Le rappeur français Orelsan a appris les bases à ses fans

Orelsan enflamme le Phoenix Theatre

Concert Orelsan
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le rappeur français Orelsan a pu constater lundi soir au Phoenix Theatre de Toronto à quel point il était populaire outre-Atlantique.

Pour la première date de sa tournée nord-américaine, Orelsan a choisi Toronto. Et nul doute qu’il s’en souviendra. Très populaire en France, Orelsan a joué devant une salle remplie de fans francophones, donnant au spectacle des allures de concert privé.

Concert Orelsan
Le Phoenix Theatre rempli pour Orelsan. (Photo: Steven Monteaud)

Premières parties

En ouverture de ce concert, deux artistes se sont produits successivement sur la scène du Phoenix Theatre. Sarahmée, originaire du Sénégal et résidant à Montréal, a interprété plusieurs chansons de son répertoire. Une très belle découverte pour le public.

De même pour Shirazee, auteur-compositeur anglophone né au Bénin, qui a littéralement séduit l’assistance avec ses intonations tribales et son rythme enjoué.

Shirazee
Shirazee en première partie

Basique, simple

Comme une évidence, Orelsan a ensuite débuté le concert avec son plus gros tube: Basique. Une entrée en scène qui a chauffé à blanc toute la salle en une poignée de secondes. «Est-ce que vous avez les bases?», a-t-il demandé.

Une question à laquelle ses fans ont répondu pendant près d’une heure et demie en reprenant ses chansons en cœur.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Preuve du succès de ce titre et de sa capacité à enflammer une salle, le rappeur normand l’a chanté une dernière fois en clôture. Simple, basique.

Concert Orelsan
Orelsan entre en scène.

Titres à succès

Entre temps, il a interprété de nombreux autres tubes de son dernier album La fête est finie, comme Tout va bien et La pluie (en collaboration avec Stromae).

Mais aussi des titres plus anciens tel que La Terre est ronde, spécialement destinée aux nombreux expatriés présents dans la salle.

«Au fond, je crois que la Terre est ronde, pour une seule bonne raison. Après avoir fait le tour du monde, tout ce qu’on veut, c’est être à la maison.»

Certains d’entre eux ont dû comprendre de quoi il parle…

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur