L’obésité maltraite le cerveau

ventre

En en perdant des neurones, une personne obèse aura encore moins de contrôle sur son alimentation... (Photo: Jarmoluk / Pixabay)


1 septembre 2018 à 9h00

Être obèse rend malade, on le sait: risques accrus de maladies cardiovasculaires et chroniques. Mais l’obésité maltraiterait aussi le cerveau en entraînant une perte de matière grise.

«Toutes les études analysées vont dans le même sens et constatent une diminution de la quantité de matière grise liée aux inflammations plus fréquentes du cerveau de la personne obèse», soutient Alain Dagher, chercheur à l’Institut neurologique de Montréal, le Neuro, et l’un des auteurs d’une étude québécoise, publiée en juillet dans l’International Journal of Obesity.

Les chercheurs en obésité constataient depuis des années des modifications subtiles dans la structure du cerveau des personnes obèses. Mais toutes les études n’affirmaient pas avec clarté que c’était l’obésité qui malmenait le cerveau.

Moins de contrôle et d’inhibition

C’est pourquoi l’équipe du Neuro s’est livrée à une méta-analyse. Ils ont retenu 21 études, représentant 5882 participants âgés de 18 à 92 ans, qui avaient analysé toutes les parties des cerveaux de ces personnes.

«Ce qui en ressort, c’est que la diminution du volume de la matière grise, dans des zones comme le cortex préfrontal moyen, le cervelet bilatéral et le lobe temporal gauche, s’associe constamment aux variables liées à l’obésité», détaille Alain Dagher.

Responsable de gérer les débalancements énergétiques — par exemple, d’envoyer des signaux d’appétence après une activité physique intense —, le cerveau va souffrir de la baisse de la matière grise dans les régions responsables des comportements. «Il aura moins de contrôle et d’inhibition et cela va entraîner une surconsommation de calories», note le chercheur.

Cartographier nos neurones

Dans une autre récente étude, publiée en août celle-là dans Proceedings of the National Academy of Sciences, l’équipe du Neuro a démontré encore la validité de la théorie du lien entre obésité et les différences structurelles du cerveau.

Les résultats sont tirés cette fois de l’analyse de données des fratries de 895 participants, dont près de 300 jumeaux — partie du Human Connectome Project, projet international visant, littéralement, à «cartographier» nos neurones.

«Des différences qui seraient plus héritables qu’on ne le pensait. Ce trait génétique ne représente toutefois qu’une partie du casse-tête et on ne peut écarter les interactions avec l’environnement, les habitudes nutritionnelles de la personne et d’autres facteurs qui agissent sur la gestion du poids», ajoute le Pr Dagher.

Cercle vicieux

Pour le directeur de la Chaire de recherche sur l’obésité de l’Université Laval, Denis Richard, qui n’a pas participé à ces études, «on peut se fier aux conclusions qui mettent en relation le fonctionnement du système exécutif, qui assure le contrôle des pulsions, et la perte de matière grise».

Il explique que la personne obèse va tomber dans un cercle vicieux, car en perdant des neurones, elle aura encore moins de contrôle sur son alimentation. «Ce qui va la pousser à manger plus et donc à accentuer encore la perte de neurones qui auraient pu l’aider à résister aux stimuli alimentaires.»

Il faut par contre veiller à ne pas stigmatiser pour autant les personnes obèses. «Notre environnement est “obésogène”. Nous vivons avec des stimuli qui nous poussent à manger à outrance.» Cette étude pourrait à tout le moins «nous motiver à être plus prudents et à mettre plus d’efforts sur la prévention», soutient l’expert.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le marathon, c’est dans nos gènes

coureurs
Des changements anatomiques ont sans doute permis à nos ancêtres de devenir de bons coureurs d’endurance: un avantage évolutif.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 7h00

Balade à Toronto : Gémeaux pour la meilleure composante numérique

Balade à Toronto
Au récent gala des prix de la télévision francophones du pays, 6 émissions sur 150 provenaient de l'extérieur du Québec...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 16h55

Le Toronto Wolfpack sort victorieux d’une rencontre historique

Toronto Wolfpack - Toulouse Olympique
Le Toronto Wolfpack a battu 13-12 le Toulouse Olympique lors d'une rencontre de rugby à treize historique ce samedi au stade Lamport.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 15h00

La démocratie pour de vrai… ou presque!

PFJA
Deuxième édition du Parlement francophone des jeunes des Amériques
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h10

Une nouvelle saison pour Oasis sous les meilleurs auspices

AGA Oasis membres
Bilan annuel plutôt favorable et encourageant à l'assemblée générale d'Oasis Centre des femmes.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h00

Vins jurassiens et plats gourmets au Notre Bistro

Le Notre Bistro
Une fois par mois, Le Notre Bistro organise une soirée dégustation de vin accompagnée de plats raffinés. Cette semaine, L'Express a eu la chance de...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 11h00

Le scénariste d’une série culte en France s’installe à Toronto

Scènes de ménages
Yannick Hervieu, scénariste pour Scènes de ménages en France, s'est installé à Toronto depuis quelques semaines
En lire plus...

17 septembre 2018 à 11h00

À la découverte du village de Blue Mountain

Après les plages de Wasaga, L’express de Toronto vous emmène pour une Visites Express estivale au village de Blue Mountain.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 10h00

C’est mon opinion : fromages et vin rouge ne font pas bon ménage

Vin et fromage
Pourquoi ne pas marier un vin blanc sec dont l’acidité tranchera le gras du fromage?
En lire plus...

17 septembre 2018 à 9h00

Connaissez-vous Rudolf Steiner ?

anthroposophie
Des fermiers travaillent en biodynamie, sous-discipline de l'anthroposophie: une pseudo-science.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur