Les jeunes plongent dans l’arène politique

Les parlements jeunesse au Canada

Sue Duguay, présidente de la FJCF, au Parlement jeunesse pancanadien 2018. (Photo: Mathieu Girard)


13 février 2019 à 9h00

Chaque année, des simulations parlementaires rassemblent des centaines de jeunes francophones partout pays. Désireux de se familiariser avec les rouages du système politique canadien, d’aiguiser leurs compétences oratoires et de rencontrer leurs pairs, ces jeunes font aussi la découverte d’une grande famille.

La formule du parlement jeunesse fonctionne si bien qu’elle pourrait bien constituer l’activité favorite des jeunes au pays. Concrètement, il s’agit d’une simulation au sein d’un palais législatif où des jeunes de 14 à 25 ans jouent les rôles de députés, ministres, journalistes, même lobbyistes, en prenant part à des débats sur des projets de loi fictifs.

Rémi Marien revient sur la 21e édition du Parlement jeunesse francophone de la Colombie-Britannique qui s’est déroulée à la mi-janvier: «Cet événement a beaucoup, beaucoup de succès. On a reçu plus de 150 candidatures. Chaque année, on est obligés de refuser de plus en plus de jeunes», rapporte le directeur général du Conseil jeunesse francophone.

Les jeunes participants rassemblés devant le palais législatif de Victoria pour le Parlement jeunesse de la Colombie-Britannique.

Un pied dans le monde des grands

Les places sont chères pour se retrouver au cœur du décorum impressionnant que représente une assemblée.

À Victoria, les 115 jeunes ont débattu de sujets variés comme les transports publics, les retraites, l’autosuffisance alimentaire ou encore l’écologie. Des sujets chauds qui amènent à développer la pensée critique et l’aisance oratoire.

«Certains se servent du parlement jeunesse comme tremplin pour faire des études en sciences politiques», note Rémi Marien.

Le Parlement jeunesse pancanadien 2018 au Sénat à Ottawa. (Photo: Mathieu Girard)

Braver la peur de parler en public

«Un événement immanquable»: voilà comment Gabriel Tougas décrit la formule. Avec plus d’une dizaine de participations aux parlements jeunesse du Manitoba français, du Nord et de l’Ouest et du Canada, le jeune homme est devenu un expert.

«Le sentiment de se lever et de prononcer quelques mots dans la véritable Assemblée législative est une expérience magique et remarquable, même si nos genoux claquent!»

Car le parlement jeunesse permet aussi et surtout de braver la peur de parler en public. «Le parlement a bâti ma confiance. C’est avant tout du théâtre et de l’art oratoire avant d’être de la politique», souligne le Manitobain devenu réalisateur.

Par et pour les jeunes

Le Parlement jeunesse franco-manitobain, qui vient tout juste de s’achever ce 10 février, constitue le meilleur exemple du «par et pour les jeunes», un principe au cœur du modèle.

Depuis 1984, en effet, les jeunes organisent la rencontre de A à Z, sans aide extérieure. Gabriel Tougas, qui a participé notamment en tant que ministre, premier ministre et président de la chambre, est conquis par la philosophie. «Je trouve ça extrêmement puissant. C’est vraiment une école de vie», estime-t-il.

Même son de cloche pour Sue Duguay, présidente de la Fédération de la jeunesse canadienne-française, qui a pris part à la dernière édition du Parlement jeunesse pancanadien en 2018. «C’est crucial car ça amplifie le sentiment d’appartenance. Je me rappelle m’être dit “Waouh, c’est pas une organisation de fonctionnaires, ça!”»

Le «premier ministre» Gabriel Tougas écoute un discours avec les membres de son «gouvernement» au Parlement jeunesse pancanadien 2016, au Sénat à Ottawa. (Photo: Katrina Leclerc)

L’entrée dans la grande famille

Entouré d’une cinquantaine de participants originaires des provinces de l’Atlantique, Mathieu Manuel a joué le rôle de premier ministre au Parlement jeunesse de l’Acadie en octobre dernier à Saint-Jean, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Le conseiller de la Société nationale de l’Acadie a guidé le cabinet à travers des débats animés sur l’empreinte écologique, la colonisation de l’espace et la conservation du patrimoine, et retient surtout la richesse des échanges.

«On regroupe une belle bande d’Acadiens, et des amitiés se créent, des réalités se partagent. On se rend compte des similarités entre régions parfois très distantes.»

Le Parlement jeunesse de l’Acadie, en octobre 2018. (Photo: Josée Basque)

Plus-value communautaire

Les parlements jeunesse contiendraient «une grande plus-value communautaire» pour Rémi Marien. En l’espace de deux ou trois jours, le sentiment d’appartenance à la francophonie est renforcé et des liens sociaux se tissent.

Le Britanno-Colombien tient pour exemple la transmission qui s’opère entre les vétérans et les plus novices. «On apprend avec ses pairs», résume-t-il.

Gabriel Tougas ne peut qu’opiner. La découverte de tout un réseau a changé sa vision des choses.  «Depuis ma participation, je me considère beaucoup moins franco-manitobain et plus francophone de l’Ouest parce que j’ai réalisé que ces frontières étaient assez artificielles, que nos expériences, nos accents, nos perspectives sur le monde sont fortement influencés par les mêmes choses.»

Gabriel Tougas prononce un discours en tant qu’eurodéputé à la SPECQUE 2013, à Rome. (Photo: Marie-Alexandre Boutet-Talbot)

Sortir de son isolement

Sortir de son isolement, se retrouver au milieu de jeunes partageant la même réalité, voilà sans doute l’atout majeur des parlements jeunesse.

«Ça me donne des frissons à chaque fois que j’y pense», confie la Néo-Brunswickoise Sue Duguay. «Rencontrer des Franco-Canadiens qui vivent des expériences de minorité linguistique, comprendre un peu mieux ce qu’est la communauté francophone…»

Forts de leur succès, les parlements jeunesse sont devenus au fil des ans une grande tradition dans le mouvement jeunesse francophone. Pour en devenir, peut-être, l’événement le plus populaire.

Sue Duguay, présidente de la FJCF, au Parlement jeunesse pancanadien 2018. (Photo: Mathieu Girard)

Calendrier des parlements jeunesse

Parlement jeunesse de l’Acadie, à Saint-Jean du 25 au 28 octobre 2018

Parlement jeunesse fransaskois, à Regina en décembre du 7 au 9 décembre 2018

Parlement jeunesse francophone de la Colombie-Britannique, à Victoria du 17 au 20 janvier 2019

Parlement jeunesse franco-manitobain, à Winnipeg du 8 au 10 février 2019

Parlement jeunesse francophone de l’Ontario, à Toronto du 19 au 23 février 2019

Parlement jeunesse de l’Alberta, à Edmonton du 2 au 5 mai 2019

Parlement franco-canadien du Nord et de l’Ouest, à Whitehorse en novembre 2019

Parlement jeunesse pancanadien, à Ottawa, du 8 au 12 janvier 2020

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La Semaine de la francophonie lancée en beauté

Il y avait foule, mercredi soir, au cocktail d’ouverture de la Semaine de la francophonie torontoise dans l’édifice des anciennes imprimeries du Toronto Star.
En lire plus...

21 mars 2019 à 12h45

La Bourse #JEMAIME : un coup de pouce féminin

Les Chiclettes réitèrent pour une troisième année l’expérience de la Bourse #JEMAIME destinée aux projets de femmes franco-ontariennes. Une soirée d’échanges et de spectacles...
En lire plus...

21 mars 2019 à 11h00

Le français en dernier à l’ONU

langues officielles
Comment l’ONU, qui a six langues officielles, peut-elle publier en anglais un document de 18 pages concernant un dossier canadien, le rendre disponible au...
En lire plus...

21 mars 2019 à 9h00

Les incontournables recueils de poésie en Ontario français

La Journée mondiale de la poésie est célébrée chaque année le 21 mars. Pour souligner l’événement, la professeure Lucie Hotte de l’Université d’Ottawa a...
En lire plus...

21 mars 2019 à 7h00

Une police toujours plus ouverte sur la francophonie

Engagement, diversité culturelle, inclusivité: tels furent les maîtres-mots de la fête francophone annuelle de la police de Toronto ce mercredi 20 mars dans ses...
En lire plus...

20 mars 2019 à 16h40

747 millions de francophones attendus d’ici 2070

La nouvelle édition de «La langue française dans le monde» confirme une nouvelle fois le déplacement de son centre de gravité vers l’Afrique. L'étude...
En lire plus...

20 mars 2019 à 14h00

Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Monument franco-ontarien Toronto
Des députés provinciaux et leaders communautaires se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative...
En lire plus...

20 mars 2019 à 12h50

Pour qu’on puisse vivre dans la langue de son choix

Plan d'action langues officielles
La modernisation de la Loi sur les langues officielles passera par des discussions nationales. Entretien avec la ministre du Tourisme, des Langues officielles et...
En lire plus...

20 mars 2019 à 11h00

Une identité formée par les voyages

Francophonie
À ce stade de sa vie, Anastisia Fyk a du mal à définir sa place dans la francophonie. «Je ne parle pas le français...
En lire plus...

20 mars 2019 à 9h00

Un deuxième coming-out : «Je suis Franco-Ontarien»

Mathieu Chantelois fait son deuxième coming-out. «Je peux enfin le claironner: je suis Franco-Ontarien.»
En lire plus...

20 mars 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur