Le vélo s’invite à la Nuit Blanche

Partagez
Tweetez
Envoyez

Partager des messages poétiques en français… sur les roues de son vélo, le tout grâce à un petit boitier fixé sur les rayons. Le cycliste pédale et de la lumière apparaît. Les lettres prennent forment. On peut y lire des mots comme «Libre».

C’est le projet Agit POV (Petit Objet de Vélo), présenté à la Nuit Blanche Scotiabank par un collectif d’artistes de Montréal, en partenariat avec le Labo, un centre francophone d’artistes, basé à Toronto. Ce dernier a pour mission de faire découvrir au public l’art médiatique qui est tout ce qui attrait à la nouvelle technologie (robotique, installations sonores…).

Derrière Agit POV, on trouve Alexandre Castonguay, Sofian Audry, Mariangela Aponte Núñez, Thomas Ouellet Fredericks et Daniel Felipe Valencia.

Pour ce grand rendez-vous d’art contemporain, du samedi 5 octobre 18h51 jusqu’au levé du soleil le lendemain, le Labo et les artistes proposent aux visiteurs de partager des messages poétiques en français et à vélo dans les rues de la Ville Reine. «C’est un projet participatif dans lequel les gens peuvent s’impliquer. Le tout est d’avoir un vélo», explique Salomé Viguier, directrice du Labo.

Pour cela, deux ateliers sont organisés, le jeudi et vendredi 3 et 4 octobre. «On propose aux participants de venir fabriquer leur propre boitier et d’y inscrire leur message. Un groupe à vélo partira dans les rues pour le début de la Nuit Blanche» (5 octobre).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Circuits imprimés

Pour faire apparaître leur message lumineux, les artistes utilisent des circuits imprimés Arduino, dont le matériel est libre de tout droit. Puis ils programment le logiciel qui va enregistrer le mot, diffusé ensuite par la force de la roue. «Le but du projet n’est pas de savoir comment ça fonctionne. Aucun prérequis n’est demandé aux participants. Il faut conserver une part de magie…», ajoute Salomé Viguier avec un sourire.

Ce projet n’avait pas au départ vocation a être présenté à une si grande échelle. Mais le lieu du stand Agit POV, au Bell Trinity Square, en fait un lieu central dans la Nuit Blanche, et augmente sa visibilité. Les artistes se relaieront toute la nuit pour faire essayer sur place des vélos lumineux aux passants intéressés.

Francophonie et écologie

«En plus de l’aspect participatif, les deux composantes francophones et écologiques, avec le vélo, du projet sont très importantes pour nous», continue Salomé Viguier. «L’idée est de donner une nouvelle visibilité à la francophonie et de créer des interactions avec les personnes qui ne sont pas à vélo.»

Le mandat du Labo est de favoriser les créations francophones et de les soutenir auprès des organismes qui peuvent aussi être anglophones. «Porter la francophonie, ce n’est pas forcément le faire dans la francophonie», conclut Salomé Viguier.

Si les messages lumineux sont écrits en français, les ateliers de fabrication sont bilingues et ouverts aux anglophones. Avant d’atterrir à la Nuit Blanche, Agit POV est déjà passé par la Tunisie et la Belgique.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Vélos artistiques

Non loin de Agit POV, encore des vélos. Ceux-là viennent du célèbre artiste chinois Ai Weiwei. En guise de brique, cet architecte utilise la bicyclette. Dans cette installation, la plus imposante jamais conçue par l’artiste, 3144 vélos seront reliés entre eux de sorte à créer un effet architectural visuel inattendu. Un projet fait sur mesure puisque Ai Weiwei a adapté le nombre de vélos à la taille du Nathan Phillips Square. D’ailleurs, les négociations vont bon train pour garder cette oeuvre à Toronto.

Le Français Ami Barak est un des commissaires de la Nuit Blanche. C’est lui qui a conçu la zone artistique Sur les chapeaux de roues – Off To A Flying Star (au centre-ville), où est exposé Ai Weiwei, mais aussi d’autres projets utilisant des vélos. Et pour cause: Ami Barak veut célébrer le centième anniversaire du premier «readymade» de l’artiste français Marcel Duchamps, La roue de bicyclette, datant de 1913.

Ce dernier a détourné des objets manufacturés pour en faire des œuvres d’art en les extrayant de leur environnement traditionnel pour les disposer dans un musée.

Ainsi au Trinity Square, Franck Scurti, arrivé de Paris, présentera un travail se référant explicitement à l’oeuvre de Duchamp tandis qu’à Osgoode Rotunda Laneway, l’artiste torontois Kim Adams présentera ses bicyclettes siamoises, qui partagent la même roue arrière.

«Ces objets sont choisis par l’artiste dans un environnement proche de la rue et n’existent que comme objets d’art, protégés par les murs d’une institution artistique. Je profite de la Nuit Blanche pendant laquelle la ville devient un musée en plein air pour ramener l’objet dans la rue. Même là, il reste un objet d’art, car l’artiste l’aura décidé ainsi», explique Ami Barak.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Toutes les oeuvres présentées dans cette zone sont donc d’inspiration plus ou moins directe avec la roue de bicyclette de Duchamp.

Renseignements

Le Labo et Agit POV: ateliers bilingues les jeudi 3 (17h30-22h30)
et vendredi 4 octobre (13h–19h).
Apportez votre vélo et 15$ pour les frais des composants.
Inscriptions obligatoires et dans la limite des places disponibles : [email protected]

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur