Le karma insoupçonné

Partagez
Tweetez
Envoyez

Aude en a fait du chemin depuis sa Gaspésie natale jusqu’au sud de Colombo où elle vit avec Prasad, son conjoint sri lankais, depuis 10 ans. Son destin a basculé en 2002 lorsque sur le point de partir en Inde – le rêve de sa vie – on lui apprend qu’elle est victime d’un cancer. Courageusement, la Gaspésienne a vaincu la maladie et quitté pour l’Asie deux ans plus tard.

«Après ce grand défi entre la vie et la mort, j’avais terriblement besoin de tangibilité et d’être en accord avec moi-même», confie-t-elle. Sans hésitation, Aude a pris congé et réalisé son projet concocté de longue date: partir à la découverte de l’Inde sans date fixe de retour. «Je me suis envolée l’esprit libre et le cœur ouvert, avec mon fidèle sac-à-dos comme unique compagnon de voyage.»

Séjourner en Inde requiert du temps, selon Aude. «L’Inde est un pays de grands contrastes. Le dépaysement est total. La découverte et la compréhension de la culture sont exigeantes. On explore tout un monde de sagesse, d’expérience, de couleurs, d’arômes et de sons qui réveillent nos sens inopinément.»

Après plusieurs mois de pèlerinages au sud de l’Inde riche en patrimoine religieux, jusqu’au nord spectaculaire par ses palais et paysages grandioses, Aude ressent une certaine fatigue. Elle recherche un petit coin tranquille près de la mer, question de reprendre son souffle. Un couple de voyageurs qu’elle rencontre au hasard lui vante les attraits du Sri Lanka dont le village Unawatuna bordé par l’océan Indien: «Un havre de paix, calme et verdoyant, à quelques pas de la plage», lui décrit-on. Elle arrive au Sri Lanka le 21 décembre 2004.

Puis l’inévitable se produit: le tsunami du 26 décembre 2004. Encore une fois piégée entre la vie et la mort, Aude survit. «On a couru très longtemps, le plus loin possible de la mer. Après trois jours de survie en montagne, l’aide nous est parvenue. On était seize touristes ayant échappé au géant monstrueux qui avait tout engouffré sur son passage.» Aude, alors complètement dépourvue, ignorait qu’une immense tâche l’attendait au détour d’événements les plus inattendus les uns que les autres.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Secourue par l’ambassade canadienne, elle se retrouve dans un luxueux hôtel de Sidney. Mais Aude ne pense qu’à retourner à Unawatuna pour venir en aide aux victimes du fléau dont elle-même avait été la proie manquée. De retour au Sri Lanka, avec la force de la survivance et grande humilité, la Gaspésienne démarre sa propre mission humanitaire de concert avec la population locale incluant Prasad qu’elle avait rencontré à Unawatuna. Le tsunami avait complètement détruit le petit hôtel qu’il gérait en bord de mer où Aude avait séjourné.

Quelques mois plus tard, la Croix-Rouge canadienne (CRC) ouvre un bureau à Colombo. Les opérations d’urgence étaient en pleine ébullition. 32 Sociétés de la Croix-Rouge s’installaient en même temps dans la capitale sri lankaise. Aude, ayant travaillé antérieurement auprès de la CRC à Ottawa, est embauchée localement comme administratrice. Elle œuvra à Colombo pendant trois mois. «Un moment de vie intense! La logistique complexe entourant les missions des nombreux expatriés m’occupait 24 h sur 24», témoigne-t-elle.

En juin 2005, on lui propose de participer au stage de formation des délégués internationaux de la Croix-Rouge en France. La Gaspésienne fait son entrée officielle au sein de la grande famille de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) sise à Genève, dont le mandat est de secourir les victimes de désastres mondialement. Elle obtient un contrat de deux ans à Colombo. Son poste d’administratrice évolue vers une fonction de coordonnatrice du soutien logistique.

En mai 2007, Aude poursuit son karma en repartant en mission en Indonésie, puis à Haïti, aux Philippines, en Jordanie et plus récemment au Vanuatu. Entre temps, elle devient membre du ERU (Emergency Response Unit) de la FICR. «En situation de catastrophe, des moyens humains et matériels doivent être mobilisés très rapidement. On doit se rendre disponible dans les 24 à 48 heures après le déclenchement de l’alerte pour une durée de trois semaines. On répond aux besoins les plus urgents des populations sinistrées, sur le plan médical, l’accès à l’eau potable, les produits alimentaires de base.»

«L’humanitaire que je suis devenue appartient dorénavant au Sri Lanka, j’ai acquis la nationalité de ce pays qui m’a intimement marquée, je veux y vivre jusqu’à la fin, malgré la distance avec ma terre d’enfance et les miens», m’a-t-elle révélé lors de son récent passage à Toronto.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Aude, amorçant la soixantaine, est le genre de personne avec qui on peut causer aisément de tout ce qui touche l’humain. Le regard qu’elle porte sur l’autre reflète son sens de l’universalité hors du commun. Sa présence exceptionnellement attentive réchauffe le cœur.

* * *

Cette chronique est une série de petites histoires tirées de mon imaginaire et de faits vécus, dont j’ai été témoin au cours de mon long chapitre de vie parmi le monde des expatriés et des immigrants. Un fil invisible relie ces gens de partout selon les époques, les lieux, les événements, les identités et les sentiments qu’ils ont traversés. – Annik Chalifour

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur