L’océan est un pont, pas un barrage

Jean-Louis Grosmaire, Franche-Comté – Québec : Chemins de rencontre, essai, Ottawa, Éditions du Vermillon, coll. Visages no 31, 2015, 184 pages, 20 $.

4 mai 2015 à 14h46

Écrivain, géographe et ancien professeur au Collège de l’Outaouais, Jean-Louis Grosmaire, se définit comme «Québécomtois» puisque sa famille est originaire de Franche-Comté et que, lui, a émigré au Canada en 1969.

Grosmaire a passé la plus grande partie de sa vie en Outaouais et souhaite que des liens plus étroits se tissent entre la Franche-Comté et le Québec, voire le Canada, d’où son essai Franche-Comté – Québec : Chemins de rencontre.

La Franche-Comté est une région culturelle et administrative de l’Est de la France, qui comprend quatre départements: Doubs, Jura, Haute-Saône et Territoire de Belfort.

La capitale de cette région qui jouxte la Suisse est Besançon. Peu de Canadiens y sont allés et peu de Francs-Comtois sont venus nous voir. Le Québec et la Franche-Comté ont pourtant beaucoup de points communs.

Les archives montrent que des Francs-Comtois étaient actifs en Nouvelle-France et que «certains combattirent à la bataille des Plaines d’Abraham en septembre 1759».

Étienne Bontron, qui fut sergent au fort Pontchartrain (Détroit), est l’ancêtre des Major au Québec et en Ontario. Plusieurs Comtois eurent de belles lignées, dont celles des Grandmaître, «un nom qui est respecté dans tout l’Ontario français».

Jean-Louis Grosmaire nous rappelle que l’écrivain Xavier Marmier est un Comtois qui a fait connaître le Canada aux Français en publiant, entre autres, Lettres sur l’Amérique, Canada, États-Unis, Rio de la Plata (1851) et le roman Gazida (1860). Il y décrit les Canadiens français, les Amérindiens, les animaux et les arbres. «Sur les Amérindiens, Marmier s’est solidement documenté et ses propos sont encore parfois, hélas, d’actualité.»

Le chapitre qui m’a le plus séduit est le plus court (4 pages). Grosmaire dresse le «Petit panorama culturel» de ses préférences personnelles. En littérature, on y trouve Maria Chapdelaine de Louis Hémon, Ces enfants de ma vie et La petite poule d’eau de Gabrielle Roy, La Sagouine d’Antonine Maillet et La Saga des Béothuks de Bernard Assiniwi.

En musique, place à Glen Gould et à ses Variations Goldberg de Bach, ainsi qu’à la violoniste Angèle Dubeau. En chanson, il y a évidemment Félix Leclerc et Gilles Vigneault. En architecture, l’auteur mentionne Douglas Cardinal (Musée canadien de l’Histoire) et Moshe Safdie (Musée des beaux-arts du Canada).

«En peinture, certains tableaux d’Ozias Leduc (1864-1955) me rappellent des scènes comtoises de jadis. Avec le Groupe des Sept […], vous serez emportés vers la Baie géorgienne et, plus jamais, vous ne verrez un pin blanc [arbre officiel de l’Ontario] de la même façon après avoir vu les chefs-d’œuvre de Tom Thomson.»

Jean-Louis Grosmaire a publié cet essai pour que l’océan Atlantique ne se dresse pas comme un barrage, mais plutôt comme un pont. Il souhaite que les Français, notamment les Francs-Comtois, puissent agréablement s’initier à l’histoire et à la géographie du Canada, particulièrement celles du Québec. L’auteur invite les Canadiens français à venir à la rencontre de «notre chère Franche-Comté qui mérite d’être mieux connue».

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

On est de plus en plus «connecté» sur notre santé

Les médecins se méfient encore des bidules permettant à leurs patients de mesurer eux-mêmes leur état de santé. (Photo: Hamza Butt / Flickr / Creative Commons)
Applications capables de surveiller poids, tension, glycémie, alimentation, exercice...
En lire plus...

17 octobre 2017 à 14h44

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

ONU: on attend beaucoup du Canada

L'ambassadeur du Canada à l'ONU, Marc-André Blanchard.
Des objectifs de développement durable ambitieux
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h54

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur