L’identité queer dans l’objectif d’Alexander Rondeau

Festival Contact

Alexander Rondeau
Partagez
Tweetez
Envoyez

Chaque personne porte en elle des particularités qui construisent une identité, une image, une personne unique. C’est ce que reflète l’exposition du jeune photographe Alexander Rondeau, à l’affiche à l’Alliance française de Toronto jusqu’au 31 mai.

C’est à travers la compréhension de son identité queer qu’il a développé ce projet autour de son éducation catholique francophone à New Liskeard, «une ville où l’on parle anglais et français, même si mon français est un peu rouillé, mes grands-parents le parlent toujours».

Dans Making An Offering, Alexander Rondeau montre les paysages de sa ville natale: des photographies abstraites, parfois colorées, parfois pâles. Cet endroit, dit il, est «sa muse» et révèle un élément constitutif de son identité.

«Ça a été difficile pour moi d’être queer dans une formation catholique, difficile d’en parler, il était facile de se sentir isolé, car je ne savais pas nécessairement qui j’étais.» En effet, la religion catholique, bien que tolérante à l’égard des homosexuels, en marginalise encore les pratiques. «Aujourd’hui, je ne pourrais pas dire que je suis catholique, mais en tout cas je me sens spirituel.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’artiste s’est notamment mis en scène dans son œuvre Performing An Offering. Il utilise son corps dans ce projet personnel: «j’essaie de faire passer une réflexion cathartique».

Faire tomber les barrières n’est pas si facile. Il n’y a d’ailleurs pas de traduction en français pour le terme queer. Il n’y a pas non plus de termes précis pour qualifier l’identité queer. Nous sommes donc face à une première barrière linguistique.

La ville dans laquelle Alexander a grandi, entre deux langues et deux régions (l’autre côté de la rivière, c’est le Québec), les deux langues dans lesquelles il a baigné toute sa vie, ont participé à la création de son identité. De là vient sa propre ambivalence, croit-il. À 22 ans, Alexander Rondeau représente ces artistes au bagage déjà si intense et particulier, que son art ne peut être qu’abstrait et absurde.

 

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur