Le cidre de glace s’offre avec l’hiver

Partagez
Tweetez
Envoyez

Alors que la réputation du cidre québécois n’était pas au beau fixe il y a quelques années, accusé notamment d’être pressé trop rapidement, une idée pour le moins pétillante fleurissait dans l’esprit de Christian Barthomeuf: s’inspirer du vin de glace pour créer… du cidre de glace! Quelques années plus tard, le produit s’est imposé au Québec et à conquis les marchés européens, russes, chinois et bientôt américains.

Lorsque Charles Crowford fonde le Domaine Pinnacle – situé sur les flancs du Mont Pinnacle au Québec – en 2000, il reprend, avec l’aide de Christian Barthomeuf, la production du cidre de glace.

Le procédé s’inspire de la fabrication du vin de glace. Le jus, extrait des pommes, est laissé à l’extérieur et gèle naturellement. C’est la cryoextraction. Le cidre de glace peut également se faire à partir du pressage des pommes cueillies une fois gelées.

Quelles spécificités peuvent donc ressortir de ce procédé? Un goût plus sucré, du fait de la concentration des sucres avec le gel et donc un produit original qui s’éloigne du cidre habituel. Le sucre ne cache cependant pas les saveurs de pommes, résultat d’un mélange de six variétés et d’une fermentation de huit mois à faible température.

Avec ses 12 degrés d’alcool, le cidre de glace s’offrira davantage, à la différence d’un cidre classique, comme une liqueur destinée aux amateurs de vin. Une boisson originale, qui pourra agrémenter apéritif ou dessert pendant le temps des fêtes.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur