Les Amis de Radio-Canada condamnent les intentions des Conservateurs

Partagez
Tweetez
Envoyez

«L’hostilité de Stephen Harper à l’égard de Radio-Canada est maintenant au grand jour» suite aux nouvelles compressions de 130 millions $ et 657 postes (312 au réseau français), surtout aux sports et au FM, récemment annoncées par la haute direction.

C’est ce que soutient Ian Morrison, porte-parole de longue date des «Amis de la radiodiffusion canadienne» qui fait la promotion de la radio et de la télévision publiques, bilingue, d’un océan à l’autre.

«Les compressions budgétaires successives chez notre radiodiffuseur public national feront très mal à la culture francophone au pays», indique le groupe dans un communiqué largement diffusé.

«Ces coupures se feront lourdement sentir, surtout là où Radio-Canada remplissait son mandat public et culturel: par exemple, son appui stratégique à la culture en général – au cinéma, à la littérature, à la musique, les dramatiques, les dossiers sociaux.»

On sait que onze émissions régionales de l’avant-midi, au réseau FM (Espace Mucique), ont été éliminées pour ne diffuser que celle de Montréal. Quelques productions télés ne seront pas renouvelées, mais c’est surtout la couverture du sport professionnel qui va disparaître, le nouveau manque à gagner venant de la perte des revenus du hockey de la Ligue nationale, dont Rogers et Vidéotron ont acquis les droits pour les 12 prochaines années.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Il s’agit de la séquelle d’un traitement brutal de la part du gouvernement, aggravé par l’insouciance de l’homme de Harper à Radio-Canada, Hubert Lacroix», accuse les Amis. Selon le groupe de M. Morrison, «le président nommé il y a sept ans par le premier ministre Harper – un homme qui n’avait aucune expérience professionnelle de la radiodiffusion, ni de la gestion de grandes entreprises – donne l’impression d’improviser».

«La perte du hockey du côté anglais a des répercussions démesurées du côté français. (…) Nous aurons un service réduit, encore plus commercial, de plus en plus éloigné du mandat de service public confié à la Société par la loi. Les plus jeunes employés qui constituent l’avenir seront les premiers mis à pied.»

Les Amis considèrent comme «un ballon d’essai qui trahit les intentions du gouvernement» une récente intervention du sénateur conservateur Léo Housakos, vice-président du Comité permanent du Sénat sur les Transports et les communications, qui demandait: «Y a-t-il une façon de prendre l’argent que nous dépensons actuellement sur un radiodiffuseur (la SRC) et de rediriger cet argent, plus d’un milliard de dollars, aux cinéastes et producteurs de contenu canadien pour qu’ils puissent faire du contenu et des films de qualité? Une fois qu’ils font ce contenu canadien de qualité, ne serait-il pas plus facile de convaincre les radiodiffuseurs privés de le diffuser plus souvent?»

M. Morrison se demande plutôt si les dés ne sont pas «pipés contre la radiodiffusion publique» au sein de Comité composé de huit Conservateurs et de trois Libéraux.  

Selon lui, «il s’agit de la pire attaque sur la radiodiffusion publique au Parlement depuis sa création par le premier ministre R. B. Bennett au creux de la grande dépression!».

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur