Le Montréalais Fred Boutin renoue avec la scène… à Toronto

Fred Boutin musicien

Fred Boutin (à droite) se produira le 12 octobre au Black Swan Tavern.


8 octobre 2018 à 9h00

Après 10 ans d’absence de la scène, à Montréal, le chanteur et guitariste Fred Boutin a décidé d’y remonter, à Toronto, riche de nouvelles inspirations et mélodies rythmées. Autrefois chansonnier, c’est le folk-blues-rock qui inspire maintenant Fred Boutin.

Pour l’occasion, il prépare une série de rencontres musicales où il partagera la scène avec d’autres artistes. La première est prévue le 12 octobre à 21h30 au Black Swan Tavern, 154 Danforth, une deuxième le 2 novembre à 17h au Brunswick Bierworks, 25 Curity, une autre le 22 novembre à 19h au Relish Bar, 2152 Danforth.

Le Québécois débarque en Ontario

C’est à Montréal que Fred Boutin a débuté sa carrière dans la chanson. Il y a 10 ans, lorsqu’il devient papa, il met la scène entre parenthèses, déménage à Toronto, et se consacre à son métier d’enseignant.

«J’enseigne la musique, le théâtre, les arts visuels, mais aussi la danse à l’école élémentaire. Même si je ne chantais plus devant un public, cela m’a permis de rester dans un état de création permanent.»

Il s’est mis à fréquenter des artistes francophones et des musiciens de Toronto. «Je suis tombé sur des gens inspirants et j’ai eu envie de recommencer à chanter.»

Depuis septembre 2017, il enchaîne donc les soirées dans les bars avec Jonathan, à la basse. «Il y a une réelle curiosité du public anglophone. Les gens manifestent de l’intérêt et ça fait plaisir.»

Fred Boutin musicien
Le chanteur Fred Boutin remonte sur scène.

L’atout du français à Toronto

Le français, pour lui, c’est une évidence. Titulaire d’un diplôme de littérature française de l’Université de Montréal, Fred Boutin aime jouer avec cette langue qu’il maîtrise.

«Pour le concert, j’ai écrit pour la première fois trois chansons en anglais. J’ai aimé le faire, quand bien même je n’avais pas le contrôle total sur la langue. Malgré tout, c’est à travers le français que j’ai fait de très belles rencontres, et mon public attend de la chanson française, donc je veux continuer sur cette voie.»

«Des chanteurs auteurs compositeurs anglophones à Toronto, il y en a à la pelle. Chanter en français permet de se démarquer davantage», nous explique-t-il.

Privilégier le rythme plutôt que les textes

«Lorsque j’étais à Montréal, j’avais un style chansonnier, pas très original», nous confie-t-il. «Mes textes étaient assez poétiques, j’aimais couper les cheveux en quatre».

Aujourd’hui, ses inspirations sont complètement différentes. «J’ai assisté à un spectacle qui m’a bouleversé. Les morceaux étaient rythmés, funky, je n’avais pas besoin de connaître les paroles pour être transporté par la musique. Ça a été un déclic pour moi. Je me suis rendu compte qu’ici, les textes énigmatiques n’ont pas de public puisque les gens sont anglophones. Le message de mes morceaux, c’est donc la musique en elle-même.»

Fred Boutin explique qu’il envisage ses compositions comme des images qu’il décrit et que le texte dynamise. Le titre La statue, un de ses nouveaux morceaux, en est l’illustration type.

En effet, il part de quelque chose de statique que le texte fait bouger. «L’important n’est pas de quoi ça parle, mais plutôt l’ambiance que la musique dégage».

Rencontres musicales au Black Swan

Ce 12 octobre, Fred Boutin sera accompagné par quatre musiciens avec lesquels il a l’habitude de jouer dans un groupe. Toutefois, il est le seul compositeur de la douzaine de morceaux qu’ils interpréteront.

Il a également tenu à inviter d’autres artistes à venir se produire avec lui: un groupe de musiciens et le chanteur Frank Solo.

«C’est une grosse soirée pour moi, car elle représente à la fois un réel aboutissement de cette année de mini-concerts dans les bars, et en même temps seulement une étape. Peut-être que je changerais de direction après, qui sait?»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un premier Salon international du Livre à Jacmel

Salon du Livre Jacmel Haiti
Du 31 octobre au 2 novembre, la ville de Jacmel (Sud-Est d'Haïti), inaugurait son 1er Salon international du livre sur le thème «Ville et...
En lire plus...

8 décembre 2018 à 11h00

Banksy, l’artiste de rue imprévisible

Banksy le phénomène de l'art de rue
Lors d'une vente aux enchères chez Sotheby's à Londres, le 5 octobre dernier, la fameuse toile de Banksy, Fille avec ballon, s’est complètement autodétruite...
En lire plus...

8 décembre 2018 à 9h00

Melinda Chartrand réélue à la présidence de MonAvenir

Melinda Chartrand et Geneviève Grenier ont été reportées à la présidence et la vice-présidence du Conseil scolaire catholique MonAvenir.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h55

Les manifs n’ont pas empêché l’adoption de la loi 57

1er décembre 2018
La mobilisation franco-ontarienne n’a pas ému le gouvernement conservateur de l’Ontario, qui a fait adopter, jeudi, sa loi 57.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h05

La musique afro s’affirme au gala Kilimandjaro

musique afro
Le gala bilingue des Kilimandjaro Music Award, qui en était à sa 3e édition, a déroulé le tapis rouge pour les artistes de la...
En lire plus...

7 décembre 2018 à 13h00

Plusieurs politiciens québécois appuient la résistance franco-ontarienne

1er décembre 2018
Une délégation de parlementaires québécois est venue appuyer les revendications franco-ontariennes le 1er décembre.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 11h00

On passe de 2 à 7 fois plus de temps sur nos téléphones qu’on le pense

asiatique
Les «auto-évaluations» du temps passé sur nos téléphones contrastent grandement avec celles de l'appareil.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 9h00

Des Dénisoviens au Tibet?

Les premiers humains arrivés sur les hauts plateaux du Tibet étaient peut-être des Dénisoviens, ces mystérieux cousins dont on sait encore peu de choses.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 7h00

Les Red Wings gâchent le retour de William Nylander

La partie de lundi soir marquait le retour dans la formation torontoise de l'attaquant William Nylander.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 23h26

ARTmonie contre les stéréotypes de genre

Viamonde
Des élèves des écoles Micheline-Saint-Cyr, de Toronto, et De-Lamothe-Cadillac, de Windsor, ont remporté le concours ARTmonie dans les écoles du Conseil scolaire Viamonde.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 17h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur