L’enfant est grand – au propre dans sa culotte

Partagez
Tweetez
Envoyez

Tous les parents ont très hâte que leur enfant soit propre. Économie d’argent, économie de temps, économie de lavage pendant l’apprentissage de la propreté, sentiment que son enfant est rendu grand.

Car qu’on se le cache ou non, les parents veulent tous que leur enfant fasse tout avant les autres. Ce sentiment de vouloir que son enfant soit le meilleur est sain afin que le parent protège et soutienne son petit.

Il faut savoir que pratiquement tous les enfants seront propres entre l’âge de dix-huit mois et trois ans. Heureusement pour l’enfant, cette période de temps est grande et peut donc s’adapter à ses besoins individuels.

Les filles avant les garçons

Premièrement, pour devenir propre, l’enfant a besoin d’une maturité cérébrale suffisante qui lui permet de contrôler et régulariser volontairement ses muscles internes.

Le développement des connexions neuronales ne peut s’effectuer plus rapidement que la nature le construit. À moins que l’enfant ait une maladie rénale, elle peut toutefois être stimulée par d’autres activités.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Nous constatons en service de garde que souvent, les filles deviennent propres avant les garçons. Vous avez sûrement remarqué que les petites filles ont souvent des jeux orientés davantage vers des activités cognitives. Cette façon d’entrer en contact avec le monde qui l’entoure amène la petite fille à être plus attentive aux réactions de son corps interne.

Le petit garçon de deux ans est un individu très moteur, il aime bouger. Il prend conscience des parties externes de son corps par ses mouvements.

Puisque la petite fille est plus habituée à écouter son corps, elle le maîtrise mieux que son homologue masculin. Il est donc plus facile pour elle de maîtriser ses sphincters urétral et anal. Voilà une explication possible.

De son côté, Sigmund Freud a évalué que le poupon jusqu’à deux ans se situe au stade oral où la connaissance de son environnement passe par sa bouche.

Entre deux ans et quatre ans, le bambin au stade anal est heureux de contrôler enfin quelque chose de lui-même; faire son pipi et son caca quand il le veut. C’est pour lui un sentiment de pouvoir. Cette étape importante dans son développement global vient de paire avec l’affirmation de soi et son désir d’autonomie.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’enfant semble prêt

Puisque l’apprentissage de la propreté nécessite plusieurs aspects, le parent doit observer les signes physiologiques et psychologiques de l’enfant avant de lui présenter le petit pot.

Les signes physiologiques sont assez simples; l’enfant est capable de rester accroupi en jouant, il peut rester assis au moins dix minutes à se concentrer à un jeu, sa couche reste sèche pendant au moins deux heures.

Concernant les signes psychologiques, l’adulte observe que l’enfant est inconfortable quand la couche est souillée et le démontre, il utilise des mots simples associés à la propreté, il veut imiter ceux qui vont à la toilette et veut enlever sa couche pour porter une culotte.

Que faire?

Forcer l’enfant qui n’est pas prêt à aller sur la toilette peut être pour lui un traumatisme qui sera finalement plus long à surmonter que d’avoir attendu le bon moment pour quitter le confort de sa couche.

Le parent doit donc bien observer et respecter le rythme propre de son enfant. Lorsque l’enfant démontre qu’il est prêt, le parent choisi le moment pour mettre en place l’entraînement à la propreté. La couche pull-up semble un outil de transition pour l’enfant entre la couche et la culotte. Par expérience, il est de loin préférable que l’enfant passe directement de la couche à la culotte.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Puisqu’il veut faire comme les grands et qu’il y est prêt, il assumera immédiatement le résultat s’il a mal contrôlé ses sphincters. L’enfant pourra lui-même aller acheter ses nouvelles culottes en grande quantité avec ses parents.

Il faut toujours encourager l’enfant lorsqu’il vous dit qu’il a fait ses besoins dans sa couche, dans sa culotte ou dans le pot. Malgré le petit dégât, il a au moins conscience du mouvement de contrôle qu’il exerce sur ses organes internes.

Finalement, il faut être patient car la période d’apprentissage peut durer plusieurs semaines. Été comme hiver, il faut s’organiser pour l’aider à devenir grand.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur