Les deux Amériques réunies au Yonge-Dundas Square

Franco-Fête

Partagez
Tweetez
Envoyez

Impossible de résister à quelques pas de danse sur les airs sud-américains qui ont envahi la Franco-Fête au Yonge-Dundas Square ce vendredi 17 juillet.

En quelques minutes, le groupe Pirate del Sol nous a fait voyager. Le temps d’une soirée, l’Amérique du Nord devient Amérique du Sud et la foule le fait sentir. Mouvement d’épaules, de hanches ou petits sauts énergiques à pieds joints, plus personne n’est immobile.

Sensible ou non aux ondes latines, Pirate del Sol semble avoir envoûté son public et le feeling est définitivement passé. Déjà connu, il avait joué la première partie de nombreuses célébrités comme Sean Paul, Éric Lapointe ou encore Massari. Vendredi, sa réputation lui colle à la peau. C’est un véritable feu d’artifice qui a enflammé la foule.

Puis, place à une sirène nommée Patricia Cano. Authentique et généreuse, elle présente son fils et ses amies parmi le public, ceux qui l’ont inspirée… Tout le monde écoute et attend. Une voix digne d’un groupe gospel et très suave à la fois résonne rapidement dans le Yonge-Dundas Square. Elle maîtrise complètement les nuances. Le coffre et la puissance de sa voix intriguent et appellent la foule de plus en plus nombreuse qui se met à danser et lui sourire… une joie communicative, en somme.

Certains murmuraient en rythme les paroles de la chanteuse péruvienne, d’autres se contentaient de répéter les fins de phrases, en douce. Sous les applaudissements du public et les congratulations de quelques fans à l’issue du concert, la jeune femme ne semble comblée que lorsque son fils court sur scène la rejoindre.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La Chiva Gantiva, est le dernier groupe de la soirée. Souvent difficile d’arriver en fin de session et de convaincre le public de rester encore un peu… La nuit tombe, et grâce au groupe bruxello-colombien, la frénésie, elle, ne retombe pas.

Quelques personnes semblent avoir atteint leurs limites, mais l’énergie du chanteur Rafael Espinel relance tant bien que mal le show! Explosif, le jeune chanteur transpire la passion de la musique. Coiffure négligée mais boucles soyeuses, sourire provocateur et regard fixe, le jeune artiste d’origine colombienne interpelle le public qui ne tarde pas à lever les bras.

Heureux et même hilarant sur scène, il transmet sa joie à ses camarades de scène et bien au-delà.

* * *
D’autres articles sur Franco-Fête dans L’Express.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur