Le coronavirus n’empêchera pas les élections municipales en France

Partagez
Tweetez
Envoyez

Les élections municipales françaises des 15 et 22 mars (deux tours) sont maintenues malgré les craintes associées au coronavirus.

C’est ce que le président Emmanuel Macron a confirmé au cours d’une allocution télévisée le 12 mars. Il a tout de même annoncé la fermeture des garderies, écoles et université «jusqu’à nouvel ordre».

Comme dans plusieurs pays, la stratégie sanitaire française passe d’une logique de détection et de prise en charge individuelle à une logique d’action collective.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Saluant l’action des travailleurs de la santé, le président français a dit que les scientifiques considèrent que «rien ne s’oppose à ce que les Français, même les plus vulnérables, se rendent aux urnes».

Il dit aussi chercher à limiter les dégâts économiques de la pandémie, qui a fait une soixantaine de morts en France, pour plus de 2800 cas confirmés (comparé à 1 mort et 138 cas confirmés au Canada, dont l’épouse du premier ministre Justin Trudeau, Sophie Grégoire Trudeau, qui ne présente que des symptômes bénins).

La principale opposition politique en France, le Rassemblement national de Marine Le Pen, accuse le président de ne pas saisir la gravité de la pandémie et propose la fermeture des frontières immédiates avec l’Italie (plus de 1000 morts pour plus de 15 000 personnes contaminées).

Dans le monde, incluant la Chine, on dénombre environ 5000 morts pour 135 000 cas connus d’infection. À la lumière du bilan italien, le bilan chinois paraît de plus en plus suspect. Par ailleurs, des milliers d’autres cas d’infection et de guérison ne seraient pas rapportés et échapperaient aux statistiques officielles.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur