Liberté 45 pour Carole Drouin et Daniel Lavigne

The Fortunate Few


13 janvier 2015 à 9h47

Le couple Carole Drouin et Daniel Lavigne, qui ont tous deux été à l’emploi du Conseil scolaire de district catholique Centre-Sud, elle comme relationniste, lui comme informaticien, vivent depuis trois ans comme des rentiers et partagent la recette de leur succès dans un nouveau livre, The Fortunate Few, disponible en format électronique et imprimé.

Un lancement avait lieu le 30 décembre à Rockland, dans l’Est ontarien où Carole est allée à l’école (Daniel est de Welland), mais le couple compte organiser d’autres activités de promotion, de même que des conférences, au cours des prochains mois.

«Plusieurs amis nous demandaient comment nous avons fait pour partir à la retraite si jeunes», explique-t-elle en entrevue à L’Express. «C’est ce qui nous a motivés à écrire le livre.»

Cette indépendance financière, le couple l’a planifiée depuis 10 ans, en commençant par s’asseoir et dresser la liste de leurs ambitions et des moyens qu’ils souhaitaient se donner pour vivre leurs rêves en pleine force de l’âge. Cette première étape est cruciale, insistent-ils dès les premières pages du livre.

«Il faut aussi que les gens analysent leurs relations avec l’argent et déterminent ce que ça leur prend pour être heureux: ce n’est la même chose pour tout le monde et il faut que ce soit réaliste.»

Sur www.thefortunatefew.com, on les voit à la plage, à la montagne, au resto, en voyage ou dans l’une de leurs deux résidences à Richmond Hill et au Costa Rica. D’autres fonctionnalités seront bientôt ajoutées au site, notamment un blogue.

Une bonne partie de leur stratégie repose sur l’immobilier et les investissements qu’on peut faire quand nos propriétés prennent de la valeur.

C’est ce qui a incité la firme Cannect à s’associer avec Carole et Daniel – en payant l’imprimerie du livre, dont le tirage initial est de 5000 copies – pour traiter les opérations immobilières de gens qui seraient inspirés par l’aventure décrite dans The Fortunate Few.

«La liberté financière est accessible», assurent-ils. «Nous voulons inspirer les lecteurs à passer à l’action.» Mieux vaut être jeune, évidemment, puisqu’on parle d’un projet qui prendra une dizaine d’années à réaliser.

Déjà, ils conseillent leur garçon de 22 ans qui cherche lui aussi à devenir financièrement indépendant le plus tôt possible, et «qui pose beaucoup de questions».

Toutefois, «nous ne sommes pas des conseillers financiers», précise le couple, qui conseille d’ailleurs à ses lecteurs de consulter des professionnels. «Mais au fil de nos démarches vers la retraite anticipée, nous en avons tout de même appris beaucoup sur les instruments financiers à la disposition des Canadiens.»

Récemment, Carole est devenue instructrice de yoga, un de ces rêves qu’elle entretenait depuis longtemps, et auquel son indépendance lui permet désormais de se consacrer.

Le couple confirme que ce n’est pas parce tous ces voyages et ces loisirs les ennuient, ni pour faire plus d’argent, qu’ils se sont lancés dans l’aventure du livre et du site web…

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Roman d’une culture générale transcendante

livre
L’action de Complot à l’Unesco, le tout dernier roman d’Alain Bernard Marchand, se déroule en grande partie à Paris, siège de l’institution onusienne du...
En lire plus...

20 février 2019 à 9h00

Traitement miracle? Posez ces deux questions

science
Une annonce pour le moins spectaculaire — un traitement pour le cancer dès 2020 — a attiré l’attention des médias il y a deux...
En lire plus...

20 février 2019 à 7h00

Bien plus qu’une école de métiers

Club canadien de Toronto
Le Collège Boréal est bien plus qu’une institution post-secondaire, près du quart de ses étudiants possédant déjà un diplôme universitaire et venant y trouver...
En lire plus...

19 février 2019 à 22h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur