Les finales des Improbables approchent

Les Improbables sur la scène du Bad Dog Theatre la semaine dernière.

Les Improbables sur la scène du Bad Dog Theatre la semaine dernière.


3 avril 2017 à 23h34

Se rendre à un spectacle d’improvisation, c’est s’attendre à tout et à rien: pas de critique que l’on aurait pu lire dans un journal ou sur Internet auparavant; pas de bon ami qui vous en aurait dit du bien. La seule valeur sûre de ce genre de spectacle, c’est la troupe qui le présente.

Dans la ville-reine, se sont Les Improbables qui jouent avec les mots de notre belle langue depuis maintenant six saisons, cette année au Bad Dog Theatre sur Bloor Ouest, environ aux deux semaines, avec trois équipes de cinq personnes.

«La ligue a beaucoup évolué au niveau de ses talents. À force de travailler et d’apprendre à se connaître, on a réussi à créer une ligue de quinze joueurs et de trois substituts, tous investis et passionnés», explique Sonia D’Amico, présidente et fondatrice de la ligue.

Pour elle, l’improvisation permet de se préparer face à l’inconnu, à la fois sur scène, mais aussi dans la vie de tous les jours. «Ça m’a appris à dire oui, à écouter les propositions des autres et à travailler en équipe. On peut avoir prévu une situation pendant la concertation avec ses coéquipiers et devoir partir sur une toute autre idée, car l’autre équipe prend l’ascendant pendant la scène. On doit s’adapter. De plus, l’improvisation m’a aidé à gérer ma respiration et mon stress, ce que je peux aussi mettre en application au quotidien.»

L’improvisation est un «sport» très codifié où les matchs sont gérés par un arbitre. C’est Mathieu St-Laurent qui joue ce rôle dans la ligue francophone torontoise. «L’arbitre a une grande responsabilité, car il gère la direction artistique du match. Il pense aux thèmes en amont afin de faire une soirée unique. L’arbitre est le 11e joueur», explique Sonia D’Amico.

«Mathieu devient de plus en plus exigeant au fil des spectacles. Dans un sens, l’arbitre nous empêche de faire ce que l’on veut. Et nous, en tant que joueurs, nous devons nous rebeller, c’est notre rôle de le haïr. Notre but c’est d’appliquer les règles pour mieux les détourner par la suite.»

Pouvoir improviser sur scène n’est malheureusement pas donné à tout le monde. «Si ta personnalité résiste, n’arrive pas à rentrer dans la scène, tu ne seras pas un bon joueur d’improvisation», rappelle la fondatrice des Improbables.

Et pour découvrir de nouveaux talents, la ligue n’hésite pas à mettre en place des ateliers tous les premiers mercredis du mois, toujours au Bad Dog Theatre. «On aime toujours découvrir de nouveaux talents qui permettent de renforcer les liens de la communauté franco-ontarienne.»

Les prochains mois vont être chargés pour les Improbables qui vont s’investir de de nombreuses joutes d’improvisation. C’est surtout en mai que les membres de la ligue devront le plus se creuser les méninges. «Le 3 mai, les trois équipes de la ligue se retrouvent afin de déterminer qui devra passer par les demis et qui participera à la finale qui aura lieu le 31 mai et conclura la sixième saison.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

On est de plus en plus «connecté» sur notre santé

Les médecins se méfient encore des bidules permettant à leurs patients de mesurer eux-mêmes leur état de santé. (Photo: Hamza Butt / Flickr / Creative Commons)
Applications capables de surveiller poids, tension, glycémie, alimentation, exercice...
En lire plus...

17 octobre 2017 à 14h44

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

ONU: on attend beaucoup du Canada

L'ambassadeur du Canada à l'ONU, Marc-André Blanchard.
Des objectifs de développement durable ambitieux
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h54

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur