Les origines de la Révolution tranquille ne seraient pas politiques mais catholiques


29 juillet 2008 à 13h32

Plusieurs historiens ont tendance à décrire la Révolution tranquille comme une volonté politique qui réforme, puis décrète de nouvelles structures étatiques à partir de 1960. Cette approche voit l’histoire du Québec moderne comme un simple processus en vertu duquel une institution religieuse (l’Église catholique) est supplantée par un appareil gouvernemental (État québécois). L’historien Michael Gauvreau est d’un tout autre avis.

Professeur d’histoire à l’Université McMaster (Hamilton), Michael Gauvreau est un spécialiste de l’histoire culturelle et religieuse du Canada. Il a mérité le prestigieux prix Sir John A. MacDonald décerné par la Société historique du Canada pour The Catholic Origins of Quebec’s Quiet Revolution, 1931-1970. La traduction de cet ouvrage magistral vient de paraître aux Éditions Fides et s’intitule Les origines catholiques de la Révolution tranquille.

C’est en se penchant sur l’histoire du Québec des années 1930-1970 et en l’examinant sous une loupe culturelle, plutôt que strictement politique, que Gauvreau a remarqué le rôle central du catholicisme: «une grande part, en effet, du ferment culturel et social, et même de la rhétorique identifiée par les historiens comme propre à la Révolution tranquille, s’inscrit dans des luttes entre des groupes sociaux défendant des visions souvent contrastées du catholicisme».

Selon l’auteur, la Révolution tranquille commence dès les an-nées de la Dépression; elle débute avec la multiplication des mouvements d’Action catholique: Jeunesse étudiante catholique, Jeunesse ouvrière catholique, Jeunesse indépendante catholique, etc. C’est dans cet éventail de courants catholiques qu’un appel au changement se fait sentir, se fait entendre, se fait agissant.

Contrairement aux historiens qui l’ont précédé, Gauvreau évite le piège d’affirmer que l’Église catholique québécoise des années 1930-1960 était a priori traditionnelle, immuable, coupée des gens ordinaires, doctrinaires et foncièrement hiérarchique. L’auteur démontre plutôt que le pouvoir social et culturel de l’Église «n’était ni monolithique ni monopolisé par le clergé, mais éclaté et sujet à un constant recalibrage et à une négociation de tous les instants».

Basant ses observations sur une analyse détaillée, approfondie et rigoureuse des activités des laïcs et des organisations catholiques, particulièrement celles associées aux mouvements de jeunesse catholique, l’historien de Hamilton propose une nouvelle lecture de la Révolution tranquille qui rompt de façon spectaculaire et éloquente avec les interprétations antérieures. Son ouvrage a aussi le mérite d’apporter une contribution importante à l’histoire des jeunes, de la famille, des femmes et de la sexualité au Québec dans le milieu du XXe siècle.

Les origines catholiques de la Révolution tranquille est un essai à lire pour mieux comprendre les transformations vécues par la société québécoise au moment où elle entre dans la modernité. Fort bien documenté, cet ouvrage universitaire renferme pas moins de 1 434 notes de référence.

Michael Gauvreau, Les origines catholiques de la Révolution tranquille, essai traduit de l’anglais par Richard Dubois, Éditions Fides, Montréal, 2008, 464 pages, 39,95 $.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

On est de plus en plus «connecté» sur notre santé

Les médecins se méfient encore des bidules permettant à leurs patients de mesurer eux-mêmes leur état de santé. (Photo: Hamza Butt / Flickr / Creative Commons)
Applications capables de surveiller poids, tension, glycémie, alimentation, exercice...
En lire plus...

17 octobre 2017 à 14h44

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

ONU: on attend beaucoup du Canada

L'ambassadeur du Canada à l'ONU, Marc-André Blanchard.
Des objectifs de développement durable ambitieux
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h54

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur