Législatives françaises: visite du candidat socialiste à Toronto

Yan Chantrel en entrevue à L'Express dans un café de Toronto.


16 mars 2017 à 16h49

Yan Chantrel, candidat socialiste pour l’Amérique du Nord aux élections législatives françaises de juin prochain, était de passage cette semaine à Toronto, où, entre autres, il organisait dans un bar une rencontre citoyenne pour «échanger sur les avancées et les droits pour les Français de l’Étranger».

C’est d’ailleurs un peu comme ça aussi qu’il a moussé sa candidature à l’investiture du PS, en juin dernier, raconte-t-il en entrevue à L’Express.

Se définissant principalement comme «humaniste et progressiste», il avait créé une «plateforme participative» pour permettre aux intéressés de lui soumettre leurs idées sur «les droits, l’éducation, la santé, les visas, l’emploi, la fiscalité» et les autres enjeux des Français de l’Étranger.

Une cinquantaine de personnes d’horizons divers, «pas seulement des membres du Parti socialiste», s’y sont manifestées. Le candidat se proclame d’ailleurs relativement indépendant de son parti, qu’il veut faire évoluer autant que le défendre quand il juge qu’il le mérite.

Ça tombe bien: le PS est au plus bas dans les sondages, culminant avec le désistement du président François Hollande cet automne et la défaite de l’ex-premier ministre Manuel Valls aux «primaires» présidentielles de janvier.

Yan Chantrel soutient depuis le début le vainqueur de ces primaires du PS, Benoît Hamon, et il refuse de discuter de la possibilité que son chef ne passe pas au 1er tour, le 23 avril, contre Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélanchon. Pas de commentaires, donc, sur le duel probable Macron-Le Pen au 2e tour.

Proximité

Environ 250 000 électeurs français sont éparpillés en Amérique du Nord, la circonscription actuellement représentée à l’Assemblée nationale par l’ex-ministre Frédéric Lefebvre (Les Républicains). On les trouve à Montréal et Québec, bien sûr, mais aussi à New York, Boston, Los Angeles, San Francisco, Vancouver et Toronto: ils sont plus nombreux aux États-Unis qu’au Canada.

Yan Chantrel
Yan Chantrel

Ce sont souvent des expatriés comme lui, venus y rejoindre de la famille et y travailler. Établi à Montréal depuis 2011, où une cousine est installée depuis 15 ans, Yan Chantrel a pris un congé sans solde de son poste de coordonnateur du Comité consultatif pour la clientèle judiciarisée adulte, qui travaille notamment avec le ministère québécois de la Sécurité publique. «Contrairement à Frédéric Lefebvre, je vis ici en Amérique du Nord, pas en France», fait-il valoir.

Il se présente d’ailleurs comme «un candidat de proximité». En 2014, il a été élu conseiller consulaire, et il est conseiller à l’Assemblée des Français de l’Étranger. Il abandonnera ces fonctions s’il est élu député en juin.

Yan Chantrel compare volontiers Marine Le Pen à Donald Trump, reconnaissant que leurs appuis viennent notamment des classes et des régions qui n’ont pas profité de la mondialisation de l’économie, et qui ne font plus confiance aux dirigeants et aux médias traditionnels qui les ont oubliés. Pour contrer ce populisme vengeur, «il faut redonner le pouvoir aux exclus de la désindustrialisation», dit-il.

Ce Canadien d’adoption – il est résident permanent et n’exclut pas de demander la citoyenneté canadienne, qui s’ajouterait à sa citoyenneté française et européenne – vante auprès de ses amis du Vieux Continent le multiculturalisme à la canadienne. «Mais on en est encore très loin en France, même au sein de la gauche.»

Réfugiés climatiques

Écolo, comme le PS qui s’affiche maintenant «social-écologie», il se dit plus préoccupés de futurs «réfugiés climatiques» en France, déplacés par la montée rapide du niveau de la mer prophétisée par les plus alarmistes, que par les actuels réfugiés d’Afrique et du Moyen-Orient fuyant la pauvreté et la guerre.

Très «fédéraliste» européen, Yan Chantrel estime que c’est au niveau d’institutions européennes encore plus fortes, pas dans chaque pays et encore moins en sortant de l’Union comme le propose le Front national, qu’on pourra reprendre le contrôle de l’immigration, intégrer les réfugiés et faire disparaître les campements sauvages comme à Calais.

Né en 1979 à Épinay-sur-Seine (en banlieue nord de Paris), il détient une maîtrise en communication politique et publique, et il a travaillé au Sénat français comme collaborateur parlementaire. Son emploi à Montréal est en phase avec sa préférence pour des politiques de réhabilitation et de réinsertion des délinquants.

«Depuis mon plus jeune âge», lit-on dans son site web, «j’ai toujours été un militant obstiné pour la défense des libertés publiques, la lutte contre les discriminations et pour une meilleure répartition des richesses.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La Semaine de la francophonie lancée en beauté

Il y avait foule, mercredi soir, au cocktail d’ouverture de la Semaine de la francophonie torontoise dans l’édifice des anciennes imprimeries du Toronto Star.
En lire plus...

21 mars 2019 à 12h45

La Bourse #JEMAIME : un coup de pouce féminin

Les Chiclettes réitèrent pour une troisième année l’expérience de la Bourse #JEMAIME destinée aux projets de femmes franco-ontariennes. Une soirée d’échanges et de spectacles...
En lire plus...

21 mars 2019 à 11h00

Le français en dernier à l’ONU

langues officielles
Comment l’ONU, qui a six langues officielles, peut-elle publier en anglais un document de 18 pages concernant un dossier canadien, le rendre disponible au...
En lire plus...

21 mars 2019 à 9h00

Les incontournables recueils de poésie en Ontario français

La Journée mondiale de la poésie est célébrée chaque année le 21 mars. Pour souligner l’événement, la professeure Lucie Hotte de l’Université d’Ottawa a...
En lire plus...

21 mars 2019 à 7h00

Une police toujours plus ouverte sur la francophonie

Engagement, diversité culturelle, inclusivité: tels furent les maîtres-mots de la fête francophone annuelle de la police de Toronto ce mercredi 20 mars dans ses...
En lire plus...

20 mars 2019 à 16h40

747 millions de francophones attendus d’ici 2070

La nouvelle édition de «La langue française dans le monde» confirme une nouvelle fois le déplacement de son centre de gravité vers l’Afrique. L'étude...
En lire plus...

20 mars 2019 à 14h00

Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Monument franco-ontarien Toronto
Des députés provinciaux et leaders communautaires se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative...
En lire plus...

20 mars 2019 à 12h50

Pour qu’on puisse vivre dans la langue de son choix

Plan d'action langues officielles
La modernisation de la Loi sur les langues officielles passera par des discussions nationales. Entretien avec la ministre du Tourisme, des Langues officielles et...
En lire plus...

20 mars 2019 à 11h00

Une identité formée par les voyages

Francophonie
À ce stade de sa vie, Anastisia Fyk a du mal à définir sa place dans la francophonie. «Je ne parle pas le français...
En lire plus...

20 mars 2019 à 9h00

Un deuxième coming-out : «Je suis Franco-Ontarien»

Mathieu Chantelois fait son deuxième coming-out. «Je peux enfin le claironner: je suis Franco-Ontarien.»
En lire plus...

20 mars 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur