Le cowboy noir de l’Alberta dont on n’avait jamais entendu parler

John Ware

Le champion de rodéo Fred Whitfield dans le rôle de John Ware. Photo: Shaun Robinson, ONF
Partagez
Tweetez
Envoyez

C’est l’une de ces fameuses personnalités dont personne n’a jamais entendu parler, surtout à l’extérieur de l’Alberta: John Ware, l’un des premiers cowboys noirs de l’Ouest canadien.

Présenté lors du Festival international du film de Calgary du 24 septembre au 4 octobre, le documentaire John Ware Reclaimed, de Cheryl Foggo, retrace la vie de ce personnage.

La réalisatrice Cheryl Foggo examine une photographie de John Ware. Photo ONF

Des vaches du Texas

Les terres du Nord sont rudes. En 1882, un convoi de vaches venu d’une ferme texane arrive en Alberta.

Sur le chemin, les cowboys américains sont pris dans un blizzard. Ils décident d’abandonner les vaches pour trouver un refuge. John, lui, ne souhaite pas abandonner le troupeau. Il fait demi-tour.

À la fin de la tempête, les cowboys retournent sur leurs pas. Des centaines de cadavres de vaches gisent sur les étendues de prairies enneigées. Ils espèrent retrouver le corps de John Ware.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Ancien esclave affranchi

Mais il est bien vivant, il se réchauffe les mains devant un feu. Des vaches sont autour de lui, vivantes, elles aussi.

«Il était le plus rapide, le plus fort, le meilleur», entend-on dans ce documentaire produit par l’Office national du film du Canada (ONF).

Affranchi de sa condition d’esclave, l’Américain fuit les violences que subit toujours sa communauté dans le Sud des États-Unis. Il décide de rester en Alberta.

«John avait entendu de bonnes choses à propos du Canada et attendait un meilleur accueil», récite le documentaire. Ses talents de cowboy, sa force, son courage, ses valeurs d’homme digne et droit font de lui un homme respecté.

La cinéaste Cheryl Foggo (à droite) explore les archives de John Ware en compagnie de Mary Mallory. Photo: ONF

Sa fille a préservé l’histoire

Il travaille d’abord pour le fameux Ranch-Bar U, avant de rencontrer sa femme, Mildred, issue d’une famille de pionniers noirs de l’Ontario. Le couple a cinq enfants.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La dernière Janett, surnommée Nettie, sera la gardienne de l’histoire de la famille, avec des amis de longue date, la famille Mallory.

La réalisatrice Cheryl Foggo se met elle-même en scène pour montrer l’étendue de ses recherches autour de ce pionnier noir installé en Alberta.

«On aurait dû le connaitre, mais vous savez que l’Histoire est écrite par les vainqueurs, et il n’était pas en position d’avantage.»

La réalisatrice conteste l’histoire connue. Accompagnée d’une équipe d’archéologues, elle s’immerge de sa vie sur les lieux d’un de ses anciens ranchs, à Millarville.

La réalisatrice albertaine Cheryl Foggo en compagnie de l’actrice autochtone Michelle Thrush. Photo: ONF

Du racisme au Canada aussi

À la recherche des racines américaines de John Ware, elle découvre qu’il serait originaire du Tennessee plutôt que de Caroline du Nord. Elle remet également en perspective le livre écrit par Grant MacEwan dans les années 1960, John Ware’s Cow Country.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Ce travail est également celui de Bertrand Bickersteth, un francophone enseignant à Olds, qui intervient durant ce documentaire.

Selon lui, l’histoire des Noirs au Canada est enjolivée. «Les Canadiens aiment beaucoup penser qu’il y avait les méchants Américains et les bons Canadiens», dit-il.

Selon lui, l’histoire qu’on raconte de John Ware serait celle de la considération des Canadiens pour les personnes noires, mais la vérité c’est que le cowboy a trouvé du racisme sur son chemin et a dû le surmonter.

Réconcilier le présent

«On l’appelait “N. John Ware”. On utilisait cet horrible mot raciste: Nègre», dit Bertrand Bickersteth, plein d’émotions.

De son vivant, la fille de John Ware, Nettie, avait écrit que personne ne l’appelait de cette façon face à lui, «si c’était le cas, c’était dans son dos».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«On ne sert pas les Nègres ici», avait un jour répondu un barman au cowboy demandant à être servi. John aurait alors frappé l’homme derrière le comptoir, ce qui lui aurait valu quelques jours de prison, selon des articles de journaux de l’époque.

Cheryl Foggo en compagnie de l’auteur et professeur Bertrand Bickersteth. Photo: ONF

Sentiment d’appartenance

«Oui, je me compare à la vie de John Ware», dit Bertrand Bickersteth, qui a grandi en Alberta.

«Tout le monde me disait qu’il n’y a pas de racisme au Canada. Et quand je l’ai rencontré, on me disait que ce n’était pas ça, que j’étais trop sensible. John Ware a expérimenté les mêmes choses».

Apprendre sur la vie de John Ware a changé sa vie. Il affirme jouir d’un plus grand sentiment d’appartenance avec l’Alberta grâce à ce cowboy noir.

«À l’école, on nous a appris l’histoire des Ukrainiens, des Autochtones, mais rien sur les personnes noires. Ce film est très important, car il raconte l’histoire oubliée, celle des personnes noires qui sont venues comme pionniers au 19e siècle et celle des cowboys noirs.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur