Les fausses nouvelles misent sur notre paresse

Slogan pendant la March for Science à Washington en 2017.


4 août 2018 à 10h00

La principale raison pour laquelle nous croyons à des fausses nouvelles? En gros, parce qu’on est paresseux.

Certes, il y a le fameux biais de confirmation, c’est-à-dire cette tendance, bien ancrée en chacun de nous, à lire et écouter en priorité ce qui confirme nos opinions. Autrement dit, on aura moins le réflexe de vérifier la crédibilité d’une information, dès qu’elle confirme ce qu’on veut entendre.

Mais la paresse inhérente aux humains a peut-être été sous-estimée dans toutes ces études tournant autour du biais de confirmation, ont écrit en juin les psychologues David Rand et Gordon Pennycook dans la revue Cognition.

Jugement rapide ou réfléchi

Ils ont fait passer à 3000 volontaires ce que les psychologues appellent le Test de réflexion cognitive (Cognitive Reflection Test), qui consiste à évaluer (ou tenter d’évaluer) notre tendance à utiliser notre «pensée intuitive» ou notre «pensée analytique» («système un» et «système deux», dans le jargon de ces experts).

En d’autres termes, essayer d’évaluer si une personne penche davantage vers des jugements rapides ou vers des jugements réfléchis.

Ils ont ensuite montré à ces personnes trois types de messages de Facebook: l’un pointant vers une vraie nouvelle, l’autre vers une fausse nouvelle retravaillée pour se conformer aux opinions politiques de la personne, et un dernier message montrant une fausse nouvelle retravaillée pour contredire ses opinions.

Résultat: les gens qualifiés de «plus réfléchis» étaient plus susceptibles de distinguer la vraie nouvelle de la fausse, peu importe si la manchette correspondait à ce que cette personne voulait entendre.

Réceptivité à la connerie

Dans une autre recherche publiée le mois précédent, le même duo de psychologues associait «la croyance en de fausses nouvelles» avec «d’autres formes de réceptivité à la connerie» (bullshit receptivity).

Ce n’est pas la première fois que des psychologues et des neurologues (et même des économistes) écrivent là-dessus: les chercheurs prennent de plus en plus pour acquis que notre cerveau est, par nature, paresseux. Il saute à la conclusion la plus facile et porte des jugements ultra-rapides plutôt que de soupeser le pour et le contre.

Notre inconscient prend continuellement ces raccourcis, ce qui est une porte grande ouverte pour se laisser tromper par une fausse nouvelle. Et ce n’est pas juste une question de paresse intellectuelle: notre cerveau a ses limites; comme il ne peut pas traiter une très grande quantité d’informations en même temps, il doit aller au plus pressé.

Ça n’a donc rien à voir avec le fait d’être plus ou moins intelligent. Tout le monde est capable de s’arrêter pour soupeser le pour et le contre, c’est juste que peu s’en donnent la peine. Ce qui pourrait être une bonne nouvelle, explique David Rand au New Scientist: «Vous n’avez pas besoin de rendre les gens moins partisans ou de leur faire abandonner leur biais. C’est beaucoup plus simple: vous devez amener les gens à penser un petit peu plus.»

neurones
Notre cerveau doit souvent aller au plus pressé.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Plongée au cœur de Liberty Village, ancien quartier industriel

Liberty Village
Le quartier de Liberty Village, entouré par la rue King et la Gardiner Expressway à l'Est de Toronto, est un concentré d'histoire où les...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 11h00

Quand la lumière vient de l’intérieur

galerie Thompson Landry
Ognian Zekoff, l’un des principaux peintres hyperréalistes du Québec, spécialisé dans le «clair-obscur contemporain», veut montrer que les sources de lumière ne viennent pas seulement...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 9h00

Hommage des Torontois aux soldats de 14-18

Centenaire armistice Jour du souvenir 2018
Ce 11 novembre au matin, des milliers de Torontois se sont rassemblées pour célébrer le centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 17h00

La Grande Guerre qu’on ne saurait oublier

Chaque année, le 11 novembre nous rappelle un moment important de notre histoire, celui de cet armistice signé le 11 novembre 1918 à 5 h15,...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h11

Ces colonnes dressées vers le ciel

On remarque un grand nombre de colonnes imposantes dans les grandes villes d'Europe, mais il n'existe pratiquement pas de tels monuments dans nos villes...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h00

Fin de vie sublime

livre
La journaliste suédoise Sofia Lundberg a autoédité Un petit carnet rouge, roman qui a connu un rare succès sur Internet avant d’être repéré par...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 9h00

Quiz : Fin de la «Grande Guerre» 100 ans passés

quiz
Les combats de la Guerre de 1914-1918 prennent fin lorsque l’armistice est signé le 11 novembre 1918.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 7h00

La musique a résonné en français aux quatre coins du pays

Une centaine d’artistes viennent de donner plus 200 spectacles de l’Atlantique au Pacifique dans le cadre du festival Coup de cœur.
En lire plus...

10 novembre 2018 à 15h00

Gérer le PLOE comme l’aide en santé?

La pression monte pour qu’Ottawa fasse un ménage du Programme des langues officielles dans l’enseignement (PLOE).
En lire plus...

10 novembre 2018 à 11h00

Le PLOE : un programme fédéral qui a besoin d’un grand ménage

L’année 2020 marquera le 50e anniversaire des transferts en éducation aux provinces et territoires, mais trouve-t-on dans le bilan du Programme de quoi célébrer?
En lire plus...

10 novembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur