Le canot ou le kayak : lequel est le meilleur ?

Chacun a des avantages et des limites

Avec un canot, on peut transporter beaucoup d’équipement. (Photo : Dale Sanders)


24 juillet 2018 à 12h00

Certains arguments ne tendent jamais vers une résolution. Par exemple, les Canadiens restent divisés à l’égard de Louis Riel. Était-il un héros ou un traître? Pour les amateurs de plein air, nombre d’entre eux se sont longtemps disputés dans le but de déterminer la meilleure embarcation: le canot ou le kayak.

J’aimerais vous donner une réponse simple et précise, mais elle n’existe pas. Le kayak et le canot sont trop différents l’un de l’autre, alors il ne s’agit pas d’une bonne comparaison.

Nous pouvons toutefois reconnaître les avantages de chacun et déterminer dans quelles circonstances l’un remporte sur l’autre.

Le canot traditionnel est né de la forêt. Les Autochtones le construisaient avec l’écorce de bouleau, des racines d’épinette et de la résine de pin. (Photo : Tania Liboiron, L’Eau vive)

Le canot transporte beaucoup

Né d’un pays de forêts, de lacs et de rivières, le canot est le maître des portages entre les cours d’eau. En suivant l’exemple des Autochtones, les voyageurs ont démontré que le canot se transporte bien sur les épaules, même sur de longues distances.

De plus, nous pouvons transporter beaucoup avec un canot. Autrefois, les voyageurs bourraient leurs canots de fourrures et de marchandises, ce qui laissait peu d’espace aux canoteurs.

Aujourd’hui, nous pouvons transporter tout notre équipement de camping et nous avons assez d’espace pour bouger et pour changer la position dans laquelle nous sommes assis, ce qui ajoute à notre confort.

Du côté des désavantages, le canot est plus lent et plus sensible au vent. Notons aussi que les grandes vagues peuvent verser une surprenante quantité d’eau à l’intérieur d’un canot et le bateau perd rapidement son équilibre. Un canot rempli seulement d’un tiers d’eau chavire très facilement.

À 80 ans, Dale Sanders est devenu la personne la plus âgée à descendre la rivière Mississippi en canot. Au cours de son trajet de 3734 km, il s’est servi d’une pagaie de kayak afin d’augmenter sa vitesse et son efficacité. (Photo : Dominique Liboiron, L’Eau vive)

Le kayak est plus rapide

Né de la côte, le kayak nous provient des Inuits. Sans l’ombre d’un doute, le kayak est plus rapide que le canot. Sa plus petite taille offre moins de résistance à l’eau et le coup de pagaie d’un kayak est deux fois plus efficace.

Par exemple, lorsque l’on termine un coup de pagaie avec le bras droit, le bras gauche est en place pour un autre coup. En canot, à la fin d’un coup de pagaie, aucun des deux bras n’est en place pour pagayer de nouveau, il faut donc bouger ses bras vers l’avant pour maintenir la cadence. Cette manière de pagayer n’apporte alors aucune propulsion, ce qui rend le coup de pagaie d’un canotier moins efficace que celui du kayakiste.

Si vous avez à compléter un long trajet en peu de temps, le kayak bouffe les kilomètres, une caractéristique appréciée, surtout dans notre monde moderne dans lequel nous sommes trop souvent bousculés par le temps.

Par contre, sachez que le kayak se prête moins bien aux portages, surtout aux longs portages. L’intérieur d’un kayak offre moins d’espace qu’un canot. Souvent, les gens se plaignent qu’ils n’ont pas de place pour bouger leurs jambes, ils se sentent donc mal assis et tassés.

Le kayak est la voiture sport que l’on aime pour sa vitesse, mais sa petite taille laisse à désirer au niveau du confort.

L’invention du kayak date d’au moins 4000 ans. Autrefois, les Inuits les construisaient à partir de peaux de phoque et d’os de baleine. De nos jours, les matériaux ont changé, mais la forme demeure la même, ou presque. (Photo : Dominique Liboiron, L’Eau vive)

Voiture sport ou camion?

Bref, demander si un kayak est meilleur qu’un canot, c’est comme demander si une voiture sport est meilleure qu’un camion. L’accélération de la Ferrari fait battre le cœur, certes, mais à quoi bon une Ferrari s’il faut ramener un orignal après la chasse ?

Nous ne pouvons pas dire qu’il s’agit d’une comparaison juste. Le canot et le kayak possèdent chacun des forces et des faiblesses, tout comme une auto et un camion. Si vous avez à décider entre un canot ou un kayak, demandez-vous plutôt quels sont vos besoins et quelle embarcation vous servira le mieux.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Cinq flûtes des cinq continents

North Wind Concerts
Alison Melville est à la tête du projet de concert Encircling the World: Flutes qui sera présenté le dimanche 2 mars à 19h30 au...
En lire plus...

22 février 2019 à 7h00

Troisième revers consécutif pour les Maple Leafs

Les Maple Leafs de Toronto étaient de retour à domicile après un long voyage de 6 parties à l'étranger. Pour l'occasion ils recevaient la...
En lire plus...

21 février 2019 à 22h30

17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

écrivains
Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs...
En lire plus...

21 février 2019 à 17h00

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur