Les francophones font acte de présence au TOAE

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le 48e Toronto Outdoor Art Exhibition (TOAE) a pris place devant l’hôtel de Ville les 10, 11 et 12 juillet. À ce rendez-vous annuel, 500 artistes exposaient, bien à la vue de potentiels acheteurs, le produit de leur talent. Dans ce fouillis de tableaux, broderies, céramiques, verroteries et autres, on pouvait rencontrer plusieurs francophones venus de tout le pays.

«C’est la 10e année que je viens ici. Je fais de la broderie à la machine et du collage et je peux dire que j’ai une très bonne exposition comme artiste», déclare Lorraine Roy d’Hamilton. Pas très loin de sa tente, Pierre Durette de Montréal est content de révéler sa dernière exposition de dessins représentant des petits bonshommes à tête d’oiseau, qu’il intitule Dévotion. «C’est la première fois que je participe à ce genre d’évènement. J’ai plus l’habitude des galeries», confie-t-il.

Ce jeune artiste de 28 ans en profite pour annoncer qu’il a été sélectionné parmi plusieurs candidats à participer à l’exposition Power Plant de Harbourfront qui se déroulera, pour cette dernière, au mois d’octobre prochain.

Le duo Patrick Primeau et Caroline Ouellette, aussi de Montréal, présentent pour la deuxième année leurs objets décoratifs en verre soufflé. «Les gens sont sympas, le public est plus facile. L’année passée a été un test et comme tout s’est bien passé et que nous avons vu le potentiel qu’il y avait ici, nous avons décidé de revenir», avoue Patrick Primeau pendant que Caroline Ouellette conseille quelques clients intrigués par les nombreux vases, parfumeuses et bonbonnières en forme de grenouilles.

Gilles Arsenault du Nouveau-Brunswick, le plus souriant de tous, parle de ses grandes peintures colorées avec beaucoup de malice. Il identifie le bonhomme de ses tableaux comme le futur acquéreur. «Pour l’instant c’est moi qui suis dessus mais si vous décidez de le prendre alors ce sera vous qui serez dessus», dit-il simplement.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Dominique Prévost d’Oakville attirait quelques curieux avec ses aquarelles de paysages divers où elle s’amuse à jouer avec une variété de tons pastel. «Cet évènement est un pèlerinage pour tous les artistes. C’est la plus grande exposition en plein air au Canada. Il y a des gens de partout, des galeristes, designers, collectionneurs… Le calibre des artistes est aussi de plus en plus haut d’année en année», reconnaît cette dame fidèle au rendez-vous du TOAE depuis 1984. Alexandra Veilleux d’Aurora, entourée de ses écharpes en bambou dont seule elle comprend le processus de confection, parle de son métier comme d’un repaire de tranquillité. «C’est méditatif et très calme le travail de tissage. Il faut être attentif au moindre détail», explique-t-elle.

Line Dufour d’Holland Landing, elle aussi vendait des écharpes et quelques foulards et tapisseries en plus. «C’est merveilleux d’être ici et de voir les gens s’intéresser à votre travail. On se sent valorisé», remarque-t-elle.

Claude Thuot de Montréal présentait des belles peintures trompe-l’œil puisqu’il s’agissait en fait d’un collage très sophistiqué. «Tout est fait avec de la récupération de papiers recyclés de magazines. Mon message c’est de dire voilà ce que moi je fais de votre outil d’incitation à la consommation! Moi, je n’en veux pas de votre pub! Je l’utilise à ma façon et j’en fais de l’amour», clame-t-il avant d’ajouter: « C’est ma première fois ici et je trouve ça extraordinaire de voir toute cette mixité. La qualité des œuvres me rend fier d’y participer.»

Jérôme Bourque photographe de Beauce reconnaît les nombreux avantages que le TOAE procure à l’artiste. «J’aime beaucoup être entouré de plein d’artistes. Les ventes sont quand même bien aussi. Les gens posent des questions et ça aide beaucoup à se faire connaître», avoue-t-il. Enfin, Claudia Gravel, joaillière de Montréal, exposait, quant à elle, quelques petites merveilles de bagues, colliers et bracelets qu’elle a baptisées Métal en bouche. «C’est ma toute première fois à ce genre d’évènement. Les gens sont vraiment très gentils. Ça donne vraiment envie de revenir, conclut-elle.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur