Les fausses nouvelles misent sur notre paresse

Slogan pendant la March for Science à Washington en 2017.


4 août 2018 à 10h00

La principale raison pour laquelle nous croyons à des fausses nouvelles? En gros, parce qu’on est paresseux.

Certes, il y a le fameux biais de confirmation, c’est-à-dire cette tendance, bien ancrée en chacun de nous, à lire et écouter en priorité ce qui confirme nos opinions. Autrement dit, on aura moins le réflexe de vérifier la crédibilité d’une information, dès qu’elle confirme ce qu’on veut entendre.

Mais la paresse inhérente aux humains a peut-être été sous-estimée dans toutes ces études tournant autour du biais de confirmation, ont écrit en juin les psychologues David Rand et Gordon Pennycook dans la revue Cognition.

Jugement rapide ou réfléchi

Ils ont fait passer à 3000 volontaires ce que les psychologues appellent le Test de réflexion cognitive (Cognitive Reflection Test), qui consiste à évaluer (ou tenter d’évaluer) notre tendance à utiliser notre «pensée intuitive» ou notre «pensée analytique» («système un» et «système deux», dans le jargon de ces experts).

En d’autres termes, essayer d’évaluer si une personne penche davantage vers des jugements rapides ou vers des jugements réfléchis.

Ils ont ensuite montré à ces personnes trois types de messages de Facebook: l’un pointant vers une vraie nouvelle, l’autre vers une fausse nouvelle retravaillée pour se conformer aux opinions politiques de la personne, et un dernier message montrant une fausse nouvelle retravaillée pour contredire ses opinions.

Résultat: les gens qualifiés de «plus réfléchis» étaient plus susceptibles de distinguer la vraie nouvelle de la fausse, peu importe si la manchette correspondait à ce que cette personne voulait entendre.

Réceptivité à la connerie

Dans une autre recherche publiée le mois précédent, le même duo de psychologues associait «la croyance en de fausses nouvelles» avec «d’autres formes de réceptivité à la connerie» (bullshit receptivity).

Ce n’est pas la première fois que des psychologues et des neurologues (et même des économistes) écrivent là-dessus: les chercheurs prennent de plus en plus pour acquis que notre cerveau est, par nature, paresseux. Il saute à la conclusion la plus facile et porte des jugements ultra-rapides plutôt que de soupeser le pour et le contre.

Notre inconscient prend continuellement ces raccourcis, ce qui est une porte grande ouverte pour se laisser tromper par une fausse nouvelle. Et ce n’est pas juste une question de paresse intellectuelle: notre cerveau a ses limites; comme il ne peut pas traiter une très grande quantité d’informations en même temps, il doit aller au plus pressé.

Ça n’a donc rien à voir avec le fait d’être plus ou moins intelligent. Tout le monde est capable de s’arrêter pour soupeser le pour et le contre, c’est juste que peu s’en donnent la peine. Ce qui pourrait être une bonne nouvelle, explique David Rand au New Scientist: «Vous n’avez pas besoin de rendre les gens moins partisans ou de leur faire abandonner leur biais. C’est beaucoup plus simple: vous devez amener les gens à penser un petit peu plus.»

neurones
Notre cerveau doit souvent aller au plus pressé.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Ségovie : une histoire endiablée

Ségovie est une ville du centre de l'Espagne, située à seulement 90 kilomètres au nord-ouest de la capitale Madrid. Son aqueduc a été construit...
En lire plus...

17 mars 2019 à 11h00

Rolling Stones et Hell’s Angels dans un polar français

Éditions de La Martinière
Le 6 décembre 1969, les Rolling Stones tiennent un concert sur le circuit de stock-car d’Altamont, en Californie. Les Hell’s Angels ont pour tâche...
En lire plus...

17 mars 2019 à 9h00

Quiz : Fêtes nationales

quiz
Quiz : Ne ratez pas les fêtes nationales les plus importantes.
En lire plus...

17 mars 2019 à 7h00

Star Wars débarque à l’Orchestre symphonique

TSO
Parce qu’heureusement, il n’est pas forcément nécessaire d’aller sur la planète Tatooine pour être projeté dans l’univers Star Wars, l’Orchestre symphonique de Toronto en...
En lire plus...

16 mars 2019 à 11h00

L’Acadie se donne rendez-vous en août

Du 10 au 24 août 2019, l’Acadie donne rendez-vous à toute la parenté et aux amis pour cette gigantesque manifestation de fierté culturelle pimentée...
En lire plus...

16 mars 2019 à 9h00

Vaccin-autisme: et si c’était le contraire?

Les données d'une nouvelle étude contiennent une possibilité que ce soit le fait de ne pas avoir été vacciné qui augmente les risques d’autisme.
En lire plus...

Les Maple Leafs célèbrent la St-Patrick en grand

C'était soir de fête à l'Aréna Scotiabank vendredi alors que les Maple Leafs recevaient la visite des Flyers de Philadelphie. Pour l'occasion, l'équipe locale...
En lire plus...

16 mars 2019 à 0h13

Répertoire des villes disparues: réfléchir l’inclusion

Répertoire des villes disparues
Répertoire des villes disparues, le plus récent long métrage de Denis Côté, un drame fantastique, est présenté au Tiff Bell Lightbox.
En lire plus...

15 mars 2019 à 17h17

Les Raptors maîtrisent les Lakers

Lakers
Malgré l’absence de leur maître à jouer Kyle Lowry, les Raptors de Toronto n’ont pas eu de mal à venir à bout d’une équipe...
En lire plus...

15 mars 2019 à 15h00

Paul Meslet : ode aux mots et à la chanson

Paul Meslet
Amoureux des mots, de la poésie, et de la chanson, Paul Meslet envoûte. Ce chanteur-poète français originaire de l’Ouest de la France (Angers) se...
En lire plus...

15 mars 2019 à 13h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur