Les fausses nouvelles misent sur notre paresse

Slogan pendant la March for Science à Washington en 2017.


4 août 2018 à 10h00

La principale raison pour laquelle nous croyons à des fausses nouvelles? En gros, parce qu’on est paresseux.

Certes, il y a le fameux biais de confirmation, c’est-à-dire cette tendance, bien ancrée en chacun de nous, à lire et écouter en priorité ce qui confirme nos opinions. Autrement dit, on aura moins le réflexe de vérifier la crédibilité d’une information, dès qu’elle confirme ce qu’on veut entendre.

Mais la paresse inhérente aux humains a peut-être été sous-estimée dans toutes ces études tournant autour du biais de confirmation, ont écrit en juin les psychologues David Rand et Gordon Pennycook dans la revue Cognition.

Jugement rapide ou réfléchi

Ils ont fait passer à 3000 volontaires ce que les psychologues appellent le Test de réflexion cognitive (Cognitive Reflection Test), qui consiste à évaluer (ou tenter d’évaluer) notre tendance à utiliser notre «pensée intuitive» ou notre «pensée analytique» («système un» et «système deux», dans le jargon de ces experts).

En d’autres termes, essayer d’évaluer si une personne penche davantage vers des jugements rapides ou vers des jugements réfléchis.

Ils ont ensuite montré à ces personnes trois types de messages de Facebook: l’un pointant vers une vraie nouvelle, l’autre vers une fausse nouvelle retravaillée pour se conformer aux opinions politiques de la personne, et un dernier message montrant une fausse nouvelle retravaillée pour contredire ses opinions.

Résultat: les gens qualifiés de «plus réfléchis» étaient plus susceptibles de distinguer la vraie nouvelle de la fausse, peu importe si la manchette correspondait à ce que cette personne voulait entendre.

Réceptivité à la connerie

Dans une autre recherche publiée le mois précédent, le même duo de psychologues associait «la croyance en de fausses nouvelles» avec «d’autres formes de réceptivité à la connerie» (bullshit receptivity).

Ce n’est pas la première fois que des psychologues et des neurologues (et même des économistes) écrivent là-dessus: les chercheurs prennent de plus en plus pour acquis que notre cerveau est, par nature, paresseux. Il saute à la conclusion la plus facile et porte des jugements ultra-rapides plutôt que de soupeser le pour et le contre.

Notre inconscient prend continuellement ces raccourcis, ce qui est une porte grande ouverte pour se laisser tromper par une fausse nouvelle. Et ce n’est pas juste une question de paresse intellectuelle: notre cerveau a ses limites; comme il ne peut pas traiter une très grande quantité d’informations en même temps, il doit aller au plus pressé.

Ça n’a donc rien à voir avec le fait d’être plus ou moins intelligent. Tout le monde est capable de s’arrêter pour soupeser le pour et le contre, c’est juste que peu s’en donnent la peine. Ce qui pourrait être une bonne nouvelle, explique David Rand au New Scientist: «Vous n’avez pas besoin de rendre les gens moins partisans ou de leur faire abandonner leur biais. C’est beaucoup plus simple: vous devez amener les gens à penser un petit peu plus.»

neurones
Notre cerveau doit souvent aller au plus pressé.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le tournoi de golf Gilles-Barbeau rapporte 16 500 $ à CAH

CAH
Un événement généreux sous un soleil radieux
En lire plus...

19 septembre 2018 à 11h44

Le rappeur français Orelsan a appris les bases à ses fans

Concert Orelsan
Le rappeur français Orelsan a pu constater lundi soir au Phoenix Theatre de Toronto à quel point il était populaire outre-Atlantique.
En lire plus...

19 septembre 2018 à 9h00

Non, les étirements après l’entraînement ne réduisent pas les courbatures

exercices, sports
L’une des méthodes dont les effets bénéfiques ont été observés est l’immersion dans un bain d’eau glacée.
En lire plus...

19 septembre 2018 à 7h00

Montée de l’anti-bilinguisme au Nouveau-Brunswick

élections 24 septembre 2018
Les francophones n'ont rien à gagner et tout à perdre des élections de lundi prochain
En lire plus...

18 septembre 2018 à 15h59

Le Centre francophone veut ralentir le roulement du personnel

555 Richmond Ouest, 3e étage
Assemblée générale optimiste après une année de démissions et de restructuration.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 13h33

Un match complètement fou entre Toronto FC et Los Angeles Galaxy

Toronto FC - Los Angeles Galaxy
Le Toronto FC accueillait Los Angeles Galaxy ce samedi soir dans son antre du BMO Field pour une rencontre décisive dans la course aux...
En lire plus...

18 septembre 2018 à 12h00

Hommage à la «robe Dôme» d’Iris van Herpen au ROM

Stylianos Pangalos
Le musée a accueilli le réalisateur Stylianos Pangalos et l'architecte Philip Beesley pour une ciné-conférence sur le thème de l'art, de la mode et...
En lire plus...

18 septembre 2018 à 11h00

Pénurie d’enseignants : les professionnels de l’immersion prennent les devants

immersion
Campagne de valorisation de la profession et portail de recrutement
En lire plus...

18 septembre 2018 à 9h00

Le marathon, c’est dans nos gènes

coureurs
Des changements anatomiques ont sans doute permis à nos ancêtres de devenir de bons coureurs d’endurance: un avantage évolutif.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 7h00

Balade à Toronto : Gémeaux pour la meilleure composante numérique

Balade à Toronto
Au récent gala des prix de la télévision francophones du pays, 6 émissions sur 150 provenaient de l'extérieur du Québec...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 16h55

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur