Les souvenirs partagés s’incrustent, même les faux

tv-mur-souvenirs-dreamstime

9 mars 2017 à 11h37

Si un de vos souvenirs est partagé à travers un groupe, il a davantage de chances de s’enraciner profondément dans votre cerveau. Et ce, même s’il s’agit d’un faux souvenir. Or, à l’heure de Facebook, ce phénomène est en train de prendre une nouvelle importance.

Que la mémoire soit faillible, c’est un fait connu. Que nos souvenirs d’un événement puissent être altérés par le récit que nos amis ou notre famille en ont fait est pris pour acquis en psychologie cognitive: nos souvenirs sont plus «malléables» que nous ne voulons l’admettre, tout dépendant des groupes dont nous faisons partie ou des gens avec qui nous partageons des souvenirs.

Or,  comment cette réalité se transpose-t-elle sur les réseaux sociaux?

«Les souvenirs sont partagés à travers les groupes de façon différente sur Facebook et Instagram, obscurcissant la ligne entre souvenirs individuels et collectifs», s’inquiète dans un reportage de la revue Nature le psychologue Daniel Schacter, de l’Université Harvard.

Quand notre groupe social a toujours raison

Si leurs inquiétudes s’avèrent fondées, il faut y voir du travail en perspective pour ceux qui luttent contre la désinformation: parce qu’en plus de devoir tenir compte du biais de confirmation — cette tendance à n’écouter que les opinions qui confirment notre opinion — il faut aussi essayer de comprendre comment telle fausse nouvelle s’est rendue jusqu’à telle personne.

Par exemple: la nouvelle lui a-t-elle été transmise par un inconnu ou par un proche? Une recherche de l’Université Princeton en 2015 concluait qu’un souvenir a davantage de chances de s’enraciner lorsqu’il nous arrive de quelqu’un qui fait partie de notre «groupe social».

Et ça ne se limite pas à des souvenirs personnels : un groupe peut aussi faire en sorte qu’à la longue, on ne se souvient plus de l’événement original, mais de la vision que nous en transmet le groupe.

C’est ce qui pourrait expliquer que des gens qui lisent aujourd’hui une fausse nouvelle et sa correction, continueront de croire à la fausse nouvelle dans quelques années, si celle-ci a réussi à s’imposer dans leurs réseaux.

S’informer avant de discuter

Le conditionnel est toutefois important ici, et des équipes de psychologues, notamment aux États-Unis, tentent en ce moment de profiter de l’opportunité que représente Facebook pour vérifier cette théorie: observer comment et par qui une nouvelle est diffusée, ce qui se passe lorsqu’on change de «diffuseur», etc.

L’ordre dans lequel les informations sont diffusées a également beaucoup d’importance, résume Nature, même si une nouvelle émane d’un «lien faible», c’est-à-dire une personne faiblement associée au réseau social. «L’information introduite par un lien faible est beaucoup plus susceptible de façonner la mémoire du réseau si elle est introduite avant que ses membres n’en aient parlé entre eux. [À l’inverse], une fois qu’un réseau s’est entendu sur ce qui s’est produit, la mémoire collective devient plus résistante à une information contradictoire.»

L’existence d’une telle «mémoire collective», comme l’appellent les psychologues, est une arme à double tranchant: autant on peut cibler ce groupe pour empêcher une fausse information de se répandre, autant on peut se servir du groupe pour répandre une fausse information. À condition de savoir sur quels «boutons» peser.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Il y en a pour tous les goûts: les concerts gratuits des 23 et 24 septembre

Francophonie en fete
Un véritable tour du monde de la musique francophone
En lire plus...

21 septembre 2017 à 9h11

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Des Gémeaux pour l’Ontario

L’émission Cochon Dingue, réalisée par le Franco-Ontarien Mathieu Pichette (à gauche), a remporté plusieurs prix dimanche  au gala des Gémeaux. Mathieu Pichet, Stéfany Brulier, Julie Lavalée, Sébastien Hurtubise, Carlos Soldevila, Micheline Sylvestre, Pascal Morissette, Pascal Barriault, Marie-Lou Morin. (Photo: Paul Ducharme)
Des producteurs et des artisans franco-ontariens se sont illustrés au gala de la télévision et des médias numériques.
En lire plus...

18 septembre 2017 à 14h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur