L’esprit provençal d’Hyères: La cité florale

Partagez
Tweetez
Envoyez

Entre Marseille et Saint-Tropez, Hyères-les-Palmiers siège dans toute sa splendeur méditerranéenne. 7000 palmiers ornent la cité florale qui occupe le premier rang français pour la production de fleurs coupées.

Ses ruelles sont parsemées d’orangers, de lauriers et bougainvilliers. Jardins effervescents et fleuristes passionnés abondent. Les mille parfums de sa flore exubérante s’entremêlent aux étals d’olives et d’épices magrébines à ciel ouvert.

De passage à Hyères en juin, j’ai renoué avec l’art de vivre méridional qui refuse tout compromis. On évolue sous le soleil 300 jours par année. La mer turquoise et la végétation féconde ont préséance. On bouge en tandem avec cet environnement inlassablement généreux. Une destination parfaite pour les esprits libres!

Vacances opulentes

La lumière étincelante et l’air marin transpercent l’atmosphère. On s’habille à la bohème, savoure un plat de poissons frais et légumes grillés, déguste un bijou sucré à la Maison Dominique, pâtissier-chocolatier depuis 1888, sur les terrasses du centre-ville piéton. Julie Cuisinier, de l’Office de Tourisme d’Hyères, m’invite à déguster les derniers secrets du chef Christophe Chapalain.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Dès qu’on aborde Hyères, son pétillant caractère latin séduit, sans détour.

On s’apprête à faire une balade à vélo autour des marais salants en compagnie de flamants roses flottant au-dessus de nos têtes. Le temps de ressentir l’indomptable influence de la Méditerranée sur notre nouvelle façon de vivre, quelques jours.

Le charme d’une pause vacances à Hyères, c’est son effet spécial sur l’état d’esprit. La ville verdoyante a accueilli rois et reines, artistes et écrivains, tous venus chercher son climat serein auprès de ses jardins luxuriants aux plantes exotiques créés de tout temps. Les riches façades conservées de ses palaces et grands hôtels bâtis au XIXe siècle témoignent de son éternelle opulence.

Je logeais à l’Hôtel La Potinière, près du port Saint-Pierre doté d’une vie nocturne animée sur la presqu’île de Giens. Les chambres sur mer font rêver. On prend le petit déjeuner à quelques pas de la mer scintillante.

Les décors de ce petit hôtel charmeur m’ont rappelé Agadir, station balnéaire au sud-ouest du Maroc, où j’ai séjourné au milieu des années 70.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Années folles

La visite de la Villa Noailles, véritable manifeste de l’architecture moderne construite pour le fameux couple richissime Marie Laure et Charles de Noailles dans les années 20, m’a fascinée. Les grands mécènes y ont reçu toute l’élite artistique des années folles.

L’ancienne résidence excentrique sert aujourd’hui de lieu de rendez-vous internationaux dans les domaines de la mode, la photographie, du design, de l’architecture et de la musique. On décrit l’endroit tel «un espace d’évocation permanent de la vie éclectique du mécénat des Noailles».

«Nous poursuivons la noble mission du couple Noailles, celle de soutenir les talents des jeunes créateurs de partout», déclare Magalie Guérin, collaboratrice à la direction artistique de la Villa Noailles.

Du 25 avril au 25 mai 2014, on accueillait le 29e festival international de mode et de photographie avec Chanel comme grand partenaire. Cet été, la Villa abrite le travail de l’artiste contemporaine, Marie-Ange Guilleminot.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Vie de bateau

La commune de Hyères comprend Porquerolles, Port-Cros et l’île du Levant surnommées «l’archipel des îles d’Or».

Une randonnée de 20 minutes en mer depuis la presqu’île de Giens, nous amène à l’île enchanteresse de Porquerolles avec ses massifs de pins, ses côtes rocheuses vertigineuses, ses plages de sable fin.

Mais surtout son mode de vie centré sur la mobilité en harmonie avec la mer. Un clin d’œil aux marins du monde qui prennent un plaisir fou à naviguer sur la «belle bleue». On explore l’île à pied ou à vélo. Une nature grandiose totalement préservée accessible à tous.

À l’entrée de Porquerolles, on rencontre Gilles dans son vaste restaurant aéré L’Alycastre qu’il gère depuis 25 ans. «Ce qui compte, c’est le rapport authentique avec les gens», selon l’insulaire épicurien. Un groupe de navigateurs marseillais rigolent, attablés autour d’une assiette de fruits de mer gigantesque. L’art de vivre domine, toujours.

www.hyeres-tourisme.com
www.villanoailles-hyeres.com
www.porquerolles.com
www.lapotiniere.com

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur