettes

Micro-algae-growing-in-the-lab-web-2583d4f397199d3d844bf90e8eb8caa72cf74eaf
Et traiter d'autres eaux industrielles?
En lire plus...

8 décembre 2017 à 11h00

150 ans, 150 nouvelles, 150 mots

Collectif sous la direction de Charles Leblanc, Bref, nouvelles, Saint-Boniface, Éditions du Blé, 2017, 122 pages, 19,95 $.
Lancement à la Librairie Mosaïque de Toronto
En lire plus...

8 décembre 2017 à 10h00

Le tiers des radios communautaires en péril

Un jeune bénévole de la radio CKRP, fondée en 1996 par l’ACFA régionale de Rivière-la-Paix. (Photo: CKRP)
Les médias francos n’ont reçu aucune indication leur permettant de compter sur le prochain Plan d’action fédéral.
En lire plus...

8 décembre 2017 à 9h00

La concentration continue de se développer jusqu’à 25 ans

La capacité à se concentrer ne serait pas encore pleinement développée chez les ados. (Photo: Mike Poresky - Flickr)
Cela expliquerait le déficit d'attention chez bien des ados
En lire plus...

8 décembre 2017 à 7h30

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur