Le diable et la survivance canadienne-française

Partagez
Tweetez
Envoyez

En 1972, Jacques Ferron publie Le Saint-Élias, un roman dans lequel il propose un portrait moins sombre de la culture catholique du Canada français, nuançant ainsi la vision d’une Église obscurantiste et rétrograde que proposent certains artisans de la Révolution tranquille. Le professeur Jacques Cardinal, de l’Université de Montréal, analyse l’impact de ce roman sur le récit de la survivance canadienne-française dans un essai intitulé La part du diable. Le Saint-Élias de Jacques Ferron.

Le Saint-Élias raconte une liaison adultère entre le vicaire Armour Lupien et Marguerite Cossette, épouse d’un gros cultivateur, propriétaire du pont péager de la rivière Batiscan et armateur du navire Le Saint-Élias. Ce roman a été qualifié de livre de l’extrême détresse et de l’extrême tendresse.

Quand Le Saint-Élias paraît, la Révolution tranquille est bien amorcée et elle ébranle déjà une culture fortement identifiée au pouvoir d’une Église catholique devenue omniprésente, une Église qui jusqu’à maintenant prônait «l’exaltation de la vocation agricole et de la vie rurale, gage de la sauvegarde des valeurs chrétiennes».

On retient souvent de la Révolution tranquille une sorte de réaménagement de la mémoire collective, qui consiste à faire «le procès d’une Église au discours dogmatique et autocratique».

Or, selon Jacques Cardinal, Le Saint-Élias de Ferron propose une autre lecture du catholicisme au Canada français, «une lecture de l’Évangile empreinte de miséricorde, de tolérance et de pragmatisme».

Le roman de Ferron décrit une culture catholique plus nuancée, essentiellement partagée entre «deux visions pastorales, sinon théologiques, qui opposent les prêtres mélancoliques et abstraits aux prêtres incarnés, tolérants et pragmatiques».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le Saint-Élias est un récit identitaire qui privilégie un monde où le bien et le mal s’entremêlent irrémédiablement.

Selon la théologie de Ferron, «l’ange du bien et l’ange du mal, loin de s’opposer, ne peuvent que se confondre dans le monde ici-bas».

Aux yeux du romancier, le diable joue un rôle à la fois obscure et nécessaire dans un monde irrémédiablement marqué par le combat entre le bien et le mal. Ce qui amène le professeur Cardinal à se demander comment on peut marcher droit «dans un monde fait d’imprévisibles détours, de circonvolutions, de zigzags».

L’essai de Cardinal s’étend sur 330 pages, mais les notes et références totalisent 159 pages. Elles sont toutes regroupées à la fin du bouquin et certaines d’entre elles sont assez longues (5 pages).

La part du diable est de toute évidence un savant ouvrage universitaire qui cherche à mettre au jour le cadre historique, culturel et théologique à partir duquel Ferron le mécréant a voulu relire le passé et proposer un autre récit de la survivance canadienne-française.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur