Le Malade imaginaire du TfT: une prise de risque réussie

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le célèbre hypocondriaque de Molière est toujours d’actualité. C’est ce qu’a voulu nous montrer Guy Mignault avec un Malade imaginaire modernisé. La première avait lieu vendredi dernier, au théâtre de la rue Berkeley, où la pièce est à l’affiche jusqu’au 24 mai.

L’histoire, tout le monde la connaît. Argan, le personnage principal, n’est pas vraiment malade. Et pourtant, il ne cherche qu’à s’entourer de docteurs et de pharmaciens pour lesquels il voue une profonde admiration. C’est pour cette raison qu’il souhaite marier sa fille aînée, Angélique, à l’un d’entre eux.

Hors de question pour la jeune fille de se laisser faire: elle aime Cléante, et compte sur la servante Toinette pour l’aider à annuler ce mariage. Cette dernière profite de la situation pour montrer au vieil homme les véritables sentiments de sa nouvelle épouse, Béline, qui n’attend qu’une seule chose: qu’il meure de l’une de ses maladies imaginaires afin de mettre la main sur son importante fortune.

Pour prouver que la pièce traverse les âges sans prendre une ride, le metteur en scène a choisi de l’ancrer dans notre société contemporaine. Pas de costume d’époque, les acteurs portent ici des habits un peu plus modernes. Et Serge Lama s’est même invité pour l’occasion, avec un Je suis malade repris à deux reprises par les artistes: un clin d’œil bienvenu qui permet de souligner avec humour l’absence de maladie d’Argan.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Car l’humour est, bien entendu, la règle. Les comiques de répétition, de gestes et d’expression sont au rendez-vous, avec pour finalité, la plupart du temps, d’exagérer le caractère des personnages. Ce qui ne manque pas de faire rire de vive voix les spectateurs.

Pour obtenir toute l’attention requise au bon déroulement du spectacle, et, surtout, pour donner le ton, Guy Mignault n’hésite pas à faire directement participer le public sur scène, en invitant une personne à jouer un petit rôle en introduction à la pièce.

Pari gagné: l’hilarité est générale, une grande ovation du public attend les acteurs et leur metteur en scène à la toute fin de la pièce. «C’était formidable!», lance une spectatrice.

Guy Mignault ne cache pas sa joie. «Je suis extrêmement content de la réaction du public. On a travaillé fort. C’est un groupe d’acteur merveilleux. J’aime prendre des risques et c’est formidable quand cela fonctionne! Je suis fier, fier des 47 ans du TfT, fier de l’équipe», s’exclame-t-il.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur