Les traînées des avions: une conspiration?

Partagez
Tweetez
Envoyez

Un article publié le mois dernier qui proclamait avoir révélé un «secret bien gardé» sur les traînées nuageuses derrière les avions – des substances toxiques répandues volontairement dans l’atmosphère! — a été rapidement discrédité et retiré de la circulation.

Apparemment, le responsable de l’International Journal of Environmental Research and Public Health avait lu trop vite les commentaires des réviseurs. Ceux-ci avaient souligné, par exemple, que la valeur utilisée par l’auteur pour la concentration d’aluminium résultait d’une grosse erreur de calcul.

Et son analyse de la composition chimique de l’eau de pluie n’était comparée à rien du tout, ce qui ne permettait pas de savoir si les traces de charbon détectées sont plus ou moins élevées qu’ailleurs.

L’auteur fournissait aussi comme «preuves» de ces substances toxiques des photos de traînées nuageuses des avions prises depuis sa maison à San Diego. Ces traînées nuageuses ont une explication physique fort simple, mêlant la chaleur des moteurs au froid et à l’humidité en altitude.

Ce n’est pas la première fois que cette revue se fait reprocher de publier des articles qui mêlent allègrement sciences et pseudosciences. On y trouve notamment des articles au ton alarmiste sur la pollution et les maladies causées par de futurs changements climatiques (attribués ou non à l’activité humaine).

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur