L’Ontario mise sur les petits réacteurs nucléaires modulaires

De l'énergie «propre et fiable»

Un réacteur nucléaire transportable par camion.
Partagez
Tweetez
Envoyez

L’Ontario, la Saskatchewan et le Nouveau-Brunswick ont convenu récemment de développer et déployer la technologie nucléaire des «petits réacteurs modulaires» (PRM).

En marge de la rencontre de tous les premiers ministres provinciaux à Toronto le 1er décembre, les Conservateurs Doug Ford, Scott Moe et Blaine Higgs ont signé un protocole d’entente sur ces PRM «novateurs, polyvalents et évolutifs» permettant une production d’énergie «abordable, fiable et sûre».

Les premiers ministres Doug Ford (Ontario), Blaine Higgs (Nouveau-Brunswick) et Scott Moe (Saskatchewan).

«Les PRM pourraient générer de l’énergie propre et à faible coût, pour les collectivités au sein du réseau ou hors réseau, ce qui permettrait de relier les régions rurales et éloignées de notre province et profiterait aux industries énergivores, comme les secteurs minier et manufacturier.»

Plusieurs modèles de PRM, générant de 5 à 300 MW (contre de 600 à 1400 MW pour les grosses centrales), sont déjà proposés par plusieurs entreprises et en voie d’être approuvés ou déployés dans plusieurs juridictions au Canada et dans le monde.

De nombreux modèles de petits réacteurs modulaires varient en taille, coût, technologie et puissance.

L’idée n’est pas nouvelle: des réacteurs nucléaires propulsent déjà des sous-marins,  des porte-avions et des brise-glaces. La technologie s’applique même à des sondes spatiales.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’idée que des complexes industriels ou des régions éloignées puissent posséder ou gérer leurs propres centrales nucléaires est relativement récente, mais elle fait rapidement son chemin.

Les coûts d’installation et d’opération restent énormes: en milliards plus souvent qu’en centaines de millions de dollars. Mais, comme pour toute technologie, les coûts devraient baisser à mesure que la technologie se répand et est apprivoisée.

Un petit réacteur nucléaire modulaire.

L’Ontario, la Saskatchewan et le Nouveau-Brunswick sont signataires de la Feuille de route canadienne sur les PRM, qui ne mentionne aucun échéancier pour la concrétisation de tels projets. Rien que l’élaboration du cadre législatif prendra des années, pas des mois.

«Compte tenu du temps nécessaire pour les décisions d’investissement clés», lit-on dans la Feuille de route, «c’est maintenant que le Canada doit saisir sa chance de prendre une position de chef de file.»

Dans leur protocole d’entente, les trois provinces disent vouloir «influencer de manière positive le gouvernement fédéral afin qu’il appuie les PRM».

Un petit réacteur nucléaire peut fournir de l’énergie à une mine, un complexe industriel ou une communauté éloignée.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur