Les premiers Amérindiens ont migré rapidement du Nord au Sud

La caverne Spirit, Nevada, où ont été trouvés jadis des os de 10 000 ans. (Photo: All About Nevada / CC)


16 novembre 2018 à 7h00

L’ADN d’un squelette du Nevada vieux de 10 000 ans et l’ADN d’un squelette du Brésil vieux de 10 000 ans montrent des similitudes étonnantes.

Assez pour que, conjointement avec d’autres nouveaux génomes préhistoriques, ils offrent le portrait d’une migration extrêmement rapide, dès que les ancêtres des Amérindiens ont mis pied sur le continent.

Génétiquement, ces deux individus sont également assez proches d’un enfant mort au Montana il y a 12 000 ans, selon une étude parue jeudi dernier dans Science. Les chercheurs ont séquencé les gènes de 15 squelettes dispersés entre l’Alaska et la Patagonie, dont six âgés de 10 000 ans.

Avec le recul des glaces

Une deuxième équipe a suivi indépendamment la même piste et est arrivée à la même conclusion: une expansion territoriale rapide, aussitôt que les glaces se sont retirées du nord-ouest de l’Amérique et ont ouvert le passage aux humains.

Cette deuxième recherche, parue jeudi dernier dans la revue Cell, porte sur 49 squelettes d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud, vieux d’environ 11 000 ans.

Grand remplacement

Ces deux études ne se contentent toutefois pas de dresser l’image d’une migration simple et unique, du Nord au Sud (et d’une seconde vague qui, elle, a peuplé ce qui est aujourd’hui le Nord du continent).

Tout cet ADN montre des traces d’au moins une autre vague de migration, il y a 8000 à 9000 ans qui, venue d’Amérique du Nord, a partiellement remplacé les populations initiales d’Amérique du Sud. Une des deux équipes croit même que les nouveaux arrivants ont complètement remplacé les premiers.

Des Papous en Amazonie?

Plus intrigant, le squelette brésilien montre des traces d’ADN d’une population inconnue, mais dont les plus proches cousins sont aujourd’hui en Australie et en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Les mêmes chercheurs avaient suggéré la même connexion en 2015, mais cette fois dans une analyse des gènes de quatre groupes autochtones actuels d’Amazonie.

Quelles que soient les interrogations que soulèvent ces deux études, les observateurs n’auront vraisemblablement pas à attendre longtemps pour avoir d’autres informations à se mettre sous la dent.

L’exploration des génomes préhistoriques est un domaine qui connaît une véritable explosion, grâce à deux facteurs: le perfectionnement des techniques de séquençage de l’ADN ancien, mais surtout de meilleures relations avec les nations autochtones, qui sont consultées avant que de telles recherches ne soient lancées et qui sont impliquées par la suite dans le processus.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Oslo: dans les coulisses des négociations israélo-palestiniennes

Studio 180
Me voici, à la St-Valentin, assis avec ma bien-aimée, dans une salle remplie à craquer du théâtre CAA de Mirvish (l'ancien Panasonic sur Yonge...
En lire plus...

16 février 2019 à 12h00

La pénurie d’enseignants freine le bilinguisme

Photo: Francopresse, Lucas Pilleri
Après des décennies de croissance exponentielle, les programmes de français langue seconde des conseils scolaires du pays peinent à trouver un nombre suffisant d’enseignants...
En lire plus...

16 février 2019 à 9h00

Le lait au chocolat ne fait rien de spécial pour la récupération des sportifs

santé, sport
Les médias, la publicité et bien des athlètes rapportent régulièrement que le lait au chocolat améliore la récupération chez les sportifs après un effort...
En lire plus...

La France s’anime au TAAFI

TAAFI
Du 15 au 17 février, les films sont de retour au Festival international d’art d’animation de Toronto (TAAFI) et plusieurs oeuvres françaises émergent du...
En lire plus...

15 février 2019 à 16h28

Adieu, Opportunity

La NASA a officiellement «déplogué» le 12 février sa sonde martienne Opportunity, qui ne répondait plus depuis juin dernier. Sa mission a duré beaucoup...
En lire plus...

15 février 2019 à 15h15

Abel Maxwell veut inspirer les jeunes

Abel Maxwell sera omniprésent à la célébration du Mois de l'Histoire des Noirs organisée par le Centre Francophone de Toronto le samedi 23 février....
En lire plus...

15 février 2019 à 11h00

Deux photographes, deux univers

Expo alliance française
Geneviève Thauvette et Kathleen Hearn, deux artistes torontoises, exposent leurs photographies à l’Alliance française de Toronto jusqu'au 28 mars.
En lire plus...

15 février 2019 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur