Les humains se sont-ils domestiqués entre eux?

Crânes humain (à gauche) vs néandertaliens. (Photo: Wikimedia Commons - Dr Mike Baxter)


4 mars 2018 à 8h00

Connaissez-vous le concept d’autodomestication? Ça dit que nous, humains, nous nous serions domestiqués, de la même façon que nous avons domestiqué les chiens. Et ça expliquerait bien des choses, à commencer par la forme de notre crâne.

L’hypothèse a son origine dans une expérience scientifique qui se poursuit depuis 1959: dans une ferme de Sibérie, de génération en génération, des renards sauvages élevés en captivité ont été séparés en deux groupes. Les plus «coopératifs» avec les humains ont été sélectionnés et encouragés à s’accoupler entre eux.

Crânes plus petits

Et ce qui a progressivement distingué cette lignée de l’autre, ce n’est pas juste le comportement plus amical des descendants des premiers renards: c’est leur apparence physique. Des taches blanches dans leur fourrure, des oreilles souples, des dents plus petites et, chez les mâles, des crânes plus petits, comparables à ceux des femelles.

Des différences qui, étrangement, se retrouvent aussi chez d’autres espèces domestiquées: les experts appellent ça le «syndrome de domestication».

Or, nous avons nous aussi des crânes plus petits que ceux de nos cousins Néandertaliens. Coïncidence? S’il s’avérait que nous portions nous aussi les gènes du syndrome de la domestication, il s’agirait d’une auto-domestication, explique Cedric Boeckx, de l’Institut catalan de recherche et d’études avancées, à Barcelone.

Avantageux de coopérer

Il y a 100 000 ans, il serait devenu plus «avantageux» pour l’Homo sapiens, d’un point de vue évolutif, de limiter son agressivité et son impulsivité, ce qui aurait facilité la coopération au sein de groupes de plus en plus grands.

De la même façon que les ancêtres des chiens les moins agressifs sont ceux qui sont parvenus à approcher les humains et se sont progressivement laissé domestiquer. Autrement dit, les Homo sapiens se sont domestiqués entre eux.

Le lien avec la forme du crâne? La plupart des traits anatomiques liés à ce syndrome de la domestication semblent pouvoir être associés à une séquence de cellules souches qui apparaissent dans les premières phases de formation de l’embryon, séquence appelée la crête neurale.

Effets secondaires?

Les chercheurs qui défendent cette idée avancent que les hasards de la chimie et des hormones qui rendent certains animaux plus coopératifs que d’autres, seraient déterminés par ces cellules souches — et que celles-ci auraient, au passage, d’autres effets secondaires, comme la fourrure blanche ou un crâne plus petit.

Comme l’écrit le New Scientist, l’hypothèse risque d’être difficile à tester. Mais en attendant, elle pourrait pousser ceux qui tentent de déchiffrer des génomes préhistoriques à chercher des différences révélatrices de cette «domestication» en comparant les gènes des Néandertaliens et les nôtres.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur