Une ode à la danse grand format

Le Grand Continental du 22 au 24 juin à Luminato

le grand continental
Une joie contagieuse (Photo: Le Super Méga Continental ©Robert Etcheverry)
Partagez
Tweetez
Envoyez

Réunir 250 danseurs amateurs sur scène pour le festival Luminato? C’est le défi que s’est lancé le chorégraphe québécois Sylvain Émard.

Le Grand Continental est une aventure artistique à taille humaine qui débute en 2009 avec une soixantaine de danseurs amateurs de tous âges et toutes origines sur une scène montréalaise pendant le Festival TransAmériques. Depuis, le spectacle prend de l’ampleur et provoque un engouement imprédictible.

Philadelphie, New York, Montréal, Santiago (Chili), Potsdam (Allemagne), Ansan (Corée du Sud)… La compagnie de danse composée de danseurs amateurs est sollicitée de toutes parts.

Habitué aux travaux contemporains pointus, le chorégraphe a voulu se diversifier dans sa danse et réaliser un rêve de toujours: faire monter la danse en ligne sur scène. L’enthousiasme que son projet va susciter n’est pas sans le surprendre.

«J’étais le premier étonné de ce succès. À la base, c’était un projet pour se faire plaisir. Je pensais faire une représentation et que ça allait en rester là, car ce serait impossible de faire tourner un truc comme ça. Et pourtant, ça n’a jamais lâché», explique le chorégraphe.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

C’est d’une main de maître que Sylvain Émard mêle tradition populaire et art contemporain. Les danseurs torontois d’une nuit sont à retrouver du 22 au 24 juin au parc Nathan Phillips à l’occasion du festival Luminato.

Formation mathématique

La danse en ligne est avant tout une formation mathématique. Il n’y a pas de devant, pas de derrière, la scène est partout.

Les auditions sont ouvertes à tous à partir de 10 ans. Aucun bagage artistique n’est obligatoire, mais un certain sens du rythme et une compréhension des mouvements sont demandés. À chaque représentation, la troupe change puisqu’elle est composée uniquement de danseurs locaux.

Une fois les danseurs sélectionnés, la phase de création peut commencer. «Contrairement à mes danseurs professionnels, je ne me permets pas l’improvisation en création, tout doit être préparé», nous explique Sylvain.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pendant trois mois, les danseurs amateurs apprennent la chorégraphie par séquence et en groupe de 80 personnes avec des danseurs professionnels.

Novices de la scène, il est parfois difficile de se placer dans l’espace. Pour éviter cet écueil, Sylvain marque le sol d’une croix pour chaque danseur. Cela aide pour la formation en ligne.

Rêve de scène

«Je me rends compte que partout dans le monde il y a un besoin chez les gens de vivre une expérience artistique.»

Quel que soit la culture ou le pays, les gens semblent partager cette envie de la scène. Sylvain Émard rend ce rêve accessible avec Le Grand Continental et invite monsieur et madame Tout-le-Monde à se produire sur scène devant une foule de spectateurs.

Les gens sont prêts à mettre du temps pour vivre quelque chose de nouveau dans leur vie. L’exercice exigeant de la danse va venir les transformer. Pour beaucoup, le défi est de taille et va demander beaucoup de travail et parfois les danseurs d’un jour vont passer par des périodes difficiles.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La troupe dégage une énergie incroyable. Sur des airs entraînants, les danseurs sont heureux d’être sur scène et cela s’en ressent. Leur joie contamine les spectateurs.

le grand continental
La danse contemporaine rencontre la danse en ligne (Photo: Le Super Méga Continental ©Robert Etcheverry)

Aux origines de la danse sociale

À ses débuts, le jeune Sylvain Émard entre dans la danse grâce à la danse en ligne. Son intérêt pour cette «danse sociale», comme il l’appelle, va donner naissance au Grand Continental.

«Chaque fois que j’avais l’occasion de croiser des gens qui dansaient en ligne dans les espaces publics ou les parcs communautaires, je m’attardais pour les regarder», se remémore Sylvain.

«Pour moi, c’est un projet hommage à la danse sociale. C’est comme cela que je suis venu à la danse plus sérieuse.»

Luminato

Ce festival est l’un des plus grands d’Amérique du Nord. Musique, théâtre, danse, tous les arts se rencontrent à Luminato.

Du 6 au 24 juin, près de 3 000 représentations au total auront été exécutées autour du thème de la défense des Droits de l’Homme.

le grand continental
Coordonner 250 danseurs sur la musique, c’est le défi du chorégraphe Sylvain Émard

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur