Le Canada est encore loin du populisme, vraiment?

Débat à Glendon

Débat populisme Glendon
Le panel composé de Willem Maas, Jon Allen, Donna Dasko et David Collenette. Une discussion animée par la journaliste Diana Swain.
Partagez
Tweetez
Envoyez

«Imaginez des animaux en train de boire de l’eau dans une savane, ils sont attroupés et heureux. Mais si la sécheresse passe, ils vont commencer à se regarder tous différemment.» C’est la comparaison utilisée par Jon Allen, ancien ambassadeur du Canada en Israël, pour comprendre un sujet aussi actuel que complexe: le populisme.

C’était le défi du dernier débat organisé par l’École d’affaires publiques de Glendon jeudi 22 mars, comprendre la montée du populisme en Europe et aux États-Unis, et se demander si ce phénomène pourrait exister au Canada.

Pour Jon Allen, le pays à la feuille d’érable est encore protégé de ce phénomène. «Ici, nous n’avons pas eu la même crise économique ou des attaques terroristes comme aux États-Unis ou en Europe». Pour lui, le Canada est aussi protégé par sa géographie: «on a les trois océans et beaucoup d’espace pour accueillir» immigrants et réfugiés.

Un pays protégé, mais pas éternellement

Une référence sûrement à la Grande-Bretagne (le Brexit), la Hongrie, l’Allemagne et récemment l’Italie, où les crises migratoires ont favorisé l’essor de mouvements politiques dits «populistes», «nationalistes» ou «xénophobes» souhaitant mieux contrôler l’immigration.

Mais pour l’ancien ambassadeur, il est important de se demander «Et si…».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Et si l’ALÉNA était suspendu, ou si le prix de l’huile augmentait, ou même si une attaque terroriste survenait chez nous»… alors le Canada ne réagirait sûrement pas pareil. Il y aurait sûrement alors une remise en question de l’ouverture et du libéralisme.

Pourtant, pour les quatre panélistes, une forme de populisme est déjà bien présente, avec l’élection de Doug Ford à la tête du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario.

La remise en cause de l’ordre établi

Pour Donna Dasko, co-fondatrice d’Equal Voice, même s’il existe différentes définitions du populisme, «c’est surtout une remise en cause de l’ordre établi». Le duel Trump-Clinton de 2016 en a été le parfait exemple.

Pour la chercheuse, les candidats populistes auront en commun aussi un certain «autoritarisme» et «le désir de faire passer la nation en priorité». Un propos contesté par Willem Maas, professeur en sciences politiques.

«La démocratie n’est pas si vieille», rappelle-t-il, pour expliquer sa fragilité et justement le boulevard laissé au populisme aujourd’hui. Le phénomène serait encouragé par les difficultés économiques et conflits sociaux.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Des nouvelles inégalités

David Collenette, ancien ministre fédéral, croit qu’il y a d’autres facteurs à prendre en compte. «Les technologies ou le réchauffement climatique», selon lui, peuvent aussi expliquer différentes contestations.

Pour lui, le populisme se traduit aussi par une remise en question de la liberté de la presse. En France, lors des dernières élections, les candidats, et notamment l’ultra-nationaliste Marine Le Pen, se sont souvent retournés contre le «système médiatique».

Cette question a d’ailleurs été abordée par le public à la fin du débat. Justement, la modératrice, Diana Swain, est journaliste à CBC. «Il y a assez de médias aujourd’hui pour ne pas avoir qu’une source d’information», réplique-t-elle.

Le populisme est donc au coeur des préoccupations géopolitiques modernes, et pour David Collenette, cela s’atténuera le jour où les inégalités seront fortement réduites. Il met d’ailleurs en garde: si rien n’est fait, «ce sera la révolution, la guerre… ou les deux»!

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur