Le père Pierre Courtot en quatre quarts de siècle

65 ans de sacerdoce

Le père Pierre Courtot avec le curé de la paroisse du Sacré-Coeur, le père Phong Phan, et des chevaliers de Colomb, dont le Grand chevalier Jean Guy Roussel (au centre).
Partagez
Tweetez
Envoyez

La messe de 10h a attiré plus de monde qu’à l’accoutumée ce dimanche 8 octobre à l’église du Sacré-Coeur, au centre-ville de Toronto. Les paroissiens savaient qu’ils allaient y retrouver leur ancien curé, le père Pierre Courtot, qui vient d’avoir 90 ans et dont on fêtait aussi le 65e anniversaire de sacerdoce.

Les Chevaliers de Colomb, les membres du comité paroissial et l’actuel curé Phong Phan ont souligné l’événement au cours de la messe et, par la suite, lors d’une réception dans la salle paroissiale.

Toujours très droit et alerte («je nage tous les jours», explique-t-il à L’Express), l’ancien curé s’est dit très honoré de ce geste et a pris un grand plaisir à rencontrer et remercier les participants.

Le père Courtot a expliqué lui-même que sa vie est divisée en quatre périodes d’environ 25 ans chacune: sa jeunesse et sa formation à la prêtrise en France; son missionnariat en Asie, particulièrement en Malaisie et en Birmanie; son affectation à la paroisse francophone du Sacré-Coeur à Toronto de 1976 à 2002; et maintenant sa retraite active, déjà bien entamée, mais, assure-t-il, qui n’est pas terminée.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En chaire, le président du Club Richelieu de Toronto, Denis Rioux, a mentionné que le père Courtot reste encore disponible pour rencontrer des paroissiens, notamment aux Centres d’Accueil Héritage pour aînés. «Il a passé 65 ans au service des autres.»

«Bon berger, c’est aussi un bon vivant, comme peuvent en témoigner ceux qui ont partagé sa table à certaines grandes occasions», a mentionné M. Rioux. En plus de la nage et de la marche, «un verre de vin de temps en temps» contribue aussi à sa longévité, a confirmé le père Courtot à L’Express.

Le père Phong Phan est curé de la paroisse du Sacré-Coeur depuis trois ans. Couvrant tout le centre-ville, d’Etobicoke à Scarborough, l’éparpillement de la francophonie catholique sur son grand territoire représente son plus gros défi, dit-il.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur