Le Greco en pleine lumière

Un Dossier de l'art des Éditions Faton et une exposition à Paris

Le Triptyque de Modène en bois peint a tempera, réalisé en 1568 dans la tradition byzantine, p. 22-23.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Les éditions Faton sortent un Dossier de l’Art (no 273) fort bienvenu, car il est consacré au Greco, un artiste de la Renaissance dont on ne parle guère et dont les œuvres font très rarement l’objet d’une exposition. C’est donc une excellente occasion de faire une bonne connaissance de cet artiste et de ses créations qui nous est ainsi donnée.

Une exposition à Paris

Une exposition qui se tient à Paris au Grand Palais jusqu’au 10 février 2020 est la raison d’être de cette revue d’art qui s’ouvre par cette présentation générale: «Dernier grand maître de la Renaissance, premier grand peintre du Siècle d’or, Greco se reconnaît au premier coup d’œil, mais son génie demeure méconnu.»

L’Enterrement du comte d’Orgaz, 1586-1588, p. 74.

 

«La réunion de 70 œuvres admirables, provenant très largement de l’étranger, constitue à cet égard un événement. Retracée de façon inédite, l’invraisemblable évolution qui mène de l’icône aux exaltations du dernier Greco s’éclaire parallèlement à une recherche stylistique que le peintre conduit inlassablement, d’œuvre en œuvre, avec une ambition démesurée.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Voilà qui nous promet d’intéressantes découvertes sur place, si on en a la possibilité, ou grâce à ce Dossier de l’Art dont chaque page est illustrée de reproductions en couleur.

El Greco

Le Greco

Domenikos Theotokópoulos, dit Le Greco par simplification de son nom en mentionnant ses origines, est effectivement né en 1541 à Candie (de nos jours Héraklion), en Crète, relevant alors de la République de Venise.

En 1566, alors qu’il n’a que 25 ans, il devient maître en peinture de sa ville natale en recevant ce titre officiel. Il a donc été formé à l’art pictural dans cette ville. Il se nomme encore Men egos, nom grec qui se traduit par Domenikos.

Portrait du cardinal Fernando Niño, vers 1600, p. 43.

Selon la tradition qui prévaut alors, il peint des icônes en suivant la tradition byzantine, aidé par son frère aîné Manus. On possède toujours quelques-unes de ces icônes.

Mais il se déplace beaucoup pour son époque plutôt conservatrice.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Il se rend à Venise à 26 ans et il y parfait son enseignement auprès du Titien et du Tintoret. Puis, après être passé par Rome où le maniérisme artistique est en vedette, il découvre les œuvres de Michel-Ange qui suscitent pour lui une grande émotion.

Saint Martin et le mendiant, 1587-99, p. 56 et 4e de couverture.

L’Espagne

Il étudie l’architecture romaine et gagne ensuite l’Espagne et en 1577 s’installe définitivement à Tolède, capitale religieuse de ce pays. Il y reçoit quelques-unes de ses plus importantes commandes et exécute ses chefs-d’œuvre les plus célèbres.

L’agonie du Christ au jardin des Oliviers, vers 1590, p. 54.

Son talent est vite reconnu, par le roi Philipe II en particulier, qui lui commande des œuvres pour son palais de l’Escurial. Des religieux lui commandent de nombreuses peintures, sculptures et constructions pour les retables de chapelles ou d’églises dans la région de Tolède.

Le Greco poursuivra sa carrière avec comme assistants son fils et Luis Tristan (1585-1624) qui était son meilleur élève. Ce sont surtout des sujets religieux qui l’occupent, mais aussi des portraits pour les nobles ou les membres du clergé. Il meurt à Tolède en 1614.

Saint Luc, vers 1605.

Le dossier de l’Art

La revue des éditions Faton met en valeur, et à juste titre, le talent artistique du Greco, dans les nombreuses œuvres que le Greco a réalisées et qui lui ont valu d’être considéré comme le peintre fondateur de l’École espagnole du XVIe siècle», pour reprendre un titre justifié.

La vision de saint Jean, 1610-14, p. 4.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur